Eric Woerth à livre ouvert…

par 22commentaires No tags 0

Il n’était pas prévu que je croise un jour la chemin d’Eric Woerth. Et il était non moins probable que je ferai avec ce dernier un livre d’entretien (*) retraçant l’année qui a vu ce moine soldat du sarkozysme encalminé, glisser dans les fossés d’un hippodrome, situé en lisière de la forêt de Compiègne, après que l’intéressé se sera fait joyeusement étriller, au nom d’un certain nombre de relations jugées alors coupables. De Liliane Bettencourt à Patrice de Maistre.

Il n’était pas dit, enfin, que je puisse entendre le plaidoyer d’un ancien trésorier de l’UMP, devenu l’un des piliers du dispositif de Nicolas Sarkozy durant la campagne, à qui l’on donna, avec beaucoup de générosité, certes, le diable sans confession. Et dont certaines des dénégations, malhabiles pour ne pas dire  maladroites, rendaient le personnage forcément suspect. Et difficilement audible.

Eric Woerth, dont j’ai fait la connaissance par l’entremise d’un journaliste ami, cherchait au début de l’hiver quelqu’un susceptible de l’écouter et non d’instruire à nouveau son procès, n’étant ni policier, ni magistrat. Quelqu’un capable non pas de l’assigner, une fois de plus, mais d’entendre ce qu’il avait à dire, quitte à le tisonner. Avec cette question: Pourquoi cet homme qui avait subi, des mois durant, un feu nourri, était-il tant demandeur d’une grande explication? Pourquoi « remettre le couvert», quand la plus élémentaire  prudence impose le silence? Pourquoi revenir sur son histoire, quand la raison voulait qu’il se retire sur la pointe des pieds ?

J’ai donc replongé pour cela dans les archives et reconstitué le fil de son histoire: des prémices de l’affaire Bettencourt, aux feuilletons de l’hippodrome de Compiègne, dossier-bourbier  qui lui vaut d’être aujourd’hui traîné devant la Cour de justice de la République.

Et ensemble, moyennant une règle simple, -ne rien oblitérer, ne jamais louvoyer-, nous avons passé une quinzaine d’heures à décortiquer ce qui a fait les choux gras de la presse de ce pays, durant un semestre.

Certains y verront de la candeur, d’autres diront que j’ai péché par amateurisme ou excès de crédulité, que j’ai «gobé », peu importe: une conviction s’est forgée et elle est ancrée. Haché menu par la presse, dont les accusations pour l’essentiel, à la seule exception du dossier de Compiègne, encore à l’instruction, se sont toutes effondrées ; lâché par un appareil d’Etat tout entier, -de Nicolas Sarkozy à François Fillon-, prompt à liquider l’un des leurs, par peur d’un tsunami politique, Eric Woerth, m’a semblé en tout état de cause d’une extraordinaire bonne foi.

Que l’homme ait commis  des erreurs de communication, c’est l’évidence. Qu’Eric Woerth ait défendu l’indéfendable, – notamment, la présence, éminemment symbolique et contestable, de son épouse au sein de la galaxie Bettencourt -, c’est également vrai. Cette somme de maladresses en fait-il pour autant un escroc et un criminel? Eric Woerth s’est-il enrichi, au passage?  Est-il intervenu  pour faire embaucher son épouse? A t-il usé de ses fonctions régaliennes de ministre pour favoriser tel ou tel ? A-t-il transporté des valises de billets de banque, pour le compte du candidat Sarkozy, en 2007? Ou œuvrer en coulisses, pour que l’un des donateurs de cette campagne, Patrice de Maistre, se fasse accrocher une breloque au revers de son veston? Cinq fois, non.

Un rapport de l’Inspection générale des finances, devenu une pluie de confettis, une fois publié a minima par une infime partie de la presse, a été on ne peut plus clair sur toutes ces questions. Blanchi, mais acculé, Woerth n’a pas eu d’autre choix que de jeter l’éponge et d’accepter la disgrace élyséenne.

