Entre concerts et théâtre, Hallyday écartelé

par 2commentaires No tags 0

 

Le Point de cette semaine publie, sous la  plume de Sacha Reins, un article sur Johnny Hallyday au moment où le chanteur semble remettre à plat une carrière chahutée par les ennuis de santé que l’on sait. Hallyday qui a passé au Karcher son premier cercle, sacrifiant, notamment, son photographe attitré, Daniel Angeli, son docteur Mabuse, Stéphane Delajoux, qu’il n’écarte pas d’attaquer devant le Conseil de l’Ordre des médecins, ainsi que son producteur fétiche, Jean-Claude Camus, remplacé par le très posé et très carré Gilbert Coulier, s’emploie depuis plusieurs semaines à reprendre la main.

Un disque avec Mathieu Chédid, quelques apparitions télés cousues main, (dont une ce soir, sur TF1), quelques reportages photos livrés clés en main à Match, (dont dix pages cette semaine), où Arnaud Lagardère a déroulé le tapis rouge …« L’ idole des jeunes » se reconstruit méthodiquement une image à peine ébréchée, qu’une tournée, sans doute triomphale, programmée pour 2012, devrait restaurer.

Soigneusement planifié, ce travail de reconquête, passe par la case théâtre. On sait, en effet, que depuis des mois Johnny Hallyday ambitionne de jouer une pièce de Tennessee Williams, mise en scène par Bernard Murat. Produite par le financier et philanthrope, Marc Ladreit de Lacharrière, cette pièce, dont Hallyday devrait assurer une centaine de représentations, est un pari risqué. « Je me demande pourquoi je me suis embarqué dans  cette affaire», confie d’ailleurs, dans cet article du Point, l’artiste qui sait mieux que quiconque qu’il a beaucoup à perdre dans une telle épopée: de l’énergie avant une tournée qui s’annonce lourde et forcément harrassante, d’abord. Et un  peu de son image, ensuite, si d’aventure la critique se révélait mauvaise.

On se demande, en effet, ce que Johnny Hallyday est allé faire dans cette galère! Prisonnier de son engagement, ce dernier semble vouloir néanmoins tenir sa promesse et monter sur les planches, vaille que vaille. Mais la raison voudrait qu’il privilégie en premier lieu sa tournée, pour affronter le théatre une fois celle-ci derrière lui : la scène d’abord, les planches ensuite, cela devrait être la logique. Sera t-elle celle de l’artiste ?

0
2 Comments