PPDA face à son ancienne compagne.

par 12commentaires No tags 0

 

Déjà soupçonné de plagiat pour sa biographie d’Hemingway, Patrick Poivre d’Arvor s’est fait taper sur les doigts ce  mercredi par la justice qui l’a condamné pour avoir, dans l’un des ses ouvrages, porté atteinte à la vie privée d’une ex-compagne et pillé leur correspondance.

Le journaliste devra verser à Agathe Borne 25.000 euros de dommages-intérêts et 8.000 euros de frais de justice.

                 
Par ailleurs, le tribunal de grande instance de Paris a « interdit toute réimpression, réédition et exploitation dérivée (…) notamment en format Poche » de l’ouvrage publié chez Grasset en 2009, « Fragments d’une femme perdue », qui s’est vendu à 75.000 exemplaires. Même si Agathe Borne réclamait 150.000 euros de dommages-intérêts, une telle condamnation est relativement sévère. Pour Me Francis Teitgen, qui défend PPDA, le fait que le tribunal ne lui ait accordé qu’un sixième de ses demandes « démontre qu’il ne s’est pas laissé abuser par la nature marchande de sa démarche ». L’avocat compte faire appel.

                  
L’affaire trouve ses racines en 2009. L’ancienne star du 20 heures de TF1 publie alors un ouvrage intitulé « Fragments d’une femme perdue ». Très vite, Agathe Borne, jeune femme de 25 ans sa cadette avec laquelle il a eu une liaison de 2006 à 2008, se reconnaît entre les lignes et l’accuse d’avoir fait sans son autorisation le récit au jour le jour de leur relation et d’avoir publié certaines de ses lettres d’amour.

« Il a fait de sorte qu’elle soit parfaitement reconnaissable », avait dénoncé à l’audience du 8 juin Me Nathalie Dubois, en énumérant les innombrables points communs entre sa cliente et Violette, l’héroïne de l’ouvrage : de leur passion pour Henry Miller à leur tentative de suicide en passant par leurs avortements.

Certes, avait reconnu Me Teitgen, « il y a des parcelles d’Agathe Borne dans ce personnage », mais « la réalité de ce livre, c’est l’autofiction, (…) un genre littéraire qui vient mélanger la vie réelle et la vie rêvée, la réalité et un fantasme ». Pour Me Dubois, ce livre est au contraire « l’instrument d’une vengeance d’une rare perversité » de la part du journaliste, qui aurait souhaité « punir » cette maîtresse qui avait osé le quitter.
« Il décide de l’humilier en parlant de sa sexualité et en donnant un portrait tout à fait déloyal, dénigrant mais crédible pour ses lecteurs », avait plaidé l’avocate, « le lecteur ne peut départager entre la vérité et ce qui est inventé ». « Submergée par la honte », Agathe Borne aurait, en un mois, convaincu son mari et ses enfants de partir aux Etats-Unis.

                 
Dans son jugement, la 17e chambre civile du TGI de Paris lui a donné raison, estimant que « les procédés littéraires utilisés ne permettent pas au lecteur de différencier les personnages de la réalité, de sorte que l’œuvre ne peut être qualifiée de fictionnelle ». Pour les magistrats, en effet, il y a bien trop de points communs entre les couples Patrick/Agathe et Violette/Alexis. Et ce n’est pas « la modification de leur prénom respectif » qui permet de verser du côté de la fiction.

                 
Aux yeux du tribunal, les passages poursuivis par Agathe Borne touchant notamment à sa santé et à sa sexualité sont bien « attentatoires à sa vie privée », d’autant qu’elle ne s’est « jamais publiquement exprimée » sur ces faits « qui ne sont en rien notoires ».
Concernant les lettres d’amour, le tribunal a jugé qu’Agathe Borne avait bien démontré, preuves à l’appui, qu’il s’agissait des siennes. Et en les reproduisant, PPDA s’est bien rendu coupable de contrefaçon, portant ainsi « atteinte aux droits d’auteur » de son ancienne compagne. (AFP)

0
12 Comments
  • Christelle
    septembre 7, 2011

    Quel goujat ce type. Lamentable. C’est sur lui que devrait dégouliner la honte !

