Hondelatte pour l’exemple!

par 44commentaires No tags 0

http://www.youtube.com/watch?v=TKDvpE9Ziws

L’incident était presque prévisible et l’on est en droit de se poser la question qu’a soulevé Christophe Hondelatte sur le plateau de Laurent Ruquier, avant de claquer la porte avec raison: cible toute désignée, le journaliste de RTL est-il la énième victime d’un programme dont l’unique ressort consisterait à exécuter des invités choisis pour leur fragilité, leur capacité à péter un plomb, et une œuvre, – un livre, un disque, un film-, appelée à la démolition? L’exécution, si facile, de Christophe Hondelatte, pour lequel je n’ai pas une tendresse particulière, m’a ramené à l’époque toute récente qui voyait les deux serre-livres de ce programme, Eric Nauleau et Eric Zemmour, étriller avec gourmandise des invités en capilotade. C’est ainsi que le spectacle de cette bastonnade de Christophe Hondelatte par les deux snipers en jupons de On n’est pas couché, que sont Natacha Polony et Audrey Pulvar, avait un gout désagréablement suranné. Comme du déjà vu.

Quel intérêt peut-on trouver à une telle partie de ball-trap avec un gibier acculé, dont le seul crime consiste simplement à avoir commis un disque au destin confidentiel? Et alors! Quel intérêt y a-t-il à se faire les dents sur un garçon dont on connait l’ADN et la propension à basculer, avant de vendre maladroitement sa peau? J’ai trouvé l’exercice pathétique et peu digne de ces deux journalistes, dont personne ne peut nier qu’elles ont par ailleurs du talent. N’y a-t-il pas d’autres sujets, d’autres personnalités, d’autres œuvres, qui mériteraient que l’on s’y attarde avec intelligence, plutôt que de nous infliger un spectacle d’une telle indigence? Ayant  tourné la page Nauleau-Zemmour, n’est-ce pas l’occasion pour Laurent Ruquier de redonner un tant soi peu d’empathie à un programme trop souvent anxiogène pour l’agressivité gratuite qu’il continue de dégager? On l’a souvent écrit par le passé et il est dommage d’être contraint de ré-enfourcher les mêmes arguments avec cet autre tandem, lequel n’est pas obligé de singer le binôme précédent pour se fabriquer un début de notoriété et du buzz à bon compte .

0
44 Comments
  • Nathalie
    septembre 26, 2011

    Pitoyable!

    Je ne regarde jamais cette emission mais la.. difficile de l’eviter car tous les journaux en parlent!

    Cette video est pitoyable.. television a la derive!

    Polony qui attaque Hondelatte sur le fait qu’il sort de son role de journaliste le temps d’un disque.. Est-elle critique de musique elle? Les gouts et les couleurs ne se discutent pas non? Approprie pour de la musique non?

    Qu’est-ce qu’on essaye de nous faire croire?

  • ROSE
    septembre 26, 2011

    …  » sur un garçon dont on connait l’ADN »? Bigre! on dirait du Sarkozy! Moi ,c’est très simple je ne regarde pas, il y a longtemps que j’ai compris qu’il n’y a que l’audimat et le buzz qui comptent ,en bastonnant. Mais que demande le peuple télé-phage? Du lourd,du gras,de la bastonnade. On leur sert du réchauffé ,avec les deux jouvencelles pour mieux faire passer le plat.

  • Exekias
    septembre 26, 2011

    Soit Hondelatte est stupide, soit il est venu en connaissance de cause car il y trouvait son intérêt. Vu l’accueil de son 1er single, il était évident qu’il allait se faire allumer. Il est venu, personne ne l’a obligé.

  • Brigitte
    septembre 26, 2011

    Pourquoi Hondelatte va chez Ruquier?