Quant aux restes des allégations le visant, l’intéressé en fait du menu bois dans ce livre, véritable exercice d’anatomie d’une affaire en toc.

Reste Compiègne: la justice tranchera. Même si, là encore, j’ai trouvé, j’ai jugé, l’argumentaire d’Eric Woerth on ne peut plus solide.

Restent les dégâts, immenses: un homme et une épouse à terre. Défaits, atteints dans leurs chairs et qui ne se relèveront de cette histoire que forcément difficilement.

Reste aussi l’image d’un appareil politique peu courageux et qui n’a pas fait grand cas de la sacro-sainte présomption d’innocence si souvent invoquée avec force.

Reste, enfin, un emballement médiatique et une forme de chasse à l’homme insupportable, qui obligent là aussi, forcément, à s’interroger. A nous interroger.

Dans la tourmente. Entretien avec Eric Woerth. Edition Plon. En librairie le 14 mai.

0
22 Comments
  • Herbier
    mai 9, 2011

    J’ai toujours eu l’intime conviction que cet homme était profondement honnete.

    Quel gâchi… J’espère le revoir au plus haut un jour…

  • amarante marie noelle
    mai 9, 2011

    je cite  » J’ai donc replongé pour cela dans les archives et reconstitué le fil de son histoire: des prémices de l’affaire Bettencourt, aux feuilletons de l’hippodrome de Compiègne, dossier-bourbier qui lui vaut d’être aujourd’hui traîné devant la Cour de Justice de la République. » » » Il n’est pas « traîné devant la « cour de justice », pour l’instant, si je ne m’abuse, il a simplement répondu aux questions que les Magistrats de la « Commission des Requêtes » de la Cour de Justice désiraient lui poser ce qui est une nuance de taille car ils peuvent clore également à tout moment le dossier.

    je cite «  »Restent les dégâts, immenses : un homme et une épouse à terre. Défaits, atteints dans leurs chairs et qui ne se relèveront de cette histoire que forcément difficilement. » » »C’est ce qui m’a le plus profondément touchée et ce, depuis fin juin 2010

    j’ai essayé modestement de l’encourager et surtout de le défendre tous azimuts contre la « bêtise humaine »

    je cite «  » »Reste, enfin, un emballement médiatique et une forme de chasse à l’homme insupportable, qui obligent là aussi, forcément, à s’interroger. A nous interroger. » » »

    Ca Mr Revel, c’est à vous, journaliste de vous y atteler et de vous poser la question ou de faire tréellement en sorte
    d’y apporter une réponse « honnête » car la façon qu’a eu Médiapart en particulier, toute la gauche et les médias de gauche dans leur ensemble a été assez consternante, honteuse et je pèse mes mots.

    Ayant vécu 34 années de ma vie à l’etranger, je n’avais jamais vécu un épisode politique de cet ordre.

    J’ai affirmé, dit, redit à de multiples reprises que Monsieur Woerth était un homme Intègre, Loyal serviteur de l’Etat, son service étant sa seule ligne de conduite directrice et ma réaction personnelle a été due à une sorte de « transfert » concernant sa famille au sens élargi et la mienne comme si j’étais touchée moi-même dans ma propre chair par tout ce qui lui est arrivé.

    J’attends avec impatience et fébrilité, comme dirait Fukuyama  » la fin de l’Histoire » c’est à dire la conclusion de la Commission des Requêtes et ce que vont dire les Magistrats de Bordeaux concernant les deux enquêtes préliminaires restantes.

    Je pense qu’un épisode comme celui-ci laisse des traces indélébiles.

    Je lui souhaite bonne chance de tout coeur.

