France Télévisions et le cas Giesbert

par 17commentaires No tags 0

Il est en effet un mystère Giesbert….

Lancé dans une vaste opération de toilettage, France Télévisions a décidé de passer à la trappe un certain nombre de rendez-vous, au rang desquels « Semaine critique », cette émission littéraire qu’anime chaque semaine, sur France 2, le directeur de la rédaction du Point, Franz Olivier Giesbert.

Motif officiel? L’audimat. L’audience du magazine, qui rassemble en moyenne 550 000 téléspectateurs, soit un peu plus de 6% de part d’audience, serait en effet trop insuffisante. Cet argument, qu’il convient de balayer d’entrée de jeu, ne tient naturellement pas. Chacun sait en effet que ce type de programmes n’est pas mis à l’antenne, à des heures tardives, pour réaliser des performances d’audience, mais pour répondre aux impératifs de France Télévisions, en matière de programmes culturels : les fameuses missions de service public.

Mausolées du genre, Apostrophes, puis Bouillon de culture, deux rendez-vous qu’il est de bon ton de sacraliser, aujourd’hui, tout comme son présentateur iconique, Bernard Pivot, que l’on promène depuis quelques jours sur les plateaux, à coups de superlatifs insupportables, comme le champion d’un concours d’élevage, réalisaient, en leurs temps, des audiences plus que moyennes. Des résultats que personne n’oserait rappeler, par peur d’égratigner le mythe…

Donc exit l’argument de l’audimat.

L’autre raison, que l’on pourrait voir invoquer, tient à la facture de ce programme : «Semaine critique» est-elle une bonne émission ? Réponse, oui. Après un démarrage poussif, ce magazine a fini par trouver un ton, un rythme et un style. Corrosive, intelligente et souvent drôle, grâce à cette désopilante chronique tenue par Nicolas Bedos, cette émission s‘est tranquillement insinuée dans le paysage. Au point que le monde de l’édition en a fait l’un de ses passages obligés.

Alors quoi ? Erratique-t-on, liquide t-on, l’un des vestiges de l’ère Carolis-Duhamel? Ou exfiltre-t-on le très agaçant Giesbert, dont les prises de positions à l’égard de Nicolas Sarkozy ne seraient pas conformes au dogme ? A l’image du traitement réservé à ce dernier dans les colonnes du Point. Ou de cet essai qu’il vient tout juste de publier aux Éditions Flammarion :  intitulé M. Le Président, il y brosse le portrait sans concession d’un chef de l’Etat «colérique, égotique, laquais de la bande du Fouquet’s». En rupture affichée avec le locataire de l’Elysée, Franz Olivier Giesbert, qui a connu, comme la plupart des patrons de presse de la place de Paris, des relations cyclothymiques avec Nicolas Sarkozy, semble avoir fait le choix d’un regard  définitivement critique. Une posture radicale qui a naturellement pesé d’un poids certain, -d’autres diront, essentiel, mais je n’irai pas jusque là -, dans la décision de France Télévisions d’écarter FOG.

0
17 Comments
  • giret
    avril 27, 2011

    Vous tapez à côté. Semaine critique était un programme affligeant. A l’exception du génial Bedos, tout sonnait faux. Du fameux « lisez-le, c’est du bon! » de FOG à la jenesuispasd’accordite de Levy tout était convenu, chacun sa réplique, son moment. J’avais l’impression que les animateurs, comme les invités, attendaient la fin de l’émission. Au final, aucun des numéros ne m’a donné envie d’acheter un livre, pis l’émission m’en a découragé. Ce qui n’était pas le cas de Pivot. FOG n’a pas révolutionné le regard posé par les Français sur les livres, n’a pas innové en matière de télévision culturelle non plus. Un point c’est tout.

  • laurette
    avril 27, 2011

    C’est tres regrettable de voir supprimer cette excellente emission, meme si ELevy y etait tout à fait insuportable, le reste etait de tres bonne tenue, les debat interressants avec invités souvent prestigieux…… quelle tristesse de la voir se terminer, les vendredis soirs vont etre tres tristes !!!!