  • Boomerang
    septembre 26, 2011

    La pseudo fragilité de l’invité ne l’empêche pas de prendre la suite de Pierre Bellemare avec ses histoires judiciaires, avec cependant deux regrettables différences qui me font abhorrer ce personnage que je trouve populiste: d’une part les affaires dont il parle sont récentes et les protagonistes sont encore dans nos mémoires, d’autre part il reprend ou ajoute des noms de cirque pour bien marquer l’esprit des gens qu’il cible par son populisme. Ainsi nous apprenons la vie et l’œuvre d’un criminel qui devient le « boucher des Ardennes » comme si l’on parlait d’une personne (payant ou ayant payé ses crimes) mais comme si l’on parlait d’un animal. On a droit à ce genre d’expressions mélangeant un thème évoquant la barbarie ou la cruauté et un nom de lieu. Pour moi c’est du voyeurisme et de exhibitionnisme en même temps. Ca rappelle tout simplement la trame du « Juge et l’Assassin ». Il n’a pas volé ce qui lui arrive, et de plus l’a bien cherché, il lui suffisait d’admettre que son disque ne plaisait pas, sans vouloir à tout prix faire dire aux deux « critiques » qu’il n’était pas pire qu’un autre. Il voit ce que c’est que se faire mettre par terre sans pouvoir se défendre, tout comme il le fait pour les personnages qu’il raconte et qui n’ont pas le droit de réponse, évidemment.

  • wiziwig
    septembre 26, 2011

    Ouais, bon a lire ce genre d’article, vive la télé de Drucker ou tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et surtout pas de vagues! La télé mièvre en quelques sortes!
    Hondelatte, il savait dans quelle émission il allait, la seule ou on a le droit de dire en face à un artiste qu’on aime pas telle ou telle de ses œuvres! S’il craignait les commentaires, comme dirait l’autre fallait pas y aller!

  • lecoindre Monique
    septembre 26, 2011

    Vous laisser à penser que le personnage suscité est un « grand fragile » ? Qu’il ne savait pas ce qui l’attendait ?
    Ce garçon : « il ne faut surtout pas le contrarier » !!!
    J’ai essayé d’écouter son disque jusqu’au bout…j’ai eu beaucoup de mérite !!! Paroles et musique, quelle banalité…
    pour ne pas dire que c’est tout simplement affligeant…
    Ce genre de « truc » à quinze ans, soit…
    j’ai vu, juste un moment l’émission car je la trouve consensuelle sous des faux airs rebelles…
    Si les deux femmes étaient pathétiques, le garçon ne l’était pas moins…

  • pm
    septembre 26, 2011

    Je n’ai, bien sûr, pas vu l’émission. Je ne sais pas d’ailleurs si j’ai jamais REGARDé cette émission. Un chose est sûre, si d’aventure, je m’étais intéressé aux invités de ce soir là, la simple mention de ce nom eût INTERDIT même, à ma zapette, de sélectionner la chaîne. Et pour reprende Eekias, on peut dire, sans crainte que CH venait en connaissance de cause ET qu’il est stupide ! Mais ça, on le savait à l’avance. La suffisance dont il fait montre prouve assez les « limites » du personnage.

  • fred
    septembre 26, 2011

    la méchanceté tient lieu d’esprit aujourd’hui…
    Un peu comme dans le film « ridicules »
    Navrant

    • Rufus Carabine
      septembre 26, 2011

      Certains mesurent en effet leur intelligence à la profondeur des blessures qu’ils infligent aux autres en toute désinvolture.

  • EH
    septembre 26, 2011

    Est-il vraiment nécessaire de rajouter « en jupons » ou est-ce peut-être un moyen d’apporter un argument supplémentaire au discrédit de ces journalistes en précisant bien leur sexe?

    • Rufus Carabine
      septembre 26, 2011

      Oui il est nécessaire de montrer aux femmes que l’égalité des sexes c’est aussi cela. Encore qu’elles savent être bien plus méchantes que les hommes.

      • EH
        septembre 27, 2011

        Il n’est pas nécessaire d’appuyer sur le fait que ce sont des journalistes de sexe féminin (on le sait). Cela n’importe aucun intérêt au débat à moins que l’on pense que leur « incompétence » et leur « méchanceté » en soit le résultat. L’égalité des sexes consisterait à ne pas ajouter ce qualificatif, comme on le ferait pour un journaliste homme…

  • KOST HERNANDEZ
    septembre 26, 2011

    Je regardais avec beaucoup d’attention cette émission. Depuis quelques temps déjà je trouvais que les chroniqueurs n’étaient là que pour démolir les invités du plateau et tout cela sous le regard malveillant de Ruquier qui prend toujours un malin plaisir à se servir des autres pour se protéger. J’avais espérer que les deux nouvelles recrues élèveraient un peu les débats.. Elles nous ont prouvés samedi soir dernier qu’elles appliquaient le cahier des charges déterminés par « leur patron ». Dommage… tout cela ne présente que peu d’intérêt

    • Rufus Carabine
      septembre 26, 2011

      Pour élever le débat encore faudrait-il s’en montrer à la hauteur. Mais ce serait moins facile.