  • amarante marie noelle
    mai 9, 2011

    Pour Renaud Revel

    La veille de son audition par la Commission des Requêtes, je lui avais mis ce post sur le « nouvelobs.fr » sachant bien sûr qu’il ne le lirait jamais. Mais c’était vis à vis des gens qui le critiquaient et l’agonissaient d’injures sans arrêt, sans jamais se donner la peine de faire des recherches ou de le comprendre :

    ROEDERER à 15:21 le 03-05-2011

    Allez Eric ! Courage

    La fin approche. Vous n’êtes là qu’en tant que « témoin assisté ». La vérité, celle que vous avez tant proclamée va enfin pouvoir se faire jour. J’attends depuis si longtemps avec une impatience fébrile
    que vous soyez innocenté et que la « gauche et les médias de gauche » dans leur ensemble prennent une « claque gigantissime » et en particulier Médiapart, ceux par qui le scandale est arrivé encore ce week-end avec Laurent Blanc pour lequel vous avez dû avoir une pensée spéciale au regard de la provenance de « la cassette clandestine »!!…Ne me décevez pas. Je serai avec vous ainsi que tous les gens qui vous aiment , vous ont suivi et vous apprécient depuis Juin 2010, par la pensée. Allez! c’est la dernière marche et vous pourrez enfin avoir le coeur plus léger!

    Alerter Réagir

  • azise b
    mai 9, 2011

    Monsieur Revel

    Vous êtes conscient de ce que vous venez de d’écrire en ce qui concerne monsieur Woerth? J’en doute et j’espère, car je vous trouve super, que vous ne vous êtes pas gouré avec ce type arrogant, imbu de lui même et manipulateur. Je ne sais pas comment vous avez croisé sa route, mais il s’agit d’une route scabreuse qui risque de vous faire perdre la crédibilité qui vous caractérise. Nous verrons par la suite, c’est dommage.

    • amarante marie noelle
      mai 10, 2011

      AZIZ – je vous cite «  »ce type arrogant, imbu de lui même et manipulateur. » » »Le portrait est tellement outré et ridicule que l’on se pose la question de savoir si vous vous êtes donné un jour la possibilité de faire des recherches pour le connaître réellement.

      • azise b
        mai 10, 2011

        Amarante Marie Noelle, pas tellement marante.

        Vous pensez vraiment que la justice enquête sur l’hippodrome de Compiègne et le favoritisme et je dirais même plus, la somme dérisoire de la vente? Ventre le patrimoine des français, le brader a des copains? Allons, a des connaissances? Avoir sa femme qui travail pour les » Betencourt », enfin chez celui qui gère ses affaires et découvrir l’arnaque, la spoliation organisé? Mais bien sure le majordome qui a enregistré la fumisterie est un homme fou, il est fou aussi quand il parle des fameuses enveloppes!
        Monsieur Woerth était trésorier de l’UMP et ministre du budget! Oui super le démocrate, pas peur du mélange de genre; le matin a la télé, prés du peuple et le soir, on compte les billets des fameux donateurs. Non, ben c’est normal! Un peu comme les mafieux qui tiennent des pizzérias aux sourires dentifrice fluor et le soir des racketteurs de la pire espèce. Vous visiblement vous trouver ça normal.Moi pas. S’il avait été un homme honnête, il n’aurait jamais accepter d’être trésorier de l’UMP et ministre. Alors, que dites vous de ça? Et puis n’oubliez pas, s’il n’y avait pas eu les enregistrements, nous aurions rien su et il serait encore ministre magouilleur et peut être même premier ministre! Bon, il s’est fait prendre et cela ne fait que commencer, c’est tomber sur lui, lui qui coyait sans doute être intouchable, mais quand on magouille, on se fait toujours prendre, surtout quand on est un fusible. Bon, il n’est pas le seul, c’est vrai ça aussi et il va surement payer pour les autres, mais, c’est a lui de jouer sa partie et de venir expliquer, aux juges, a la justice ce qui c’est passé. Moi, c’est ce que je pense de tout ça et nous attendrons ce que dira la justice.

        • amarante marie noelle
          mai 10, 2011

          En dehors du fait que  » le salmigondis » qui vous tient lieu de réponse dans un français très approximatif, je vous siçgnale que la plupart de vos propos relèvent de la diffamation. Comme vous n’offrez aucun intérêt et ce que vous dites encore moins, je ne me donne même pas la peine de vous répondre.