  • Teddy Gnon
    septembre 7, 2011

    Trop belle pour lui.
    Elle aurait dû se méfier avant de lui tomber sur le bec, avec toutes les casseroles qu’il traine derrière lui.

  • Miguelito
    septembre 7, 2011

    Comment se laisser embarquer dans une liaison avec un mec en qui tout est faux jusqu’à la racine de ses cheveux…Mais bon l’amour est aveugle, l’amour peut rendre con

  • bols chantants
    septembre 7, 2011

    S’il a fait aussi longtemps de la télé c’est qu’il est beau parleur.

  • dédé
    septembre 8, 2011

    Juste « taper sur les doigts »? Vous êtes bien gentil!

  • phiver
    septembre 8, 2011

    PPDA a eu la télé qui rend fou ! illustre présentateur du public il enchaine sur TF1 où sa mégalomanie crève le plafond avec ses interviews truqués.en même temps, il fait 5 enfants et des maitresses à chaque coin de rue.Et là , il pense que tout ( comme tous les producteurs de TV) lui est permis!faudrait qu’il se retire des médias , qu’il aille pécher la crevette à Tregastel ou les algues vertes mais de grâce Patrick laisse nous ici ton image passée du gendre idéal à celui d’amant immature. Vous me faites penser un peu à un homme politique « de gauche » passé par NY en mai 2011

  • phiver
    septembre 8, 2011

    ps comme dirait Gad Emaleh, Agathe a des qualités interieures et exterieures tout à fait morales

  • Les malhonnêtes
    septembre 9, 2011

    La triste parade des malhonnêtes et des plagiaires , PPDA, Houellebecq, Macé-Scaron, et les autres.
    Aujourd’hui, les riches croient qu’ils ont tous les droits.

    Le pire est Houellebecq, qui insulte les étrangers et les femmes (« La prostitution, je trouve ça très bien, c’est bien payé » dans une interview au magazine « Lire »)..
    Ce mauvais auteur a reçu le prix Goncourt 2010 avec un titre, La carte et le territoire, volé à un écrivain moins connu Michel Levy (Editions 93). C’est minable…
    Quelle honte pour lui !

    L’orignal « La carte et le territoire » est semble-t-il un excellent recueil de nouvelles, d’après cette critique de l’Express :
    http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-carte-et-le-territoire_964058.html

  • Faux écrivains et copieurs
    septembre 9, 2011

    Il faut boycotter les plagiaires, et lire les vrais écrivains – généralement peu médiatisés.
    Ces « têtes de pipole » nous fatiguent, et bloquent l’accès au public des vrais talents.
    Le commentateur ci-dessus a raison ; j’ai lu le livre de Lévy, par pure curiosité … c’est très beau, et je le recommande. Voilà un exemple d’écrivains peu connus (voire inconnus), généralement ignorés par les grands médias.

    Faites-vous votre propre jugement et ne vous laissez pas dicter vos gouts par des critiques ignorants et souvent corrompus.

  • boukakasse
    novembre 13, 2012

    Quand on se tape un vieux dégueulasse, faut pas s’attendre à autre chose qu’un comportement de vieux dégueulasse

    J arrive pas à comprendre ces femmes ravissantes, sans dignité, qui donne leur beauté à des ppda des beigbeder des gad elmaleh

  • streaming film
    décembre 28, 2013

    Moi Je m’aperçois que certaine personne, entre autre, vous M.KORBER, n’avais rian à faire de votre journée, mis à part de calomnier, un brillant journaliste et romancier. Honte à vous.
    PPDA a largement sa place à l académie.

  • Dolcé
    juin 14, 2014

    C’est dans ses moments là que tu te rends compte que les personnalités sont comme nous, par contre ils ont des très bon avocats car le coup des lettres d’amour et des droits d’auteurs fallait le trouver. Mais en même temps qui a-t-il d’étonnant quand on entretient une relation avec une femme de 25 ans sa cadette lorsqu’on est un des présentateur télé les plsu connus en France …