  • laplace
    septembre 26, 2011

    Qu’est ce qui vous gêne…le fait de critiquer une oeuvre…je pensais que c’était leur travail sur ce plateau…si c’est un problème regardez Drucker je suis certaine que vous trouverez ça encore plus pathétique…

  • MiRo
    septembre 26, 2011

    Pourquoi Laplace? …Ruquier ce serait djeun et Drucker ,vioc? Tout le monde il est bête et tout le monde il est méchant,ça c’est être de son temps.

    • laplace
      septembre 26, 2011

      Du latin criticus, issu du grec ancien κριτικός kritikos (« capable de discernement, de jugement ») apparenté à κρίσις crisis (« crise ») ; dérivé du verbe krinein (« séparer », « choisir », « décider », « passer au tamis »). D’une certaine façon, être critique c’est passer une chose au crible d’un jugement

      • Goutierre
        septembre 26, 2011

        Vous êtes suffisant, donc pathétique mon cher Laplace.
        Comme l’on dit « moins on a de culture plus on l’étale ».

        Je ne m’abrite pas derrière un pseudo!

  • franzeuropexpress
    septembre 26, 2011

    N’est pas polémiste qui veux.Car franchement çà volait très bas,casser pour clasher,et en plus sans aucun style  » ah oui, je trouve que vos paroles sont mauvaises « ,et je tenais à vous le dire ( !!! )
    Comme disait Gainsbourg qui a été cité  » and so what ? » Mais voilà,tel parait être le part-pris de ce genre d’émission ( et oui un bon clash, une bonne bagarre, c’est  » vendeur  » de nos jours et on se le repasse ensuite sur le net au coin du feu, après une bonne engueulade !!!
    Au niveau joutes verbales,( ben moi au moins j’ai des idées !!!) on a connu mieux,et quand l’une des journalistes affirme que Gainsbourg n’aurait jamais fait ce genre de rime,c’est d’une stupidité absolue,sachant qu’il se permettait librement pas mal de chose,le meilleur et parfois le pire,( grossier,oui, vulgaire, jamais) suivant son état,tout le monde le sait.
    Engueulez vous, critiquez vous…mais soyez un minimum  » classieux  » !

  • Gouzon
    septembre 26, 2011

    la question qu’a soulevéE Christophe Hondelatte !
    Arrêtez de massacrer la langue française, merde !

  • doña Ferentes
    septembre 26, 2011

    Malgré de sérieux défauts qui tiennent avant tout à l’animateur, l’omniprésent Ruquier, qui applique le même recette partout où il s’est succédé à lui-même: grosse marrade et poilade de collège à répétition avec « vannes » et calembours dont l’auteur s’esclaffe complaisamment à longueur d’antenne, malgré une durée très excessive, malgré des invités toujours du même bord…Bref, malgré tout cela, il faut reconnaître que, dans sa catégorie, cette émission est la seule du service public où on ne sert pas la soupe aux invités. Cela, on le doit au tandem critique, initialement Zemmour et Pollack, avec ensuite l’arrivée de Naulleau, qui avait su singulièrement revivifier le genre. Il se pourrait que Mmes Polony et Pulvar soient sur la même pente délicieusement fatale… Il faut en tout cas le souhaiter car le public est probablement lassé -et pas dupe- de ces séances de copinage entre gens du même monde accompagnées de vente promotionnelle.
    Quant à la victime du jour, la voir se faire un peu étriller a des airs de juste retour des choses. N’oublions quand même pas son abandon de poste juste avant l’antenne du JT où il officiait naguère. Cela aurait dû lui valoir, sinon le cpnseil de guerre, du moins un licenciement immédiat et définitif. Mais la télé publique, bonne pomme et sans rancune – et nous avec puisque nous la finançons- lui a offert d’autres possibilités d’exprimer la richesse de son moi profond (ce à quoi la lecture d’un prompteur ne pouvait suffire) . Cela a donné « Faîtes entrer l’accusé »… On retiendra surtout son dernier plan impayable où, tel le privé de Raymond Chandler, l’enquêteur cathodique après avoir remonté le col de son cuir quitte dans une nuit qu’on devine pluvieuse et menaçante le loft où il exerce, sans oublier d’éteindre la lumière…
    Allez, un léger cour sur le museau pour aider l’intéressé à prendre une plus juste mesure de lui-même…

