Christine Ockrent bousculée par Jean-François Copé, sur le plateau du Grand journal

par 15commentaires No tags 0

 

Un climat électrique, une reine toutes griffes dehors, prête à en découdre, et un politique – Jean-François Copé-, qui n’eut pas la langue dans sa poche: le très inconfortable passage de Christine Ockrent, hier soir sur le plateau du Grand Journal de Canal+, avait des airs d’hallali. Le matin même sur RTL, où Jean-Michel Aphatie l’avait opéré au sécateur, la journaliste au cœur d’une sombre affaire d’espionnage, dont elle peine à se dépêtrer, défendait face caméras sa probité, son image, son «honneur». Avec à chaque fois, une rhétorique de combat et des mots en titane: blessée, traquée, insultée, diffamée…la reine Christine ne lâchera rien.

Conseillée depuis le début de cette affaire, en coulisses, par quelques amis proches, dont le publicitaire Jacques Séguéla, la numéro 2 de l’Audiovisuel Extérieur de la France, -cette entité qui coiffe, principalement, France 24, RFI et TV5-, a redit en termes carrés que les agissements de deux de ses proches collaborateurs, à l’origine du piratage du système informatique du holding de l’AEF, ne la concernaient en rien. Et que si les enquêtes en cours confirmaient un jour les toutes premières conclusions d’une expertise accablante, réalisée par une société indépendante, il va de soi que des sanctions devraient être prises.

Droit dans ses bottes, Christine Ockrent a donc redit qu’elle ne portait aucune responsabilité dans cette affaire qui empoisonne l’AEF, qui agace et embarrasse le pouvoir et dont on devine bien qu’elle ne puisse se terminer que par la chute de l’un des deux protagonistes : Alain de Pouzilhac, l’homme fort de l’entreprise, celui-là même qui a découvert le pot aux roses et diligenté les enquêtes en cours, et Christine Ockrent, les deux intéressés se livrant une guerre à mort. 

Le problème dans cette affaire et le malheur d’Ockrent, c’est que celle-ci n’est plus audible : l’intéressée à beau dire, a beau se défendre sur tous les tons et avec des arguments souvent recevables, la suspicion est générale, le réquisitoire sans concessions. Victime d’un passé professionnel, aussi flamboyant que chaotique, l’épouse de Bernard Kouchner, -qui a connu de multiples déconvenues dans la plupart des entreprises de presse où elle est passée, (de TF1, dont elle fut évincée en dix minutes par Patrick Le Lay, à France 2, qui la rejeta aussi sèchement, en passant par L’Express, qui la sanctionna durement, lui votant une motion de défiance)-, semble aujourd’hui terriblement seule.

Et les regards perplexes, hier soir, de Michel Denisot, d’Ali Badou ou de Jean-Michel Aphatie traduisaient férocement le fossé qui la séparait d’interlocuteurs dont la religion semblait faite.

Mais le coup de pied de l’âne est venu de manière assez inattendue de Jean-François Copé. Longtemps silencieux, le patron de l’UMP, à qui Michel Denisot demandait son sentiment sur cette affaire, a très fielleusement répondu en frappant de côté, préférant démolir l’AEF, une entreprise dépeinte dans sa bouche comme un empilement d’antennes disparates et dispendieuses. Un assassinat en règle.

Feignant, au nom de la présomption d’innocence et d’un sens de l’éthique poussé, de ne pas vouloir aborder le fond de l’affaire, -« j’ai trop connu les rumeurs pour deviner ce que vous endurez et je vous sens à mes côtés, très marquée, très émue», lui a t-il dit d’un ton plein de compassion -, Jean-François Copé a préféré flinguer la gestion d’une direction, faire le procès de l’AEF. Avec pour cible toute trouvée, Christine Ockrent, la seule en piste:  installée à sa gauche, elle le fusilla du regard…

Cet échange eut du coup un seul et petit mérite: celui de vérifier qu’au sommet de l’UMP cette dernière n’avait pas de franc soutien. Et que tenus dans  la bouche d’un proche fidèle du chef de l’Etat, ces propos avaient une teneur toute particulière : Tant que cette affaire n’aura pas été vraiment élucidée, l’Elysée ne fera rien pour sauver une journaliste déstabilisée, prise dans un étau.

