La photo qui a choqué Aubry.

par 15commentaires No tags 0

 

Cette photo, publiée en « Une » de Libération, l’a heurtée et la première secrétaire du PS a même  menacé de saisir la commission chargée de veiller au bon déroulement des primaires au sein du Parti Socialiste, dirigée par Jean-Pierre Mignard, si l’ensemble des candidats invités par le quotidien ne subissaient pas le même traitement iconographique. « Shootée» dans les locaux du journal par le photographe Yann Rabanier, Martine Aubry, qui n’avait rien dit dans un premier temps,  a donc vivement réagit après que les internautes goguenards se soient déchainés. Lors d’un déplacement à Nantes, la maire de Lille a dit trouver « horrible », cette photo, même si elle lui rappelle, « un spectacle vu il y a quelques années au Festival d’Avignon, une histoire de masques, et d’errance…» Mais la tension est retombée d’un cran dans le camp Aubry à la lecture des éditions de Libération qui ont suivi, Manuel Valls, (aujourd’hui), et Ségolène Royale, (avant-hier), ayant eu à subir le même traitement, sous les objectifs du même photographe.

Voilà en tous les cas un signe qui témoigne de la nervosité croissante qui règne à l’approche de primaires qui voient les différents candidats s’attacher aux moindres détails de leur « com’ ». Même Martine Aubry, que l’on disait détachée de ces contingences, manifeste, chaque  jour, un peu plus d’agacement et de nervosité face au traitement médiatique lui ait réservé. Comme si ces images, relayées par les médias et Internet,  participaient, à ses yeux, sondages à l’appui, à la désaffection d’une partie de l’opinion et des électeurs de gauche.

0
15 Comments
  • Rose
    septembre 27, 2011

    …du moment que sa rivale Ségolène,si belle en son miroir ,a subi le même traitement …alors!…la tension est retombée … Comic com’ dans le panic room!

  • ChristopheNYC
    septembre 27, 2011

    Vous avez trébuché sur la conjugaison dans l’avant-dernière phrase, pas grave :-))
    En revanche, il faut bien admettre que la noirceur des clichés contraste avec la pâleur des idées.
    Bonne journée,

  • Ginana
    septembre 27, 2011

    Mis à part le teint cireux, je la trouve plutôt à son avantage ,mieux que d’habitude.

  • Evelyne59
    septembre 28, 2011

    La photo est pourtant très belle.
    Et l’idée est bonne. Faire défiler les visages des candidats à la primaire de cette façon, artistiquement et esthétiquement parlant, est plutôt une bonne idée.
    Aubry est habituellement assez terne.
    Même Vals fait beau gosse. Lui qui a une tête dure à faire peur, avec sa machoire serrée, et ses micro-tics frémissants de partout.
    C’est la 1ere fois que je lui trouve une bonne bouille.

    Il y a du relief, de la profondeur, de l’éclat, de la lumière, et de la poésie.
    J’aime beaucoup. Curieuse de voir les autres.

  • mickleau
    septembre 28, 2011

    Martine Aubry a eu raison de faire un coup de pression. Les autres candidats s’étaient mobilisés pour être photographiés différemment.
    En tout cas, la photo de Manuel Valls est très drôle. Quand j’ai acheté mon Libé j’ai cru que c’était Fillon en couv’

  • Den
    septembre 28, 2011

    la voilà choquée pour pas grand chose

  • azise.b
    septembre 29, 2011

    LA PHOTO GUILLOTINE de… Martine Aubry, qui connait très bien l’art et la culture a très bien compris que la photo disait autre chose. Que dit la photo? La photo s’inscrit dans le rien, un rien terrifiant, cosmique tragique, c’est ça que Martine a pigé. Lorsqu’on organise un fon noir en arrière plan et que l’on éclaire qu’une partie infime d’un visage d’une main ou autre, on signifie la terreur, le train fantôme, le film d’horreur, le spectre, le fantôme qui sort du noir et qui se montre tout a coup pour vous foutre les frousses, c’est ça la photo que nous voyons. Aucun artiste, ne vas faire se genre de photo sans construction, sans déjà avoir compris l’effet souhaité.
    Et puis dans l’inconscient collectif, le fait que voir qu’une tête dit aussi dans cette photo; qu’elle tête va tomber dans la panière en osier, comme celle de Louis 16. C’est pour moi, une photo guillotine.

  • azise.b
    septembre 29, 2011

    PHOTO DE LA TÊTE POST MORTEM
    Tout condamné a mort aura la tête tranchée!

    Dans cette photo aussi, il manque la main qui tient la tête tranchée. Je dis ça, car il n’y a aucune expression de visage! Le regard fixe,sans vie. Le regard fixe surtout celui de Walls. Comme c’est un psychorigide, et bien, mort son regard est plus intéressant, sans expression, une expression apaisé, le trépas.
    Je dis ça, car ce sont des photos morbides, cruelles.
    Ce qui domine dans la construction de la photo c’est le noir alors qu’il y a la couleur.
    Chez Martine Aubry, il y a une accentuation du maquillage sur son visage. Il s’agit là d’un maquillage post mortem, comme ci on l’avait maquillé étendu a la morgue. C’est terrifiant.
    Pour en finir je dirais, que se sont des photos faites par un sérial killer photographe!

