Les polichinelles du Tout Paris: la chronique de Philippe Gavi

par 14commentaires No tags 0

 

.

Une brève, reprise de l’AFP. Jean-Paul Huchon, le président (PS) de la région Ile-de-France déclare : « Vu les difficultés dans lesquelles se trouve mon ami Dominique Strauss-Kahn, j’ai décidé de ne pas participer à la montée des marches, un événement festif, pour un film soutenu par la région Ile-de-France [« l’Apollonide Souvenirs de la maison close », de Bertrand Bonello] ».

D’abord, dans l’exercice de ses fonctions, Huchon n’a pas à avoir d’état d’âme ni à manifester ses émotions privées et amicales. Il doit faire son job.

Ensuite,  la montée des marches du Palais n’est pas un événement festif. C’est de la pub, gratuite, pour une région dont le fonds de soutien (15 millions d’euros), a soutenu plus de 500 films depuis dix ans, non par mécénat mais pour les retombées en emplois et prestige (un des critères d’attribution est que la moitié du travail doit être réalisée sur place).

Ce n’est pas sur sa cagnotte personnelle que Huchon s’offre un couteux et agréable séjour à Cannes.

Ce qui m’amène aux déclarations des amis de DSK,  Jean-Christophe Cambadélis, Pierre Moscovici, Jean-Marie Le Guen. Tous ont invoqué la présomption d’innocence…pour témoigner à décharge.  « Toute cette histoire ne lui ressemble pas » », « ça ne ressemble pas à ce que je connais de lui ». Séducteur, oui, violent non. Ce qui induit que la femme de chambre ment, qu’on a tendu un piège. Mensonges : les proches de DSK avaient eu connaissance d’accusations de harcèlement, et de la tentative de viol de Tristane Banon. Cette affaire a été évoquée chez Ardisson, et en 2006 dans le livre de Christophe Deloire et Christophe Dubois, « Sexus Politicus ».

Il ne faut pas s’étonner si  la majorité des français ne croit plus à la parole politique, voit des coquins et réseaux d’intérêts partout. Marine Le Pen ne m’a pas choqué quand  elle a déclaré que « Tout Paris, le Paris journalistique, le Paris politique, bruissent depuis des mois des rapports légèrement pathologiques que M. Strauss-Kahn semble entretenir à l’égard des femmes ».

Le mardi 17 mai, « Libé » titre « DSK et les femmes : un secret de Polichinelle ». En tous les cas, pas pour la grande majorité des Français. La commedia dell’arte se joue en cercle fermé.

Arrêtons de fantasmer sur le journalisme anglo-saxon. La presse américaine nous remonte les bretelles, les correspondants étrangers nous font reproche de trop de connivences. Oui, mais la presse américaine, ce sont  aussi ces médias de Murdoch qui vomissent Obama. Jamais notre presse d’opposition n’a atteint un tel niveau de caniveau. Ce sont aussi ces journaux exemplaires qui ont gobé les mensonges de Bush pour légitimer sa guerre en Irak, ou qui pendant des mois ont disserté sur les fellations d’une fan parfaitement consentante à Bill Clinton. Oui, les journalistes français respectent plus la vie privée, amoureuse et sexuelle que leurs confrères outre-atlantique, et c’est tant mieux. Oui,  les maîtresses, les prostituées, les partouzes ne nous intéressent pas. Tant qu’il n’y a pas atteinte à l’intérêt public, et infraction à la loi. Dans la cas de DSK, oui, les journalistes n’ont pas  voulu parler du serial lover, de ses harcèlements lourdingues, des claques de consœurs qu’il a aussi reçues. Il y a certes cette tentative de viol dont l’accuse Tristane Banon. Edwy Plenel, Laurent Joffrin, Christophe Barbier ont raison quand ils expliquent que les faits remontaient à 2002, et que la jeune femme n’ayant pas porté plainte, aucune enquête n’était possible.