  • ERHART
    septembre 26, 2011

    Hondelatte accepte de venir à une émission sachant que son disque va être critiqué, en bien, ou en mal; il sait également que ses interlocutrices ne sont pas des musiciennes professionnelles.Aurait il quitté le plateau si elles s »étaient répandues en éloges, et leur aurait il dénié le droit de le complimenter? Ce personnage est aussi suffisant qu’insuffisant et ne tolère aucune critique.D’autre part, je regarde depuis très longtemps ONPC, et les invités sont plus souvent félicités que taclés; de plus je pense que Hondelatte se serait beaucoup plus sévèrement laminer par Zemmour et Naulleau! Natacha Polony a été très mesurée dans ses propos et sa remarque sur le narcissisme qui caractérise notre époque était d’une objectivité évidente au regard de la réaction de Christophe Hondelatte qui s’est montré d’une agressivité incroyable;n’inversons pas les rôles svp!!!!!

    • anderea
      septembre 26, 2011

      avouez qu elle a raison mais de le dire autrement aussi elle peut
      tout le monde se dit chanteur acteur danseur mais !

  • tintin
    septembre 26, 2011

    Il y a quelque chose d’un peu curieux (et c’est rien de le dire) à faire dans votre titre un parallèle entre M. Hondelatte et les fusillés de la Grande Guerre. Pour l’exemple! en rire ou plutôt en pleurer?

  • Rufus Carabine
    septembre 26, 2011

    C’est l’égalité des sexes: le pouvoir d’être aussi bêtes et méchantes que certains hommes.
    Exercice de style: se moquer le plus méchamment possible du boutonneux ou du petit gros de la classe.
    Résultat: La classe rit
    Objectif: atteint
    Mission:on recommencera
    Vision: encore plus bête et méchant

  • Rufus Carabine
    septembre 26, 2011

    Polony c’est le mime trash Marceau. Elle sait pas se maquiller et en plus elle parle.

  • Hervé
    septembre 26, 2011

    Je suis un fan de Ruquier, depuis toujours.

    Mes enfants le sont également ou commencent à le découvrir (selon leur âge) et, en général, ne manquent pas une émission alors même que nous habitons à l’étranger.

    Les deux « Eric » avaient bien des défauts et je suis à l’opposé du courant de pensée d’un Zemmour mais ils avaient du talent et « passaient » très bien à la télé.

    Le problème avec les deux nouvelles recrues de cette émission tient au fait qu’on accroche pas.

    Face à une Ségolène Royal un peu coincée et pour tout dire banale, Mme Pulvar s’est montrée cassante et trop peu journaliste (l’Europe?). Doit on la questionner sur sa vie privée car elle est la compagne de Mr Montebourg, adversaire de SR? C’est peut être gênant mais cela relève de la déontologie de l’animateur/patron. Non plus simplement il lui manque juste l’esprit ou la manière de. Elle finira peut être par trouver ses marques.

    S’agissant de sa consoeur Mme Polony on change de registre.

    C’est peut être une excellente journaliste mais elle s’avère bien mauvaise animatrice. Ça coince dans l’expression et c’est encore pire dans le choix de ses thèmes. Elle réussit à nous mettre mal à l’aise alors qu’on est spectateur d’un divertissement. C’est grave car on ne sent aucun brillant. C’est plat, mal dit, les phrases sortent poussivement. C’est d’un ennui total. Tout le contraire d’un Zemmour. Elle ne divertit pas, elle conchie l’ambiance. Pour les fans que nous sommes elle fait l’effet d’une boisson amère ou d’une douche froide. Il y a là un cas d’école négatif en matière de casting.

    En ce qui concerne Hondelatte, on ne va pas pleurer. C’est un pro du petit écran. Il a commis un disque. il prend le risque de se faire étriller. C’est la règle du jeu.

    Sauf qu’elle n’a pas été respecter et c’est gravissime.