0
15 Comments
  • ancien
    décembre 10, 2010

    Je me souviens d’un matin de fin 1985 ou début 1986 où Mme Ockrent faisait en toute loyauté antichambre chez Jérome Seydoux pour se faire embaucher sur La Cinq, alors en cours de création avec Berlusconi, pendant qu’au même moment Jacques Rigaud PDG de RTL annonçait les prodiges que la dame allait faire sur sa station.

  • fin connaisseur
    décembre 10, 2010

    Pauvre dame! Dans le sens propre du terme.
    Il est grand temps qu elle s en aille!
    Pourrie de fric! Avec le mari bien sur.

  • dupontlajoie
    décembre 10, 2010

    Ce ne sera pas une grande perte ni pour la presse ni pour le groupe qu’elle dirige!
    Elle qui a toujours été aux ordres du pouvoir dominant comme son mari cette fois ci devra encore exécuter l ordre de partir du fait de sa disgrace en haut lieu!
    Mais son talent reste encore hélas à démontrer!!

  • Martino
    décembre 10, 2010

    Les commentaires sont peu élégants et surtout particulièrement misogynes.

    L’une des très rares femmes journalistes à pouvoir s’enorgueillir d’avoir fait très correctement son métier dans une certaine indépendance des pouvoirs politiques de droite comme de gauche est désormais la cible de toutes les vindictes.

    Pourtant, son travail ne peut être remis en question.

    À l’instar d’une Ségolène, il est alors plus facile de l’accuser de tous les maux plutôt que de trouver des motifs légitimes pour l’attaquer.

    Il est fort à parier que s’il s’était agi d’un homme, l’intensité n’aurait pas été la même.

    Quant à évaluer le travail de démolition « bling bling » de son adversaire Pouzilhac (veule avec les puissants et ignoble avec les faibles), il suffit d’observer les résultats des chaînes où il sévit.

    Pitoyable…

    • agnes d
      décembre 11, 2010

      @Martino…Il faut arrêter avec la mysoginie
      et le refrain des chiennes de Garde…Quant à prendre comme exemple Ségolène cela fait montre d’un ridicule qi est symptomatique de la fausseté de vos propos.
      cette dernière chaque fois qu’elle est interviewée lâche une bourde ! pourtant moi je suis une femme et j’assume une liberté sans me trouver victime de la gente masculine.Arrêtez la paranoïa.
      Quant on a affaire à une incompétente ou à une
      femme qui commet des abus de pouvoir elle est « présumée innocente » mais ni plus ni moins que pour un homme.
      battez-vous plutôt pour les causes des femmes qui sont réellement en souffrance et non médiatiques.

      • Martino
        décembre 13, 2010

        Se faire qualifier de « chien de garde » et de préjuger de la « fausseté de mes propos » est également symptomatique.
        Je refuse de faire le tri dans les souffrances ou les victimes de misogynie (il est suprenant qu’une femme aussi impliquée que vous se trompe dans l’orthographe de ce terme si essentiel à votre combat).

        On peut défendre une personnalité en proie à la vindicte générale et défendre aussi « la cause des femmes » non médiatique. Mais c’est bien un blog consacré aux médias.

        Chacun aura également bien compris dans quelle sphère vous vous situez, notamment en mettant en exergue mon exemple « Ségolien ».
        Une nouvelle fois, si vous ne trouvez à ces deux femmes que des qualificatifs comme « faiseuse de bourdes » ou « incompétente », vous instrumentalisez vous-même ce que vous prétendez dénoncer : la présomption d’innocence.

        Désolé pour vous.

  • yvon louvain
    décembre 10, 2010

    N’y aurait-il pas, dans les commentaires, une atteinte à la présomption d’innocence?

    Qu’elle fut virée de certains médias dont l’Express ne signifie pas qu’elle manque de talent et d’intégrité. Cela peut démontrer en revanche son indépendance d’esprit.

  • yvonic
    décembre 10, 2010

    Ils ont de quoi discuter pendant les longues soirées
    d’hiver les Kouchner …Ceci étant je vois mal Mme
    Okcrent mélée à une affaire d’espionnage .

  • anderea
    décembre 11, 2010

    et bien je suis d’accord avec Copelovici il a dit c’est gênant il n y a que miss Okren pour trouve qu’elle laisse sa place aux plus jeunes journalistes le partage du travail elle n’a pas entendu parler!