    • MILAN
      avril 29, 2011

      Laurette

      Vous êtes triste que FOG se termine et vos vendredi vont êtres tristes?

      Allez sur ART et ouvrez une bonne bouteille; un bon rosé bien frais par exemple!!

  • steed
    avril 27, 2011

    je ne suis aucunement d’accord avec vous sur le fait que semaine critique soit une bonne émission !

    L’erreur des émissions culturelle c’est de faire du bouillon de culture de pivot depuis 10 ans, quel intérêt ?

    Il faut arrêter toutes ses émissions qui ne sont que de la radio filmé !

    Il faut faire plus d’image mais cela coûte de l’argent !

  • Titin
    avril 27, 2011

    Erratique t on? Du verbe erratiquer? Whaou…

    Merci de ces bons moments de rigolades qui prouvent au moins que ce n’est pas parce qu’on a rien à dire qu’il faudrait se taire.

  • Sous culture
    avril 27, 2011

    Bon moi j’aime bien Giesbert, mais son émission sonnait démago. Pourquoi démago? Et bien, elle était ni de droite ni de gauche, ni de? Elle était dans le rien! Elle était trop généraliste, alors que ce genre d’émission doit ciblé un but, un sens, un parti pris direct, total! Je crois que Giesbert s’est trompé de concept; il défend un concept fatigué qui ne correspond pas a la société actuel; il invite des gavés, des fils de, des filles de, des gens, trop, dans le paf, pif. Alors qu’il manque tellement d’une émission de la sous culture; des jeunes de la pensée, de la culture urbaine. On avait quoi chez Giesbert, de la dérision post déprime bourgeois, sous la langue, de Bedos, un pauvre comique délirant qui ne parle que de bourgeoisie pathétoc, comme ci sa dérision de sa classe social gavé, nous intéressait! Son délire poste narcissique a l’adresse du patron et ami Giesbert, me donnait envie de vomir, tellement, c’était nul! Alors cette émission indigeste tellement l’invité était prévisible, tellement elle est le reflet de cette société de gavé, qui n’ont même pas la classe de se cacher, viennent repu montrer leur vulgarité, se répandre, parler pour, souvent ne rien dire. Ils viennent vendre c’est tout! Alors Giesbert, quand une émission de la pertinence sans les gavés que vous aimez tant!!

  • roger95
    avril 27, 2011

    « Télé mon bon plaisir ». Il ne faut plus s’étonner de rien…

  • Harmony
    avril 27, 2011

    Drôle de gars ce Giesbert aux yeux de plus eu plus mi-clos. Il y avait des choses toutes à fait insupportables, tout d’abord l’hystérique Lévy aux yeux gonflés de critiques, un Almeida totalement aphone, un Abiker absent, mais surtout l’affligeante chronique de Bedos, ce pistonné de fils à papa qui ne faisait rire QUE Gisbert. Fallait voir la tête des invités pendant son délire…
    Non, on ne va pas regretter.

  • azise b
    avril 28, 2011

    Giesbert est un type plutôt cool, mais son émission était passé. Elle était passé, car elle ne s’adressait qu’au service commercial. Il est étonnant que le service public soit devenu un tremplin pour le service privé de la vente en direct? On comprend très bien, que les télés privés vendent, présente des auteurs qui vendent eux aussi, mais le service public, lui, il n’a rien a voir avec ça? Il a une liberté d’être dans le gratuit, il prend en charge l’œuvre nouvelle, des visages, des idées en marges? Elle est là la vrai idée. La télé public doit représenter ce que l’on ne voit pas; les invisibles?Au contraire la télé public invite le déja vu, les chiants, la pensée aux ordres, l’uniformité, le faux rebelle; Bedos le tragique guignol hystérique, la Lévy, nationaliste poste facho, dans la répétition critique du rien, chiante a mourir. Et Almeida, on se demande ce qu’il foutait là, avec son sourire dentifrice, au fluor café de Flor. Et puis aussi, les journalistes filles de Giesbert, la brune et la blonde dont je ne me souviens pas des noms; les potiches sans pots, malheureuses dans un ce bazar d’histoire sans parole. Il est vrai que pour ma part, j’aimais plutôt la journaliste blonde, car elle était pétri de classe et de dignité entouré souvent de machos abîmé, déprimé , enveloppée, trempé, suant comme des vieux thons a l’huile.
    Finissons la fine et tragique équipe de Giesbert avec le fameux Abiker , bon je m’arrête là, je ne vais pas tiré sur l’ambulance comme on dit.
    Et bien cette tragique équipe va partir dans les archives de la télé poubelle, je garde quand même l’espoir que Giesbert un jour, fera une émission audacieuse pour les invisibles, pas si invisibles que ça.