    Hondelatte a eu le tort de ne pas avoir eu d’humour. Mais il s’est quand même fait étriller non pour son disque mais parcequ’il s’appelle Hondelatte et tout ce qu’il représente. Mme Polony l’a dézingué sur un delit de sale gueule et cela c’est inadmissible.

    Elle a tout simplement oublié le pourquoi de l’émission de Ruquier.

    Ce dernier finira pas perdre de l’audience s’il ne comprend pas qu’il s’est trompé en engageant Mme Polony.

    Heureusement qu’il y avait l’excellent Darmon pour nous rappeler de sa voix inimitable que la forme compte..aussi. L’esprit, tout est dans l’esprit.
    Ah au fait mes enfants aussi ont été déçus par l’exercice et ça c’est bp plus grave que ce que j’en pense.

  • pubjmarie
    septembre 26, 2011

    En fait, on reproche à quelqu’un de chanter s’il en a envie? C’est idiot. Hondelatte est attaqué sur sa personne et non sur sa production.attaque sur le narcissisme, les origines professionnelles,etc…

    Le public a le droit de choisir.Si on accepte Laurie, Lagaff et autres,quelle est la place de Hondelatte?

  • anderea
    septembre 26, 2011

    c’est vrai que Natacha a trempé sa langue dans le vitriol à me faire regetter Eric zemmour qui lui a de grandes connaissances historiques et politiques
    Hondelatte est épidermique je suis sure qu il est allé versé quelques larmes dans les coulisses mais je dois reconnaitre qu elle avait raison, mais de là à le piétiner il ya une marge.
    *on peut lui donner conseil d’aller faire une formation pour la reformulation avec YCalvi par exemple

  • Alain Tayrnauth
    septembre 26, 2011

    Jadis la télévision était un objet de distraction, aujourd’hui c’est devenu un outil de propagande et de prescription, pas une émission de plateau sans que quelqu’un ne vous vende un disque, un film, un spectacle ou un livre, que la plupart n’ont même pas écrit. On ne peut plus échapper à la promo envahissante et par trop complaisante. Pour preuve, plus aucun artiste ne se déplace sur un plateau de télévision juste pour le plaisir, mais seulement lorsqu’il a quelque chose à vendre. D’ailleurs, ce genre d’émissions ont été crée uniquement pour ça, vous vendre de la camelote. La télévision d’aujourd’hui hésite entre l’aseptisation et la vulgarité. Les spectateurs captifs n’en peuvent plus de la connivence et de la complaisance de certains animateurs avec les artistes qui, avec plus ou moins de talent et de conviction, viennent vous faire l’article. Il n’y a plus de liberté de ton ni de parole, tout est lénifiant, formaté. Au nom du politiquement, il n’y a plus de place pour la critique affirmée, revendiquée. J’avoue que votre indignation m’étonne, M. Revel. Christophe Hondelatte est un grand garçon et pas une prois facile face aux deux louves nouvellement promues. C’est un bon animateur et un bon journaliste qui, le cas échéant, n’a pas sa langue dans sa poche. Personne ne lui contestera le droit de se faire plaisir en sortant un disque, en le mettant en libre accès sur Internet, mais dès lors il doit s’attendre aux critiques quelles qu’elles soient. Comme quoi on peut être un bon journaliste, mais un piètre chanteur. Il est étonnant qu’il n’ait pas la lucidité de le reconnaître et surtout que son entourage, forcément bienveillant, ne lui dise pas la vérité. Même si c’est un échec, ce n’est pas grave. En fait, sans doute sous la pression amicale de son attaché de presse, Laurent Ruquier n’aurait jamais dû l’inviter car, artistiquement parlant, il ne méritait pas de figurer dans l’émission. Il ne s’agit pas d’être élitiste, mais de reconnaître et de mettre en valeur les vrais talents d’aujourd’hui ou de demain. C’est ce que reprochait nos deux anciens Pipo et Mario du Paf, toutes ces fausses valeurs qui viennent troubler le jeu. C’est pourquoi je n’ai pas trouvé les critiques de Natacha Polony et Audrey Pulvar déplacées. Elles ont eu le courage de lui dire la vérité et de lui faire partager leur ressenti, ce qui, après tout, n’engage qu’elles. Avec le recul, espérons qu’il en tire quelques enseignements positifs. Par ailleurs, je vous ferais remarquer qu’au début de sa prestation, Christophe Hondelatte leur a dit clairement qu’elles pouvaient y aller franco, mais apparemment, surpris et à court d’arguments, sa susceptibilité n’a pas supporté leur jugement à charges légitime. Il a manqué d’à-propos et préféré quitter le plateau, ce qui est un tort et une preuve de faiblesse. Ce n’est pas la première fois qu’il se comporte ainsi, au risque de devenir une posture médiatique. A bon entendeur salut !