          • azise b
            mai 10, 2011

            ah! pas marante Marie Noelle

            vous êtes d’une tristesse a mourir a défendre l’indéfendable! Mais ça vous regarde après tout. Vous n’avez aucun argument, c’est tout. C’est comme ça sur les blogs, quand on coince un affabulateur, pour vous affabulatrice, on réagi comme vous venez de le faire et puis sur mon français, on est sur un blog et je crois que vous m’avez très bien compris ma cher, ce qui veux dire que mon français vous l’avez pigé  » chez les gens de droite, ils deviennent tout de suite raciste comme vous venez de le faire, vous n’avez que ça a dire, ma pauvre mémère . Allez faire un tour, respirer un bon bol d’air bien pollué et donnez en un peu a votre chouchou.

  • Sasa
    mai 9, 2011

    Comme si le trésorier d’une campagne présidentielle pouvait avoir les mains propres ! A fortiori quand il a fait ses classes auprès de Jean-François Mancel.
    On connaissait le délit de sale gueule. Eric Woerth a la chance d’avoir une tête de premier communiant. Je ne vois pas d’autre explication à la mansuétude dont il bénéficie.

    • amarante marie noelle
      mai 10, 2011

      SASA – on voit que vous avez consulté wikipedia….! vous avez oublié Louise Yvonne Casseta..!

      La « mansuétude dont il bénéficie » , si vous vous
      étiez « creusé » un peu la tête et fait des recherches
      à son sujet, vous vous seriez peut-être aperçu qu’il était lui et sa famille par ricochet, tout bonnement  » une victime » et « non consentante de
      surcroît! Ils ont subi stoïquement ce déferlement
      assez haineux de gens qui comme vous l’ont l’insulté, sans savoir réellement, suivant comme des « moutons » le berger Médiapart qui vous a emmené ou il voulait, tel le joueur de flûte qui a conduit « les rats se jeter dans le fleuve au son de sa flute….! ».

      Je pense que c’est tout bonnement l’excécration de ce qu’il est et ce qu’il représente que vous n’êtes pas vous même qui vous aveugle. L’envie est mauvaise conseillère.

      • azise b
        mai 10, 2011

        Amarante Noelle

        Pourquoi n’acceptez vous pas, la vérité? Traité Médiapart comme vous le faites, faut le faire; vous n’avez pas peur du ridicule, je dirais que vous êtes aveugle. Bon, si vous êtes amoureuse, je vous pardonne, mais quand même, faut pas déconner. Vous le défendez mal Eric Woerth. Il le sait lui qu’il a magouillé. Je redis qu’il n’est pas le seul, mais il va payer pour ses copains. Et nous savons qu’en politique, comme dans le monde animal, celui qui est blessé se fait dévorer par sa famille, ses amis. La politique, c’est le métier le plus horrible, sans pitié, fait de gens souvent sans aucune indulgence, d’un arrivisme inépuisable, d’une ambivalence qui tuerais n’importe quel psy et prés a tout pour réussir. Il n’y a pas de pitié en politique. Moi, pour tout vous dire, je les déteste et rare sont ceux qui ont de la classe, du niveau. Peut être chez certain Aristo de gauche, encore lucide que l’argent c’est la mort.

        • amarante marie noelle
          mai 10, 2011

          AZIZ – comme on a coutume de dire , heureusement que le ridicule ne tue pas!
          Quand à vos opinions, ils n’engagent que vous! Je ne sais pas si Mr Woerth se donne la peine de lire vos assertions que l’on peut qualifier également  » d’élucubrations » sans trop se tromper, mais le pauvre, espérons qu’il a le sens de l’humour…. doit vous trouver drôlement triste et d’un ridicule consommé! Pas plus qu’au pseudo du dessus, je ne me donne la peine de répondre.
          Votre « blabla » relevant plus de la diffamation et de la bêtise qu’autre chose.