    • azise b
      avril 29, 2011

      J’avais nommés les deux journalistes femme, la brune et la blonde, et je préférais la seconde par sa classe naturel et bien il s’agissait de Adelaide Clermont-Tonerre du magasine mondain; Point de vue. Comme disait le capitaine haddock; mille sabord! Tonnerre de Brest!!

  • Exekias
    avril 29, 2011

    Un Giesbert narcissique, des chroniqueurs vus et revus ailleurs, un Bedos amusant à temps partiel… En quoi cette émission est-elle différente des 92 émissions-alibis culturelles qui l’ont précédé ?

    Seule consolation pour Giesbert, il pourra faire faire le tour des médias en expliquant qu’il est victime d’une cabale de celui qui ne doit pas être nommé. Même si c’est faux.

  • lecturepourtous.blogspot
    avril 29, 2011

    Espérons qu’une émission dynamique lui succédera. FOG n’a pas besoin de ce support médiatique pour « être », avec Le Point, ses bouquins, il règne déjà. Peut-être qu’avec de la nouveauté, de la vraie littérature, de la gaîté, on pourrait avoir une excellente émission. Mais quel l’animateur ? Who ?

  • fumisterie
    avril 29, 2011

    Le croc de boucher alias « le nabot » continue de sévir en coulisses, de toute évidence… ^^

  • seb
    avril 30, 2011

    Franchement, l’émission n’était pas au niveau : Giesbert n’avait jamais rien préparé, cela se voyait dans les questions le plus souvent convenues, lorsqu’elles n’écorchaient pas le titre de l’auteur ou de son bouquin ! Giesbert n’a jamais bossé ses émissions, tout le monde le sait. Même chose pour Durand d’ailleurs. La culture à la télé se limite pour lui à organiser une confrontation entre les invités et à allumer la mèche. Franchement, cela ne me manquera pas et je trouve cette suppression méritée.

  • cjhris
    avril 30, 2011

    j’aimais bien, bon tout dépend évidemment du sujet, c’est vrai que E Levy vraiment on avait envie de la faire taire directement, tellement ses critiques ne sont que critiques d’office et en plus à contre courant à chaque fois, c’était trop fort ça.
    La critque et bonne mais dire toujours le contraire pour dire le contraire, cela n’a pas de sens.
    Mais dans l’ensemble,j’aimais bien.

  • alain bullot
    avril 30, 2011

    dommage la suppression d’une excellente émission qui pour une fois ne volait pas au raz des paquerettes, et en plus les femmes de l’équipe, sont belles et intelligentes ,.Décidement avec l’émission « ce soir ou jamais » c’est, deux très bonnes émissions intelligentes qui vont être supprimées. Et en plus j’adorais E.Levy !

  • Melka
    mai 1, 2011

    Aucun regret! Cette émission ne m’a jamais donné envie de lire. FOG est un excellent journaliste, un bon intervieweur en face à face, dans l’intimité..Mais en animateur TV il est carrément nul. Bedos c’est du téléphoné, aucune spontaneité.. »C’est curieux cette manie de faire des phrases.. » ça ne vous rappelle rien?
    On a envie de lui balancer un crochet comme dans les tontons flingueurs.