En revanche, nos médias ont fait leur travail quand le patron du FMI a eu des rapports troubles avec une de ses subordonnées, Piroska Nagy.

Il est vrai que la distinction entre sphères privée et publique est de plus en plus délicate à opérer. Pour protéger le secret de Mazarine, François Mitterrand a recouru à des moyens d’Etat abusifs, jusqu’à mettre sur écoute un tas de personnes.

Lorsque la candidature de DSK à la tête du FMI s’est précisée, Jean Quatremer  sur son blog du 9 juillet, s’est trouvé en droit de mettre en garde contre d’éventuels scandales qui pouvaient résulter de l’incompatibilité patente entre les mœurs anglo-saxonnes, très rigides, et le rapport aux femmes de DSK.

Je n’attends aucune leçon de vertu de la part des natifs d’un pays où un pasteur extrémiste peut  brûler un Coran publiquement en toute impunité, où la justice peut condamner à vie pour rien, où le présumé innocent est exhibé les menottes aux poings, où il faut avoir beaucoup d’argent pour se payer les avocats nécessaires, qu’on soit coupable ou innocent.

Un sondage CSA révèle que 57 des Français interrogés, et, parmi elles, 70 % des sympathisants de gauche, pensent que Dominique Strauss-Kahn est « victime d’un complot ». Ceci  montre la difficulté à accepter l’incompréhensible. Il faut toutefois relativiser. Le sondage a été réalisé lundi, alors que les Français ont subi un choc, double concernant les sympathisants de gauche.

Dans « Le Monde », le psychanalyste Serge Hefez va jusqu’à imaginer une « mystérieuse autodestruction » : « Et si Strauss-Kahn désirait sa chute ? ». C’est pousser loin le bouchon. L’éminent psy parle de « don juanisme ou de complexe de Casanova », lesquels « se conjuguent rarement avec l’agression sexuelle ». L’argument de la rareté n’est pas probant. L’actualité regorge de comportements rares, irrationnels, inexplicables : DSK mais aussi Carlos Ghosn,  ou le coup de boule de Zidane en Afrique du sud.

Dans un journal de Ouagadougou (repris par « Courrier International », dont on ne dira jamais assez de bien, ce qui lui vaut une diffusion de 200.000 exemplaires), un certain Abdoulaye Tao émet l’hypothèse que si DSK a perdu le contrôle à un moment aussi décisif de sa carrière, c’est qu’il a été « wacké » (ensorcelé) par un marabout.

DSK étant cramé, « Libé » peut rompre le off, mais ce n’est plus un scoop, juste un article en bas de page. Le 28 avril, DSK a déjeuné avec des membres du quotidien, dans un restaurant du II arrondissement. En cette fin avril, il a déjeuné aussi avec « Marianne » et le « Nouvel Obs ». Et, il a tout déballé. Oui, il était candidat. Ce « off » me gêne,  l’idée que des journalistes retiennent une info aussi importante pour notre vie démocratique, continuent de traiter l’actualité en faisant comme s’ils ne savaient pas; quelque part, l’électorat est manipulé. D’accord, rien n’a filtré mais DSK a pris un risque considérable en mettant tant d’initiés dans la confidence. Cet épisode est révélateur du personnage : un homme qui a un goût immodéré de la communication, des médias, et des journalistes, et, pire, qui ne sait pas se retenir.

