La mort d'Yves-Marie Labé

par 6commentaires No tags 0

C’était un mélange de bonhomie tranquille et de causticité jamais méchante. Venu au journalisme à pas lents avec une nonchalance qui lui allait bien et des allures de chanoine, Yves Marie Labé s’en est allé tout aussi discrètement: ce merveilleux confrère du Monde est mort ce week-end en pleine force de l’age. Je maudis le sort qui s’acharne depuis quelques jours sur des êtres qui méritaient que la vie leur accorde une prolongation et une villégiature: Bernard Mazières il y a quelques jours, Yves-Marie aujourd’hui…

Je connaissais ce dernier depuis près de 30 ans. Journaliste méticuleux et confraternel il avait rayonné au Monde en suivant notamment, au milieu des années 80, les questions de presse écrite et audiovisuelles, dont il était un fin connaisseur. Jean-Marie Colombani, qui l’avait repéré, l’avait ensuite pris sous son aile, avant de le doter d’un statut d’itinérant au sein d’un journal dans lequel on avait vu Yves-Marie Labé naviguer dans nombre de services, avec toujours cette même appétence pour un métier qu’il dévorait avec gourmandise. D’une douceur exquise et d’une gentillesse rare, l’homme était aimé de tous. Il quitte son Monde au moment où celui-ci, -désormais aux mains d’une troïka de cost-killers- change d’ère et d’âme. Comme si Yves-Marie avait inconsciemment anticipé la fin d’une histoire et décidé de nous faire faux-bond en claquant doucement la porte. Nous le regretterons.

0
6 Comments
  • Rebeihi
    janvier 4, 2011

    Yves-Marie Labbé était un merveilleux professeur à l’Institut Pratique de Journalisme, passionné et ironique.
    A.R.

  • Bonopéra Georges
    janvier 4, 2011

    Merci Renaud Pour ce très beau papier.

  • Jean-Pierre Corcelette
    janvier 4, 2011

    Merci pour Yves-Marie de ce bel épitaphe. Je connaissais Yves-Marie depuis le début des années 80 où j’officiais à l’ACP après nous être croisés à l’APIJ comme tant d’autres confrères qui suivaient l’éducation… Je garderai en tout cas le souvenir d’un type qui n’a jamais failli, d’un journaliste qui faisait honneur à ce métier, à l’amitié simple, joyeuse, d’une belle culture et d’une vraie gourmandise de la vie. On ne se voyait qu’une ou deux fois tous les deux ou trois ans, mais il va me manquer… Merci de transmettre ma peine et mon soutien sincère à ses proches. JP. Corcelette.

    • bolloch
      janvier 4, 2011

      Jean-Pierre de tristes circonstances nous permettent de reprendre contact. Comme tu le sais sans doute les amis d’Yves-Marie se retrouveront vendredi à 14 heures au Pére Lachaise…A bientôt donc. serge

  • CP
    janvier 4, 2011

    Vu de loin, comme ça , un gars de 56 ans qui fait une crise cardiaque dans une société en restructuration où l’on suppose que des têtes vont tomber, avec un Attila notoire qui sévit pour réduire les coûts…

    A mon avis on lira des trucs plus tard qui p’têt expliqueront bien des choses…

  • vampire diaries
    janvier 21, 2011

    Hi there, I actually like your incredible web site!! It is definitely a good piece of writing. My family and i look forward to reading through much more helpful articles in which you’ll be writing in the forthcoming. I’ve found out a lot with this. Kudos.