Dassault renonce au Parisien.

par 2commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De bonne source, le groupe de Serge Dassault propriétaire du Figaro ne déposera pas d’offre pour la reprise du Parsien-Aujourd’hui en France. Après plusieurs semaines de tergiversation et alors que la polémique enflait dans les rangs de l’opposition, qui critiquait par avance le projet du sénateur UMP de l’Essonne, l’industriel a préféré renoncer.

Il semble que l’hostilité de la rédaction, ajouté à la complexité du dossier et au durcissement du climat politique, aient finalement échaudé Serge Dassault qui était de plus en plus convaincu ces dernières semaines que cette opération, si elle se faisait, se traduirait par de nombreuses difficultés, tant sur le plan social que politique.

 

Les tensions entre une partie de la classe politique, justement et les médias _ avec les récentes sorties à l’emporte pièce de Montebourg ou Mélenchon _ n’ont pas facilité la tache de celui qui se voyait mal ouvrir un front avec le PS, d’un côté et la rédaction de ce quotidien, de l’autre.

 

Reste plus qu’un seul candidat sérieux en lice: le groupe Fondation Capital, associé au belge Rossel, propriétaire du Soir de Bruxelles. Ces derniers continuent d’examiner le dossier et devraient déposer une offre de reprise prochainement.

 

A moins, à moins….que Marie Odile Amaury décide pour finir de ne plus vendre son journal! La rumeur d’un renoncement, là aussi, de l ‘héritière du groupe Amaury enfle: encouragée par une partie de l’état major de son groupe, qui semble décider à relancer un vaste projet de refonte de l’entreprise, la « dame de fer » du Parisien serait de plus en plus hésitante à céder son journal.

sien-Aujourd’hui en France. Après plusieurs semaines de tergiversation et alors que la polémique enflait dans les rangs de l’opposition, qui critiquait par avance le projet du sénateur UMP de l’Essonne, l’industriel a préféré renoncer.

Il semble que l’hostilité de la rédaction, ajouté à la complexité du dossier et au durcissement du climat politique, aient finalement échaudé Serge Dassault qui était de plus en plus convaincu ces dernières semaines que cette opération, si elle se faisait, se traduirait par de nombreuses difficultés, tant sur le plan social que politique. Les tensions entre une partie de la classe politique, justement et les médias _ avec les récentes sorties à l’emporte pièce de Montebourg ou Mélenchon _ n’ont pas facilité la tache de celui qui se voyait mal ouvrir un front avec le PS, d’un côté et la rédaction de ce quotidien, de l’autre.

Reste qu’ un seul candidat sérieux en lice: le groupe Fondation Capital, associé au belge Rossel, propriétaire du Soir de Bruxelles. Ces derniers continuent d’examiner le dossier et devraient déposer une offre de reprise prochainement.

A moins, à moins….que Marie Odile Amaury décide pour finir de ne plus vendre son journal! La rumeur d’un renoncement, là aussi, de l ‘héritière du groupe Amaury enfle: encouragée par une partie de l’état major de son groupe, qui semble décider à relancer un vaste projet de refonte de l’entreprise, la « dame de fer » du Parisien serait de plus en plus hésitante à céder son journal.

0
2 Comments
  • daniel rené villermet
    octobre 23, 2010

    vu le climat dmat retraite du blocos bu t de 7 RÉVOLUTION D’OCTOBRE 2010 je crois plus tôt qe le journal év1ce toto daSSo srge

  • Manureva
    octobre 23, 2010

    Euh… Vous voyez double quand vous écrivez ??? Passque là…. Ya comme un prob dans votre post….