    • Rose
      septembre 29, 2011

      C’est un peu vrai tout ça, un visage cadavérique,au teint blafard ,mais si c’est sur Libé et que tous subissent le même traitement, ce n’est pas grave, de là à saisir je ne sais quoi …c’est une manie . Le titre « Le Voyou de la République » ou cet homme est-il dangereux? c’est un maddoff! concernant qui vous savez etc… c’était aussi un titre-guillotine .

      • Evelyne59
        septembre 30, 2011

        Azise, j’aime beaucoup ton analyse.
        Moi, j’aime bien ces photos, mais c’est vrai que maintenant que tu parles de maquillage post-mortem, je les vois autrement.
        Après, on peut y voir la symbolisation du noir derrière, et de la lumière qui revient, personnifiée par un visage.
        La lumière au bout du tunnel…
        J’aime les visages à nu, en gros plan. C’est important un visage. Ca dit beaucoup de choses.

        • azise.b
          octobre 1, 2011

          Merci. Il est vrai aussi qu’il y a  » au bout du tunnel  » comme tu dis. La photographie s’inscrit dans le figé comme tu sais, mais sa force a la photographie, c’est qu’elle organise les signes,il y en a beaucoup dans une photo et par conséquent l’œil peut scruté le figé, contempler tant qu’il veut; on peut se rincer l’œil sur une photo, par sur une image, car elle va trop vite! Pour l’œil la vitesse de l’image a besoin de replay pour voir, de ralentie, même si l’œil n’a rien raté en vérité, mais il veut vérifier ce qu’il a vu car la vitesse de l’image l’induit en erreur, souvent;  » je l’ai vu ou pas vu?  » Alors qu’il a tout vu. L’œil est souvent pervers, comment peut il en être autrement!  » je t’ai a l’œil, mon œil etc…

          C’est pour ça que la tête de Martine, a été prise par un œil qui l’a verrait bien tranchée et tomber dans une panière a poisson ou bien accroché a une pic style 1789. C’est ça que j’ai perçus a tors ou a raison et je trouve horrible.
          Si moi j’avais pris le visage, pas la tête de Martine, grosse nuance, j’aurais été chercher ce qu’elle cache souvent, surement par pudeur, son sourire, car quand Martine sourit, nous voyons en vérité sa vraie nature, quelqu’un de bien, joueuse, bien plus délirante que Hollande, même s’il est vrai quand tant qu’homme de droite, il est marrant. Quand a Walls, c’est perdu d’avance, je ne peux pas le saquer! Alors tu vois, la  » faute haut  » est toujours développé dans son bac d’acide de révélateur. Bien a toi.

  • azise.b
    octobre 1, 2011

    Evelyne 59

    Quand je parle de visage et non pas de tête, tu peux voir que dans la photo, il n’y a que le visage qui est éclairé, la tête a disparu dans le noir, c’est ceci qui montre, qui dit qu’il n’y a plus de tête. Pour révéler un visage, une expression, une émotion, il faut montrer la tête de la personne. Pas de tête, pas de visage. Une tête, un visage, un sourire.
    C’est comme l’architecture. L’architecte est toujours confronté a la boite, au carrer, au quatre mures, cinq avec le toit. L’architecte peut délirer a volonté sur tout les mouves , style, il ne peut échapper a ses quatre mures, a la boite, sa boite de  » pandore « .
    La boite infranchissable , c’est la limite et pourtant, c’est cette limite qui le fait qu’il crée.
    Si tu fais disparaitre la boite, il n’y a plus de création, comme la disparition de la tête dans la photo. Il ne reste que de la destruction, du pas fini. La photo de Martine, prise par le photographe, est une photo pas aboutit , elle s’inscrit dans le manque de la lumière.

    • Rose
      octobre 3, 2011

      Le visage ,ce n’est pas la tête? On peut faire dire n’importe quoi à une photo, c’est pourquoi martine est choquée.On voit son visage et ses cheveux , pas le cou justement que certains voient » tranché  » , peut-être à tort ou à raison, l’avenir le dira dès les primaires. Moi ,je vois plutôt un visage, une tête ,sortis( de l’ombre des présidentielles dans laquelle la gauche est plongée depuis Mitterrand) et mis en lumière sur Libé,comme un poisson dans l’eau.D’ailleurs le titre adoucit ,rassure :  » la politique telle que je l’aime  » . Evidemment les interprétations sont opposées que l’on soit de droite ou de gauche mais ce dont on est sûr c’est que Madame Aubry après avoir posé très médiatiquement dans P.Match avec son mari,surveille de près, son image,au poil près! Et cette photo sur le plan esthétique est plutôt flatteuse, qu’elle soit rassurée.

  • Minervalis
    octobre 5, 2011

    Elle n’a pas à se plaindre: le photographe l’a avatangée car elle est plutôt mieux que d’habitude…

  • artus
    octobre 5, 2011

    Martine, mais elle est très bien cette photo, pourquoi rouspéter!!!!!!!!!!!