Le casse-tête politico-médiatique de LCI.

par 9commentaires No tags 0

Entre petits fours et champagnes, le Paf fait sa traditionnelle rentrée et le ballet des conférences de presse permet aux chaînes de télés et de radio d’afficher les mines bronzées d’équipes gonflées à bloc. Rien de neuf sous le vernis de ces rituels qui permettent aux patrons de ces médias de promettre des lendemains qui chantent avant que ne tombent les premiers résultats d’audience qui viendront inévitablement doucher bien des enthousiasmes.

En cette rentrée 2011, plutôt atone, où chacun tente de rassurer dans un contexte économique plus qu’incertain, un seul gros dossier retient l’attention : Il s’agit du très attendu arbitrage de Matignon sur l’extension ou non de la TNT, avec l’attribution de nouvelles autorisations. Le sujet peut paraitre un brin roboratif, mais il est déterminant pour l’équilibre d’un paysage télé entièrement mobilisé autour de cette question. François Fillon qui ne peut pas se prendre les pieds dans le tapis a  commandé pour cela un rapport au président du CSA, Michel Boyon. Une initiative on ne plus insolite sachant que c’est ce même Conseil supérieur de l’audiovisuel qui régule ce secteur et attribue aux opérateurs ces fameuses fréquences TNT! Personne ne semble s’étonner qu’une institution supposée indépendante du politique soit obligée de passer par l’arbitrage d’un Premier ministre pour une question qui relève des prérogatives  de l’institution susnommée!

C’est dire en tous les cas combien le dossier est sensible. Car la première question qui est posée au CSA est l’attribution à LCI d’une fréquence TNT gratuite. Marginalisée sur le marché des chaînes d’infos, où BFM TV et I>Télé ont des audiences sans commune mesure, la pionnière LCI s’étiole. Décidé à ne plus lui accorder le loyer (une quinzaine de millions d’euros par an) qu’elle lui versait chaque année pour la proposer à ses abonnés de Canalsatellite, Canal+ place le groupe TF1 devant une équation difficile: soit la chaîne conserve le statut quo et met la main à la poche pour faire vivre et développer LCI sur une niche de téléspectateurs. Soit LCI obtient du CSA son ticket pour la TNT et s’en va challenger ses deux concurrentes.

Cette dernière hypothèse ne comporte que des inconvénients.

Elle risque d’abord de déséquilibrer profondément un marché déjà très encombré et unique au monde par sa multiplication de chaines existantes. Car outre BFM TV et I>Télé, notre joli paysage héberge France 24 et Euronews, ainsi que deux chaînes parlementaires, soit sept chaînes diffusant de l’information pour un pays où les JT de 20 heures des grandes chaînes généralistes bataillent pour conserver leurs parts de marché. Une exception à la française que seul un beau pays comme le notre est capable de produire, sans que cela ne semble poser problème à personne. A l’heure où la crise économique refait surface et que les médias (écrits ou audiovisuels) surveillent leurs abatis face à un marché publicitaire qui se contracte et des audiences qui s’émiettent, est-il bien raisonnable d’élargir une nouvelle fois le périmètre de la TNT.

Car l’autre danger inévitable qui guette le CSA c’est l’offensive de ceux qui exigent déjà une chaîne de plus, – quand ce n’est pas deux- sur la TNT. M6, Canal+, Bolloré, NRJ, Next Radio, ont déjà fait savoir que si LCI obtenait une telle dérogation, c’est tout le paysage télé qui s’engouffrerait dans la brèche. Chacun veut sa part du gâteau et personne ne laissera le CSA faire de LCI une exception. M6 veut installer Paris Première en clair sur la TNT, Canal+ a son projet de chaîne fiction-cinéma-divertissement, Canal 20, sous le coude. Et Next Radio a un projet de chaîne sportive dans sa manche.

La boite de Pandore. Le cas LCI vire ainsi au kyste : il embarrasse et crispe l’ensemble des acteurs. Car dans cette affaire, rien ne se conçoit simplement. Là où cette question devrait être réglée en deux temps trois mouvements, avec un statu quo qui permettrait au Paf de gérer ses acquis sans plus de déséquilibres, le politique vient tout perturber. C’est oublié en effet qu’à quelques mois de la présidentielle, LCI, qui fut des années durant l’instrument de lobbying politique du groupe TF1 et l’un des relais de Nicolas Sarkozy, reste aux yeux de ce dernier un outil à ne pas négliger. Le chef de l’Etat, qui regarde avec attention l’organisation et la composition d’un paysage télé où l’information ne lui est pas toujours favorable aura-t-il à cœur de rééquilibrer ce secteur en donnant à LCI un coup de pouce? Les journalistes de LCI, soucieux de leur indépendance, hurleront à la lecture ces lignes, mais cette réflexion existe et chemine à l’Elysée où la présidentielle a ses raisons que l’audiovisuel et ses enjeux ignorent.

