Neuf écoliers sur dix sont des sadiques ou des lâches ? La chronique de Philippe Gavi

par 3commentaires No tags 0

 

A la Une des médias. Selon une enquête de l’UNICEF (auprès de 12.000 écoliers de 8 à 12 ans), 12 % disent ressentir une oppression quotidienne liée à la multiplication des petites agressions verbales ou physiques. Traduction médiatique : plus d’un enfant sur dix est victime de violences, harcelé par des camarades.

Partant de l’hypothèse que l’agressé n’est pas l’agresseur, et que les persécuteurs sont au moins trois, il se déduit que trois écoliers sur dix sont des brutes. Ajoutons que six écoliers sur dix ayant laissé faire sont des lâches ou des timides. Ce qui donne une victime, trois salauds et six lâches, et dix surveillants sur dix incompétents. La preuve : neuf enfants sur dix se sentent bien à l’école. 93 % trouvent les récrés agréables. 83,5 % ont de bons copains.

Est-ce nouveau ? D’accord, il y a plus de racket mais sur le sadisme et la lâcheté, les cours de récréation ont toujours été des exutoires, même à l’école des sorciers de Harry Potter. L’enquête ne précise pas qui est la victime, mais livres, films, séries télévisées attestent que selon l’époque, le pays, mieux ne vaut pas être paysan mal dégrossi, petite grosse, simple d’esprit, youpin, rital, basané, latino, pauvre, infirme.

Si on faisait un sondage dans les entreprises, un comité de rédaction, un parti politique, partout où il y a du nombre, des chefs et sous chefs, je suis persuadé qu’au moins une personne sur dix se dirait victime  de violences.

Gageons que les filles commettent moins de violences physiques, mais sur le plan de la cruauté verbale,  elles valent bien les coquelets.

Copé, Guéant et consorts soutiennent que dans les mosquées les prêches doivent être dits en français. Auraient-ils interdit les messes en latin du temps où elles se pratiquaient ?

Je ne me suis jamais plaint d’être réveillé par les cloches, ni de voir la rue occupée par une procession.

Les racines détermineraient notre présent ? En Corée du Nord, on vous demande ce que faisait votre arrière grand père; il est de bon ton qu’il ait été paysan ou prolétaire.

Libye. Faut-il dire  les rebelles, les insurgés, les « chabad » (jeunes) ? Il semble évident qu’une partie des libyens soutient le colonel Kadhafi. De même, il ne faut pas oublier qu’à peine plus de 50 % des Ivoiriens ont élu Ouattara.

Pleine page de pub pour le géant IBM« Une planète plus intelligente est une planète plus sûre ». Ils ne sont pas futés, les communicants ! D’abord, intelligence et sécurité n’ont jamais été liées. Il y a des salauds, des fous, des criminels intelligents. J’ai bien compris que l’accroche joue sur les mots, et parle d’intelligence artificielle. « L’informatisation et l’hyper connexion de notre planète génèrent une richesse d’informations sans précédents ». Exact. « Ces informations peuvent nous aider à régler les dysfonctionnements structurels qui entravent notre monde depuis des décennies dans des domaines allant de la prévention des embouteillages à la santé en passant par la sécurité alimentaire ». Ca, c’est moins sûr, mais passons. Ce qui est certain, c’est que plus la planète est connectée (le volume des contenus créés va quintupler d’ici deux ans pour dépasser 2,5 zettaoctets), plus elle est fragile. Il n’y a pas que la cybercriminalité qui la menace et qu’IBM affirme pouvoir juguler, il y a le court circuit total. Toute interdépendance génère des risques majeurs et systémiques. Ca ne signifie pas qu’il faut renoncer à l’informatique.

