Perquisition à France 24

par 7commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La plainte déposée par Christine Ockrent pour «harcèlement moral» s’est traduit, ce jour, par une première perquisition de la police judiciaire au siège de France 24, où une vingtaine de pandores sont descendus pour fouiller les locaux de la chaîne.

Les policiers, qui recherchaient des pièces attestant des pressions que la « Reine Christine », (absente de son bureau depuis plusieurs mois), auraient endurées au sein de cette entreprise, dont elle n’est plus que l’ectoplasmique dirigeante, ont posé des scellés sur la porte du bureau du directeur de la rédaction de la chaîne, Jean Lesieur, qui en avait  interdit l’accès aux policiers.

Ces derniers ont également perquisitionné son domicile, ainsi que celui d’Alain de Pouzilhac, le président de l’Audiovisuel Extérieur et premier opposant d’une « Reine » isolée et désormais sans couronne.

Une situation d’autant plus ubuesque, qu’embarrassé, l’Elysée dans cette affaire semble jouer le pourrissement, incapable de trancher le conflit qui oppose depuis des mois les deux têtes dirigeantes d’une entreprise ballotée. Reste des salariés incrédules, qui comprennent de moins en moins qu’un cadre dirigeant, Christine Ockrent, aux émoluments confortables, (30 000 euros mensuels), ne voit pas son sort enfin clarifié par l’actionnaire. In ou Out? Interrogé, le Château botte en touche et s’en remet, tel Ponce Pilate, à une justice tout aussi inopérante. C’est ce qui s’appelle se refiler, courageusement, la « patate chaude ».

0
7 Comments
  • lecteur mécontent
    mai 3, 2011

    merci de relire votre article et de corriger les nombreuses fautes d’orthographe. vos lecteurs ne sont pas des CE1.

    • Gay
      mai 4, 2011

      lecteur Mécontent

      Vous n’allez pas jouer au prof diable!

  • paule
    mai 4, 2011

    Au lieu « d’investiguer » sur des querelles de personnes, la Justice ferait mieux d’enquêter sur ceux qui ont fait que l’on en ait arrivé là. Qui a créé une chaîne de télévision hybride (France TV publique + TF1 privé + RFI publique) ? Dans tous les grands pays démocratiques on a, soit des grandes chaines internationales privées (USA : CNN, NBC, ABC…), soit des grandes chaînes publiques (G. Bretagne : BBC, Allemagne ZDF-ARD…). Comme d’habitude l’audiovisuel français se distingue. On crée une chaine « public-privé ». Cela ne marche pas et permet à la chaine privée de faire une plus valu, en revendant ses parts sur le dos du contribuable. Cela mérite une enquête.

    • Poupou
      mai 5, 2011

      Le montage abracadabrantesque public privé qui avait été imaginé par Chirac au lancement de France 24 a depuis été abandonné. En 2009 TF1 et France TV ont vendu leurs parts pour 2 M€ + des engagements d’achats de contenus pour 7 ans.

      Depuis, AEF est le seul actionnaire (public) de France 24.

  • Martino
    mai 4, 2011

    Quel manque de courage !

    Pourquoi évoquer le traitement d’Ockrent sans dévoiler les 60.000 euros perçus chaque mois par le DG ?

    Il est facilte de tirer sur une ambulance (même luxueuse).

    Pourquoi ne pas attendre la fin de l’enquête qui déterminera qui avait intérêt à éliminer ou faire craquer Ockrent.

    Il suffit de savoir à qui tout cela profite…

  • webeurmasque
    mai 4, 2011

    hé ben l’affaire doit être d’envergure pour que promptement les services judiciaires mettent autant de moyens pour recherche les preuves de ce harcèlement moral
    je pense qu’il y a beaucoup de salariés qui doivent ronger leur frein face aux brimades de leurs superieurs et qui ne pourraient prétendre à la mobilisation d’autant de moyens des forces de l’ordre pour rechercher des preuves de leur harcèlement si’ls envisageaient de déposer plainte.
    justice à deux vitesses?
    mais non voyons

  • azise b
    mai 5, 2011

    La reine Christine ne veut pas partir et elle a foutu suffisamment le bordel a France 24. Elle aime le fric tout le monde le sait et surtout, comme son mari, elle ne se gène pas pour filouter a son propre compte. Des gens comme elle, il y en avait chez Ben Ali en Tunisie, sans vergogne, le pouvoir pour le pouvoir et peu importe qu’il y est des morts sur l’asphalte. La rédaction toute entière ne veut plus bosser avec elle, mais elle s’accroche comme une folle, qu’elle a toujours été; la vieillesse ne l’a pas aidé, a accentué son despotisme post Sarkozy!Alors madame Okrent, tirez vous et laissé France 24 travailler tranquille, au lieu de ça, elle envoie les flics pour trouver quoi? Elle porte plainte pour harcèlement morale? Mais on rêve! Le patron de France 24 essaie de redémarrer le morale de cette chaîne, détruit par la reine Christine. Il n’y a que le fric qui l’intéresse , alors DEHORS!! Et qu’elle rappelle ses flics qui ont autre chose a faire!!