  • momo
    septembre 26, 2011

    faudrait penser à arrêter de confondre sensibilité et narcissisme, ce serait déjà une bonne chose…

  • MonsieurM
    septembre 27, 2011

    La critique passe mal en ces temps oú le « chacun ses goûts »règne en maître. Et quand je parle de « chacun ses gouts » entendez : toute critique positives est admise car elle fait les ventes, mais la critique ou même la réserve ouh là non ! « Mais qui êtes-vous pour juger de ma musique, de mon oeuvre ? » ne sont des refrains que trop entendus.
    Monsieur Hondelatte semble penser que la critique ne lui est pas destinée pourtant personne ne lui obligé a sortir son album. Et la moindre des choses lorsque l’on fait, c’est d’assumer derriere, tout simplement. Il ne faut pas être un génie pour comprendre que tout le monde n’aimera pas son travail, mais oh mon dieu on a osé lui dire ! Et après ?
    Son argumentaire par ailleurs est tout à fait lamentable surtout lorsqu’il se cache derrière Gainsbourg. Gainsbourg est attaquable par bien des aspects au même titre que n’importe artiste il a eu ses détracteurs en son temps en a toujours. Par ailleurs son argument touchant à la non-qualification de la journaliste est d’une mauvaise foi crasse et si un spécialiste de musique lui avait dit la meme chose il aurait probablement crié à l’élitisme. Enfin le registre pathétique de l’homme blessé… »Vous etes blessante » la belle affaire ! Surmonte mon gars, la fifille a été méchante tu t’en remettras! Polony ne paraitraît pas aussi « méchante » si Hondelatte ne jouait pas la vierge effarouchée. Des gamelles d’autres s’en sont pris avant lui et tous ne réagissent pas de manière aussi infantile. Je le trouve indécent de jouer la victime devant quelqu’un comme Gérard Darmon dont artiste (comédien) est sa profession depuis plus de 30 ans et qu’on se doute qu’il a du lui aussi ramsser des gamelles, sans pour autant faire la mijorée.

    Le comportement d’Hondelatte est très révélateur d’un systeme ou l’argumentation n’a plus sa place dans les jugements de valeurs: que ce soit en bien ou en mal, seule l’appréciation compte et non pas les justification qui vont avec. Dans un cas accepte, dans l’autre on fustige. Mais la critique ce n’est pas vraiment cela. L’art de la critique réside dans la connaissance culturelle du domaine que l’on veut juger. En effet pour se faire un jugement il faut des éléments de comparaison et pour cela il faut une culture nécessaire (toute proportion gardée au rapport que l’on a avec la discipline à laquelle se rattache l’oeuvre dont on fait la critique). C’est précisément comme cela que se forgent le goût car le gout se travaille et se forge: avoir du gôut ce n’est pas aimer tel ou tel canon admis par une majorité, c’est pouvoir justifier de manière claire et concise à un publique qui n’est pas du même avis sa position et l’imposer (sans forcement apres réussir à la partager).
    Si tout le monde était capable de cela et s’attachaient à élargir l’horizon de son paysage culturel pour se forger un esprit critique et s’employait à la critique (même dans un champs personnel) alors je suis convaincu que nous sortirions de cet état de consumérisme passif caractéristique de notre époque où dans bien des domaine culturels ce n’est plus la demande qui fait l’offre, mais l’offre qui fait la demande.

    Je tenais également à saluer Monsieur Darmon qui donne une leçon de vie à Mademoiselle Polony: « On peut tout dire tant qu’on y met la bonne forme ».

  • MonsieurM
    septembre 27, 2011

    Ah ! Dernière chose ! Je soutiens cette émission dans sa démarche de proposer un regard non consensuel sur les oeuvres culturelles, même si je regrette parfois la forme sous laquelle ces regards sont parfois formulés.