Au cours du déjeuner « Libé », DSK a confié qu’il ne redoutait finalement que trois écueils, son « rapport aux femmes », son « fric » et sa « judaïté »  Bref, l’écueil, c’est lui. PG

0
14 Comments
  • Renaud
    mai 23, 2011

    Petit détail, je dis ca par amour de la véracité de l’information journalistique, le coup de boule de Zidane c’était en Allemagne (2006) et pas en Afrique du sud (2010). 😉

  • phiver
    mai 23, 2011

    « Bref, l’écueil, c’est lui. » Exact ! et çà fait une bonne conclusion à ces mal(?)scènités.Place à la justice américaine,qu’au début j’ai trouvé fort égalitaire pour jour après jour nous montrer une justice business…en Amérique c’est vraiment « Struggle for life ».
    sur les partouzes les prostituées et autres OK pour le silence.Mais pas pour violences sexuels ou viols. Et il parait que Mr Le Guen connait DES noms!(France inter)

  • ltb22
    mai 23, 2011

    Je ne suis pas d’accord avec vous sur le rejet d’emblée de la théorie de Serge Heffez. Je ne prétends pas qu’elle est juste : je dis juste qu’elle est plausible.

    Je ne crois pas que DSK ait eu un profond désir de Présidence – certainement pas à la manière d’un Sarkozy. Un égo démesuré, oui… une femme éperdument amoureuse l’ayant poussé dans cette voie, moralement et financièrement, aussi… Un réseau de communicants armés jusqu’aux dents et une cour flatteuse, tout autant. Un désir profond, enraciné, une vocation , en revanche, ne cadrent ni avec le parcours du bonhomme, ni avec sa personnalité.
    Le suicide qu’il soit politique ou autre – est une affaire éminemment privée et intime. On a déjà assisté en France à des suicides politiques : le cas Seguin, se plaçant en quatrième de liste d’une droite en perdition, en est un exemple criant.
    Surtout, c’est un acte pulsionnel qui conduit souvent au choix d’une arme en fonction de sa personnalité – ou dans le cas présent, de ses faiblesses – le plus souvent pour échapper à l’angoisse d’un destin qui semble insurmontable.

    J’ajoute que, évoquant la théorie du complot, personne ne semble s’étonner – puisque  » le tout Paris savait! »- que Nicolas Sarkozy ait nommé à la tête de l’institution financière la plus puissante du monde, dans un pays ultra puritain qui dévore tout ce qui touche à la braguette, un homme si enclin à céder aux tentations.
    Si j’allais plus loin, je me demanderais si, au fond, il n’y avait pas, outre le fait de se débarrasser d’un opposant encombrant (et diablement brillant), le secret et lointain espoir que, peut-être, il y avait là matière à le laisser exploser seul en plein vol – ce que DSK a visiblement très bien accompli.
    Mais évidemment, c’est là prêter à Nicolas Sarkozy un machiavélisme qui forcerait l’admiration d’un François Mitterrand…

    • Expatlib
      mai 25, 2011

      Cher LTB22,
      Votre post me ravit : il représente l’économie d’un bon quart d’heure d’écriture, que je pourrai utiliser plus prestigieusement qu’à vous répéter ! Merci donc !

  • annuaire mutuelle
    mai 23, 2011

    Merci pour les infos. J’ai bien aimé la lecture. Votre blog est très intéréssant. Je vous souhaite une bonne continuaton.

  • azise b
    mai 23, 2011

    Monsieur Gavi

    « DOUTER DE SON TALENT C’EST LAISSER LA PLACE AU MÉDIOCRE »