  • anderea
    décembre 11, 2010

    dites moi vous avez des mites j’ai écrit aussi il n y a que miss Okren pour trouver cela normal! le pouvoir le pouvoir et encore le pouvoir

  • mort de rire
    décembre 11, 2010

    ah bon ? à l’AEF, la première préoccupation de tous ces beaux messieurs et belles dames très (mais alors très très beaucoup) confortablement PAYES AVEC NOS IMPOTS (faudrait pas l’oublier …) n’est pas de faire la promotion de la France à l’international ‘c’est censé être leur boulot) mais de se tirer dans les pattes à longueur de journées pour savoir qui sera calife à la place du calife ? On comprend pourquoi cette isntitution patauge depuis des années, à grands frais, sans atteindre ses objectifs. Décidément, c’est une épidémie extrêmement contagieuse, la sarkozyte aiguë, et qui finit par mettre notre pays en grave danger de décadence accélérée. Il est temps de prendre des mesures de quarantaine sérieuses, en clair DE FOUTRE TOUS CETTE RACAILLE ARRIVISTE DEHORS, ET VITE, AVANT QU’ELLE NOUS COUTE ENCORE PLUS CHER.

    • aubert
      décembre 15, 2010

      Je ne savais pas qu’un groupe de médias était seulement une agence de marketing pour vendre une boite de conserve « France ». Vous avez une drôle de conception et d’interprétation du métier de Journaliste, Albert Camus doit se retourner dans sa tombe….

  • DEGOUZE
    décembre 13, 2010

    Bonjour,

    Je trouve ridicule de continuer d’appeler Christine Ockrent la  » Reine Christine ».
    Christine Ockrent est inconstestablement une grande professionnelle, mais le professionnalisme n’empêche pas l’empathie, qualité dont est dépourvue cette journaliste.
    Madame Ockrent n’est pas une femme affable.
    Sur les plateaux de télé lors des débats qu’elle a animés elle a toujours fait preuve d’une grande courtoisie certes, mais toujours teinté de mépris et d’ironie, d’une condescendance qui frôle parfois le ridicule.

    A titre d’exemple, Anne Sinclair est elle aussi une grande journaliste, très rigoureuse, très professionelle, mais Anne Sinclair dégage de la sympathie, elle a le bon contact avec ses interlocuteurs ce que ne possède pas Madame Ockrent.

    Dans le professionnalime on peut inclure la méthode et la méthode Ockrent c’est un style cassant, autoritaire, péremptoire et méprisant.
    Madame Ockrent ne possède pas les qualités managériales d’un Alexandre BOMPARD, proche de ses équipes, affable et sympathique.
    Les postes de direction occupés par Madame Ockrent se sont tous soldés par des échecs dûs à sa personnalité, autoritaire,cassante .

    Madame Ockrent a démontré qu’elle n’avait pas sa place à un poste de direction. on peut être une grande professionnelle du journaliste et ne pas avoir de qualités managériales.
    Je m’étonne qu’elle veuille coute que coute s’y mainenir.
    Je ne comprends pas que malgré ses nombreux échecs à des postes de direction elle soit maintenue dans ses fonctions par Nicolas Sarkozy.
    Madame Ockrent n’est pas une femme de consensus,elle brouille l’image de l’AEF.

    Son style cassant et méprisant prend toute sa mesure aujourd’hui avec ce constat : ou sont les soutiens de Madame Ockrent ? qui la défend aujourd’hui? Personne.
    Elle peut faire appel à Jacques Séguéla, celà ne changera rien à son image et à son management.

    Autre chose importante:
    Quand son mari fût nommé ministre des affaires étrangères, elle s’est répandue sur tous les médias en disant qu’il n’y avait pas de conflits d’intérêts et qu’une journaliste savait faire la part des choses. De celà j’en suis certaine.

    Ce qui m’ennuie c’est que dans les débats, les politiques invités par Madame Ockrent ne pouvaient pas parler de politique étrangère, ils ne pouvaient pas dire ce qu’ils pensaient de Bernard Kouchner et de sa politique.
    Ce qui revient, dans un débat politique, à occulter la politique étrangère de la France au motif que la journaliste en question est la femme du ministre.
    Et c’est ça qui me pose problème.

    Madame Ockrent a 66 ans, et il y a certainement d’autres talents pour la remplacer et donner une meilleure image de l’AEF.

  • Nottin
    décembre 13, 2010

    Je n’ai pas entendu coppé attaqué okrent. Cette dame a été au poste où elle est grâce au porteur de riz, à une époque où on ne riait de rien. mais maintenant okrent doit démissionner pour ne pas être risible !

  • anderea
    décembre 14, 2010

    je pense qu’elle a glisse sur Lesieur (huile lesieur) qui en profite largement