0
9 Comments
  • Flora
    août 30, 2011

    Vous avez votre avis, vous avez le droit de l’exprimer. Mais de grâce, faites-vous donc relire avant publication de vos billets! Pour un journaliste de presse écrite (profession qui nous est commune), votre façon d’écrire notre si belle langue est une insulte. A la langue française, à votre employeur et à vos lecteurs… Une langue comme « la nôtre » ne mérite pas un tel traitement.

    • azise.b
      août 30, 2011

      Flora
      Une langue a LCI, bien corompu! Discrous de droite et d’extreme droite a foison. De quelle langue vous parlez? Alors au lieu de tirer votre langue bleu blanc nase a Revel, dites quelque chose sur son article.

  • Newstaf
    août 30, 2011

    Pas d’accord avec vous, notamment dans le comparatif d’audiences entre LCI, I>télé et BFM TV. Comment, en effet comparer 2 chaines diffusées déjà sur la TNT gratuite et une chaine diffusée uniquement sur des réseaux payants (numéricable et Canal Satellite)? Par ailleurs vous n’évoquez pas un paramètre capital, à savoir le fait que Canal+ peut d’une part pénaliser LCI sur Canal Satellite en diminuant fatalement sa rétribution et, logiquement, faire du lobbying auprès des instances responsables pour empêcher une autre chaine d’information de s’installer sur la TNT au risque de concurrencer i>Télé, sa filiale. Je ne doute pas que Canal + fera de même avec l’Equipe TV lors de la prochaine négociation de son hébergement sur Canal Sat pour protéger Infosport+ qui appartient au groupe depuis le rachat de TPS. C’est la soirée d’hier au Lycée Louis Le Grand qui vous perturbe au point de taire le travail de destruction massive entrepris par Canal+ pour assoir son monopole ?

  • Evelyne59
    août 30, 2011

    Je trouve cet article parfaitement bien écrit. Un peu concentré, un peu serré, un peu technique (nécessite plusieurs lectures, donc, serré, condensé, un peu comme un rapport), mais parfaitement écrit techniquement parlant.
    Toujours la même petite faute mignonne qui revient souvent, chez vous, Mr Revel, comme une signature, si je peux me permettre…
    « C’est oublié qu’à quelques mois… »
    C’est oublier qu’a quelques mois…
    Dans le doute, remplacer par un verbe du 3eme groupe (dire, vendre, sous-entendre, dans ce cas précis : c’est sous-entendre qu’à quelques mois… et non pas sous-entendu…
    Pas la même chose quand vous répondez « c’est oublié !!! » (c’est entendu !!) à quelqu’un qui vous présente des excuses.
    Petite technique qui fonctionne toujours, pour évoluer au milieu du casse-tête des participes passés)

    Bon. Tout ça pour dire que je ne suis pas d’accord avec Flora. Je lui trouve la dent très dure.

    Sinon je retiens une phrase du texte

    « Personne ne semble s’étonner qu’une institution supposée indépendante du politique soit obligée de passer par l’arbitrage d’un Premier ministre pour une question qui relève des prérogatives de l’institution susnommée! »

    Si! Moi je m’en étonne. Et je ne suis pas la seule. Je n’ai pas encore lu « Abus de pouvoir » de François Bayrou, mais il dénonce le problème depuis un bon moment, m’a t’on dit.
    L’indépendance des médias, c’est une des clés de voûte de nos systèmes démocratiques.
    Sinon, l’information objective se transforme vite en un système de propagande choisie, outil préféré des systèmes totalitaires.

  • azise.b
    août 30, 2011

    Evelyne 59

    LCI est dans la cata aujoud’hui, car ses dirigeants n’ont pas compris qu’il fallait allez sur la TNT et ils ont laissé surtout BFM tv s’installer et c’est trop tard maintenant. BFM TV est la vraie réussite de la TNT, car ils essayent d’être objectif sur l’infos, un peu a l’anglaire ou a l’américaine. Pas facile en France, ou souvent les journalistes se font cracher dessus ou sont accusé de tout. Alors LCI, aujourd’hui, c’est du ronflant, du vieux, du mou, du mou, ou on sent bien la chaîne Sarkozyte. Dailleurs c’est un ancien de LCI, Buisson, ancien redac du journal fasciste minute, qui est conseillé de Sarkozy. Il fallait l’entendre le Buisson. Beurk! Alors LCI veut venir sur la TNT, et bien, on peut lui dire que ce n’est pas la peine, nous qui payons la redevence. Qu’elle reste là ou elle est, dans la propagande Sarkozyste; beurk!

    ps; je vois que tu es très forte en Français. Moi, j’écris un peu avec les pieds, je fais ce que je peux.