  • Gilbert Duroux
    septembre 27, 2011

    Est-ce que M. Revel se satisfait qu’il n’y ait plus aucune dimension critique lorsqu’on présente une « œuvre » ? Est-ce que M. Revel préfère les cire-pompes et les passe-plats ? Est-ce que M. Revel trouve qu’il n’y a pas assez d’émissions de promotion ? M. Revel, vous ne pensez pas que M. Hondelatte aurait été mieux à sa place chez le gentil Drucker ?
    Franchement, quand on a l’impudence de venir présenter une sombre merde à la télé (j’ai écouté le disque) c’est bien la moindre des choses qu’une chroniqueuse exprime quelques réserves. J’ai trouvé Mme Polony, qui n’est pas vraiment ma tasse de thé, plutôt mesurée.

  • Myrard
    septembre 27, 2011

    A mon avis, ce qui a été difficile à entendre pour Hondelatte ce n’est pas que son disque est médiocre (Polony a d’ailleurs trouvé la musique pas mal) ce sont les arguments qui consiste à lui dire 1: « Vous êtes journaliste et ne devez rien être d’autre » 2: « Votre démarche n’est que représentative de notre époque ».

    Quelque soit la qualité d’un disque, quand on fait une critique, c’est qu’on a déjà admis que l’artiste que l’on examine a le droit de de s’exprimer.

    Soit on fait une critique, même négative, et on ne revient pas sur le droit qu’à l’artiste de s’exprimer, soit on lui dénie ce droit, mais à ce moment-là, on refuse de le prendre en considération et on ne se lance pas dans une analyse de son travail; il ne mérite pas d’être pris en considération.

    Si on résume ce qu’à dit Polony : « Même si j’ai aimé des choses, je ne vous reconnais pas le droit de faire de la musique ».

    C’est nier l’autre plus que le critiquer.

  • P. Mazoyer
    septembre 27, 2011

    La critique est une chose, mais raconter des conneries en est une autre. Se permettre de critiquer les textes de chansons avec tout ce que l’on entend actuellement, je suis désolé, mais les textes actuels en français sont généralement dignes d’un élève de CM2 et ne parlons pas des textes anglais, tellement mal prononcés qu’il n’est pas question d’y comprendre quoi que ce soit. Quand au reste de la critique ce n’était qu’un délire verbal sur les goûts et les souhaits de Hondelatte que Polony n’a aucune capacité ou légitimité pour juger. Et je trouve parfaitement normal que Hondelatte ai quitté l’émission, pourquoi continuer pour que les filles puissent essayer de ce faire une réputation sur son dos, comme il l’a d’ailleurs expliquer. Il me semble, d’ailleurs, que les filles étaient moins fières avec les invités des semaines précédentes.

  • MonsieurM
    septembre 27, 2011

    Enfin pour avoir écouté les chansons du disque ou du moins quelques unes, les texte de hondelatte relevent d’un cm2.
    « Dr House » par exemple, n’importe qui peut l’écrire (je parle du texte uniquement) et il a la rime facile car il s’agit de « name-dropping ». On ne peut pas lui reprocher d’ecrire cela, parcontre on peut lui reprocher de s’ampouler sur son texte qui est facile.

  • phiver
    septembre 27, 2011

    Merci mr Revel !!!! je n’ai pas de télé et quand je vois cela ce sera pas ma priorité.vous avez fort bien expliqué ce que je ressens aussi.

  • boissonnet
    septembre 27, 2011

    Yes, pourquoi Hondelatte va t’il se commettre chez Ruquier ? Pathétique promo… Et quel intérêt cette émission ? Aucun à mon goût. Donc, je ne regarde jamais et beaucoup de gogos devraient en faire autant. Aucune raison que Ruquier, Ardisson et consorts gagnent des millions avec ces blabla-bulles de savon.

  • chemin
    septembre 28, 2011

    j’ai regardé l’émission, c’était nul. je me suis couché aussi sot que la veille.

  • Miguelito
    septembre 28, 2011

    En fait, la question est : »Ruquier doit-il faire du Drucker ? »

  • lolo
    septembre 28, 2011

    Hondelatte cible facile pour les nouvelles recrues qui ont des gages à donner mais que vienne un Lanvin ou un Depardieu et elles dérouleront un cirage digne des plus belles heures de l’ORTF

  • caroll
    septembre 30, 2011

    ses deux femmes 2 pitbulls tres mechantes elles doive etre malheureuse