    C’est vrai ce que vous dites, mais la pulsion de mort que Efez souligne est toujours la plus forte. Elle est la plus forte, car elle a depuis longtemps, depuis toujours structuré le sujet. La structure mental, l’envie de commander, d’avoir du pouvoir, avoir envie d’être reconnu, idolâtré, vous ne pensez pas que c’est un peu pathologique? Je dis ça pour tout le monde. Ceux qui veulent être aimé, comme DSk, emploie les moyens de la rétention, de la soumission, pas les moyens normaux, ou si une femme vous dit non, vous tournez les talons.Ce n’est pas n’importe qui ce genre d’ignoble individu, c’est le POUVOIR! C’est ça le pouvoir, qu’il soit capitaliste ou communiste! Soumettre l’homme, la femme a son désir le plus vilain. On a retrouvé du sperme de DSK sur la chemise de la pauvre femme de ménage. Je dis ça, pour les responsables ignobles du PS qui sont venu pleurer le pouvoir qu’ils venaient de perdre et en ce concerne Hucon oh pardon, Huchon, c’est un homme qui est entrain de péter les derniers neurones qui lui reste, alors que c’était un type que j’aimais plutôt bien a cause de l’effort social qu’il fait dans la région, mais ce qu’il a dit, c’est absurde et vous l’avez très bien écris. Puis, faut pas oublié, dans un couple on est deux. Deux, ça veut dire que l’autre ne peut pas ignorer ce que fait l’autre? En ce qui concerne Anne « Saint Clair  » pas si clair que ça, je dirais qu’elle le savait, qu’elle savait que son mari était en crise, qu’il se mettait en danger? Pourquoi elle n’a rien fait? Les journalistes pour la plupart ont toujours eut peur devant le monde politique, car la carrière est vite fait mise a la poubelle. Prenez le festival de cannes , on va pas nous dire que le jury a voté les meilleurs films? Non, ce n’était pas les meilleurs films, car dans la sélection, il y avait bien meilleurs, mais les réseaux ont joués, comme toujours; Alain Cavalier, au réseau presque nul, n’a rien? C’est normal ça? Je peux citer, le plus grand des cinéastes qu’est Hitchcok qui n’a jamais eut un oscar! Jamais! Il a inventé le cinéma moderne, il a inventé avec d’autre, le cinéma. C’est le plus nul, souvent qui est récompensé. » Douter de son talent, c’est laisser la place au médiocre  » M Audiart.
    DSK était un médiocre, un médiocre pour la simple raison, qu’il est interchangeable comme la cuvette d’un WC, ce qui n’est pas le cas d’Hitchcok!
    Notre époque pisse la copie, tue l’original. Notre époque, s’organise sur le fric et sur le cul. Un candidat va maigrir pour faire jeune et dit qu’il a rencontrer la femme de sa vie; l’autre attend un enfant etc…
    Le journaliste est a la mesure de son époque. Une époque de COPIE a grande échelle. Mais la copie a une limite, la pulsion. La pulsion n’est pas « copiable », elle t’ exploses dans la tronche au moment ou tu as imaginé, ou tu as fantasmé que t’étais un original! – et là, ça fait boum, ou plouf, pouf, en ce qui concerne DSK.
    Efez a doublement raison, car il pointe la nullité de l’individu. Là ou le sujet est en crise toujours. Dés ses débuts. C’est quoi adhérer au Socialisme? C’est de défendre les plus miséreux, les faibles, les ratés, ceux que la société bourgeoise veut justement éliminés ne pas voir, car ils sont porteurs de culpabilités. Être socialiste c’est prendre le risque de tout perdre pour que justice soit faite, pas d’abuser de celle là même que tu devais défendre. DSK est un minable et s’il pense a Jaures et a Proudhon, j’espère qu’il a honte de ce qu’il est devenu.

  • Pascal GOURIOU
    mai 23, 2011

     » La comedia dell’ arte se joue en cercle fermé  » Comme vous avez raison !
    Merci de votre article qui ose dénoncer cette sinistre comédie qui permet à trop de puissants intouchables de préserver leurs intérêts aux dépens de la majorité des Français. Je suis indigné de lire les réactions des amis politiques de SK. Ils considèrent cela normal de bafouer la démocratie, aux USA comme en France. NON ! Grâce aux Américains et aussi à vos articles courageux, il nous est donné une belle leçon de démocratie. Aurons nous le courage et la volonté d’en tirer la leçon ? A 50 « balais », Français mais angliciste, cela confirme mon désir de partir vivre le reste de ma vie dans un pays anglo-saxon ! Merci néanmoins.