  • Evelyne59
    août 30, 2011

    Merci pour les précisions, Azise, j’avoue que je suis un peu perdue, sur le sujet. Pour ne pas dire complètement…
    Mais non, tu n’écris pas du tout avec tes pieds !!
    Mais attention, mon intention n’était pas du tout d’ennuyer Mr Revel, j’espère qu’il ne m’en voudra pas. J’avais juste déjà repéré dans d’autres de ses écrits ce « c’est oublié que… », une formule qu’il emploie souvent, en fait.

    • azise.b
      août 31, 2011

      Mais non Evelyne 59, Revel est cool, très démocratique et puis nous verrons s’il fait encore la fameuse faute. Au sujet de LCI, c’était une chaîne qui était moderne il y a bien longtemps. Elle est aujourd’hui dépassé par son concept vieillot. Aujourd’hui une chaîne info, doit être direct, percutante, laissant la place a l’info avec une manipulation réduite. Car la manipulation de l’imge comme de l’info, existe, car il y a du montage. Une image seule, ne veut rien dire, elle prend son sens quand il y a un montage, c’est parce qu’il y a du puzzle qu’il y a manipulation. Quand le sujet regarde l’image, il est passif, car il ne sait pas ce qu’il va voir; elle est là la manipulation. Dans la lecture, il peut revenir sur le mot la phrase tout de suite; il est actif, inter actif. C’est pour ça que le texte a l’écrit sera toujours plus fort que l’image, plus libérateur, pas l’image. Pour que l’image soit libératrice, il faudrait qu’elle soit comme une phtotgraphie, faire intervenir la contemplation. Dans un film, comme dans un reportage, la contemplation est éliminé d’où la manipulation. Je veux dire et souligner, que je ne suis pas contre cette manipulation, car elle est obligatoir, elle est inscrite dans la passivité de celui qui regarde . Celui qui regarde, ne sait pas ce qu’il voit, donc, on peut le gaver du pire comme du meilleur. C’est la condition du rêve éveillé. Dans une salle de cinéma, on est dans le noir. Ce noir de la salle, nous prépare a absorber l’image, donne le signal au cerveau de se préparer a dormir. On ne dort jamais dans le jour. C’est la nuit qui biologiquement envoie le signal du repos. C’est parcequ’il un signal du repos, donc de la préparation ausommeil, que l’on devient passif. On peut absorber le rêve, ce qu’il dit et ce qu’il ne dit pas. L’art cinématographique est dans ce processus. L’info que nous voyons a la télévision est diffusé dans n’importe quel temps; jour ou nuit, peut importe. Mais le montage de l’image est commenté, il y a de la parole sur les image qui raconte; ce qu’on appelle, le fil conducteur.C’est la parole qui dit et l’image qui montre. On peut faire ce que l’on veut avec ça. Bref! LCI de ce point de vue est largué, car il y a toujorus les mêmes images et des comentaires désués, très idéologiques. C’est une chaîne très orienté, comme le figaro! La chaîne la moins pire, c’est BFM tv, qui est encore jeune et qui essaie d’être objective, c’est très difficile ça. Si on prend Euro news, la chaîne info, elle a inventé, le No coment. Le non commentaire. Si elle donne l’info a un moment donné sans commentaire, c’est pour signifier la manipulation obligé du commentaire.Vive Jaures!

      • Evelyne59
        août 31, 2011

        Je crois que la France est passée maître depuis longtemps dans le « traitement » des informations. Il y a quelques années, pour les infos internationales, j’avais pris l’habitude de regarder les infos belges, que je captais.
        Enorme différence. J’aurai aimé voir leur travail sur la Lybie, par exemple.
        Pour la Presse et la Justice, l’indépendance devrait être sacralisée.

  • Francis
    août 30, 2011

    TF1 et M6 font pression sur le CSA pour empêcher l’arrivée de nouvelles chaines. En France les entreprises monopolistiques disposent : racheter les petits compétiteurs ; mettre dans sa poche le prince et les autorités ; empêcher l’arrivée de nouveaux entrants ; verrouiller la compétition et garantir un maximum de profits sans gros efforts. Résultats : pas de choix élargi de chaines thématiques ; un seul format mini généraliste répété sur tous les canaux ; pas d’idées, pas d’innovations, et donc pas d’exportation. La France est à l’image imposée de ses décideurs prime à la ringardise et au manque d’originalité. En Angleterre plus de 40 chaines gratuites sur la TNT avec un bon équilibre entre généralistes et chaines spécialisées, en Espagne tout autant sans compter les tv régionales…