Je lis que Patrick Buisson, conseiller de Sarkozy, est celui qui a préconisé d’appuyer sur la pédale sécuritaire, identitaire et migratoire, grâce à quoi Sarkozy aurait gagné les présidentielles en 2002. Patrick Buisson a été directeur de « Minute », Les jeunes d’aujourd’hui  s’en tiennent aux verbatim télévisés, mais le « Minute » que j’ai feuilleté du temps où Buisson le dirigeait était un brûlot aux relents antisémites (donner en parenthèse les patronymes juifs), malveillant, violent. Je ne me fierai jamais à un individu pareil. Il lui manquera toujours une qualité essentielle : la générosité, le sixième sens de l’équité, du lien social. Je personnalise trop ? Non. Les idées comptent moins que les personnes, c’est-à-dire leurs comportements, leurs mots, leurs affects, leurs rapports à l’autre.

Ce n’est pas la bêtise qui fait proférer des inepties, c’est l’arrogance. En langage vulgaire, prendre les gens pour plus cons qu’ils ne le sont.

Laurence Storch, directrice des programmes de TF1, et Endemol, ont arrêté vendredi dernier « Carré VIIIP ». Pour cause de contre performance : 12 7 % d’audience, 1,9 millions de téléspectateurs après 18H15, c’est du suicide pour la première chaîne de France..

Pourquoi ce bide industriel ? Comment peut-on se planter à ce point ?

Je présume que la plupart des lecteurs de cette chronique n’ont jamais vu cette émission. Moi si. Je regarde tout, séries, jeux, et télé réalité. Je suis très bon public.

Comment a-t-on cru qu’il pourrait ressortir une histoire, une comédie, un suspense en collant ensemble seize garçons et filles, mi stars de la télé réalité, et donc very important persons (à savoir faisant les titres de la presse people), mi candidats aspirant à ce statut glorieux (et rémunérateur). Comme m’a dit ma fille, « il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre ».  Tous sont  hystériques, bruyants, prétentieux, caricaturaux, obsédés par le « buzz » : « folles »,  travesti, chanteuses bidon, machos, exhibitionnistes, ils ne sont même pas beaux, sympas, drôles ; ils sont aussi sexy qu’un godemiché. Pas d’empathie possible. En plus, il ne se passe strictement rien, il n’y a même pas un secret à découvrir, le suspense est nul, le serpent se mord par la queue. 0 + 0 + 0 = 0.  Attention, je ne suis pas méprisant. Peut-être sont-ils autrement dans la vie réelle, mais le casting, le montage, la mise en scène les présentent ainsi.

Ultime arrogance de la chaîne, vendredi je tombe sur « Confessions Intimes », pas un mot pour me signaler que « Carré  VIIP » est déprogrammé.  Moi,  j’ai appris que quand on se décommande, on s’excuse.

La preuve que la télé réalité n’est pas en soi un genre infâme. Le nouveau jeu de TF1, programmé vendredi après le JT, « Familles d’explorateurs » (juste avant feu le « prime » de « Carré VIIIP ») est très sympathique, malin et intégrateur. Il oppose cinq familles très différentes d’origine, de situation, de caractère auxquelles le public peut s’identifier. Incluse la famille Bozig, des marseillais originaires d’Algérie, pétanque et couscous.  La famille Fiasson, qui a gagné la première épreuve, a préféré éliminer Bruno, le « patriarche »  de la famille L’Appartien plutôt que Ahmed, le fils Bozig. Qu’aurait fait la famille Buisson ? PG

0
3 Comments
  • Cath
    avril 4, 2011

    ah oui c’est pas une chronique c’est un article qui part dans tous les sens sans queue ni tête.

  • Didier
    avril 5, 2011

    je pense qu’Eric Fioril a explique en detail dans son livre la programmation faite par les gouvernements afin de rendre les populations lobotisees.

    pour acceder a son livre:http://www.megaupload.com/?d=IQQ8TUTH
    il faut taper :revelations
    pour ouvrir; bonne lecture

    il faudrait lui faire plus de pub a ce livre car ca ouvrirait un peu plus les consciences des gens.
    Il y stipule aussi que tous les medias importants sont sous controle, ce qui evite que la (les) verite(s) soit connue(s); et il y en a pas mal.

    merci de travailler pour la verite

  • snapscan
    avril 7, 2011

    Ni queue, ni tete . Il y a aussi des périodes de l’Histoire ou il ne fait pas bon d’etre Français surtout en lisant cette ….. chronique ta race!