          • azise b
            mai 10, 2011

            ah! pas marante Marie Noelle

            J’arrête avec vous, vous êtes trop c…

  • Marie-France
    mai 9, 2011

    J’attends avec impatience la sortie de son livre, que j’ai commandé depuis quelques semaines déjà.
    Je suis également suspendue à la décision de justice qui permettra j’espère à Eric WOERTH, d’être lavé de tout soupçon. Aujourd’hui, il a perdu sa place sur l’échiquier politique. Demain, il retrouvera sans doute une nouvelle équipe avec laquelle il pourra travailler en toute sérénité. Bon courage à lui. Merci pour son intervention pour sauver notre Caisse.
    Toutes mes pensées l’accompagnent en ces moments difficiles.

  • amarante marie noelle
    mai 10, 2011

    On espère que Renaud Revel « modère » son blog…

    sauf si il est bien sûr aussi grossier que ses intervenants et que pour lui la diffamation soit monnaie courante!

    Il semble évident que comme l’indique le grossier personnage AZIZ , sur un blog,  » on peut y aller à fond…. »

    Je ne me vois pas acheter le livre d’un tel écrivain.

  • Sasa
    mai 10, 2011

    Témoignage d’un avocat fiscaliste : avec Eric Woerth, les choses étaient simples. Le lundi, un gros contribuable signait un chèque au Premier cercle de l’UMP. Le mardi, il avait RV à Bercy pour négocier une petite ristourne. La vie était si belle…

  • phiver
    mai 11, 2011

    j’ai écouté ce matin JPE et EW EXCEPTIONNELLEMENT POUR VOUS Mr REVEL. JPE n’arrête pas de couper la parole EW n’a pu qu’en placé qu’une et encore je ne m’en rappelle plus.Il est grand temps que « taisez vous Mr elkabbach! » soit acté.phrase célèbre de G Marchais repris par T LLuron et B Mabille. enfin que faudrait il pour qu’il parte à la mamounia ou chez DSK ? quand à EW, apres avoir ete exposé puis à moitié blanchi le reste viendra pourquoi se ré-exposer?

    ps c’est plus un blog ! on a à peine le temps de répondre.

  • isabelle
    mai 11, 2011

    Je vous conseille la lecture du livre « Abus de Faiblesse, l’affaire qui embarrasse l’état » de Frédéric PAYA et My-Kim YANG. Il est écrit par un journaliste et une avocate qui résume toute l’affaire Bettencourt. Il y a un chapitre sur Eric Woerth qui est interressant notamment sur les fonctions de sa femme alors qu’il était quand même ministre du budget…

    • amarante marie noelle
      mai 11, 2011

      Merci Isabelle G de ce judicieux conseil déjà donné et lu dans le forum du nouvel obs !!!!

      • eliotness
        mai 12, 2011

        Fermez là Amarante! Votre Woerth, est un magouilleur de la pire espèce! Avec sa tête de canard laqué! Coin coin!

  • zyla
    juin 6, 2011

    j’ai été maltraité à Chantilly
    je l’ai dit à Eric Woerth
    il a répondu que j’avais des affabulations
    qu’il aille en prison à perpétuité
    il est venu à mon travail en 2004, peu après sa visite, j’ai perdu mon poste avec baisse de salaire comme par hasard
    c’est son habitude
    grâce à son attestation de moralité pour celle qui m’a maltraité, j’ai perdu ma fille
    je le répète, sa place est en prison
    les places en crèche à Chantilly sont accordées aux pistonnés
    je n’ai pas eu cette chance de pouvoir faire garder ma fille à la crèche alors que j’étais une mère célibataire
    à quoi ca sert de travailler pour un salaire de 991 euros pour payer une assistante maternelle 600 euros et le transport domicile-travail 100 euros?
    je n’aurai pas dû travailler

  • zyla
    juin 6, 2011

    j’ai été maltraité à Chantilly
    je l’ai dit à Eric Woerth
    il a répondu que j’avais des affabulations
    qu’il aille en prison à perpétuité