  • Laurent
    mai 23, 2011

    Merci de votre chronique.
    Dans l’affaire DSK, 2 points me frappent:
    1 – Personne ne s’offusque de la « chasse » à la femme de chambre, victime présumée (formule horrible), chasse diligentée par la defense de DSK.Cette personne va donc être
    mise en « accusation » aux motifs d’essayer d’innocenter son présumé agresseur.Et la gauche ne dit rien…
    2 – DSK était venu à Paris et avait rencontré différents journalistes.Ceux_ci se taisaient volontairement et jouaient
    dans les medias à celui qui sait mais ne dit rien.
    Comment appelle-ton cela? De la connivence? Doux euphémisme!!!

  • Jimmy
    mai 23, 2011

    Le plus troublant est que si vous insistez sur la présomption d’innocence de DSK, vous appuyez donc sur le « baratin » de l’accusatrice, donc le faux témoignage, ce qui revient à de la diffamation envers celle-ci ;avant de la « tuer » par des contre-enquêtes mortelles;les frontières sont ténues, mais pas pour le « club » qui a défendu DSK où l’on va retrouver un type comme Badinter.Celui-là, dès qu’il l’ouvre, va donner une leçon de morale, il ne sait faire que cela, sans se rendre compte,lui, marié à la 65ème fortune française, qu’il se ridiculise.
    Corruption de la classe politique française une fois de plus,à l’africaine ou encore,à la russe peut-être ;imaginons que la fille ait été « prise  » en France : deux baffes, le licenciement, et puis tiens, « Il » aurait porté plainte pour diffamation.
    Tous pourris, ce n’est que le début d’un suberbe festival.

  • FUMISTERIE
    mai 23, 2011

    Je trouve qu’on en fait TROP. Laissez ce pauvre homme (DSK) tranquille!

  • Alain Le Lougarou
    mai 23, 2011

    AUBRY VALLS MOSCOVICI COLLOMB LANG et tous les aventuriers communicants et journalistes amis d’ANNA SINCLAIR qui étaient prêts à soutenir DSK doivent jeter l’éponge car ils ont tenté de tromper le peuple pour conquérir le pouvoir.Ces gens là méprisent leur parti et le travail fait à la bse par les militants et sympathisants socialistes.M.AUBRY veut barrer la route à F.HOLLANDE par simple inimitié quitte à faire élire N.SARKOZY.aFFLIGEANTE ATTITUDE.

  • Pascal GOURIOU
    mai 24, 2011

    L’anonyme, bien nommé, « Fumiste rie » ose trouver que « l’on en fait trop »… ? Ouvrez les yeux et constatez, au contraire, qu’il faudrait réagir dans ce pays pour que les droits de la majorité des simples citoyens soient respectés ! Etes vous aveugle et sourd ? Cet incident est symptomatique de certaines dérives très troublantes dans notre pays.

  • Le Petit Nicolas (mais en Plus Grand)
    mai 24, 2011

    « Je n’attends aucune leçon de vertu de la part des natifs d’un pays où un pasteur extrémiste peut brûler un Coran publiquement en toute impunité »

    Pour info, en France on peut le bruler ET uriner dessus. Également, en toute impunité.
    http://www.actualitte.com/actualite/25975-bruler-uriner-coran-relaxe-religion.htm

    Evitons de juger les Américains sur ce qu’ils ne sont pas, surtout quand la France elle même ne donne pas l’exemple.

  • Le Petit Nicolas (mais en Plus Grand)
    mai 24, 2011

    Par ailleurs, je ne crois pas que les accusés de Tarnac aient vraiment gouté la présomption d’innocence à la Française (emprisonnés arbitrairement sans jugement, chaque demande de remise en liberté validée par le JLD refusée par le parquet -l’Etat-), sans parler de Xavier de Ligonnes, qui malgré les fortes présomptions qui pèsent sur lui, est toujours, à ce jour, aussi présumé innocent que DSK. Pas beaucoup entendu de journalistes pour défendre sa présomption d’innocence à lui !