Quand Le Parisien cible une jeunesse roumaine…

par 19commentaires No tags 0

La cible est toute désignée et le quotidien n’y va pas par quatre chemins, désignant du doigt, sans la moindre précaution d’écriture, toute une communauté. Ainsi va le Parisien qui, relayant des récents propos du ministre de l’intérieur, parti à la chasse aux voleurs à la tire, Claude Guéant, stigmatise les « jeunes roumains », comme l’on dirait les « jeunes français» ou les « jeunes allemands». Voilà donc une population d’enfants de moins de 15 ans globalement montrée du doigt et cataloguée dans la catégorie des délinquants. Il n’est pas là question d’une poignée de jeunes cleptomanes vivant en marge de la société, une quinzaine de gamins et de gamines dont la police parisienne connait de longue date parfaitement l’identité, mais de citoyens d’un pays dont la jeunesse serait, à lire ce titre forcément réducteur, exclusivement délinquante. La photo choisie par le quotidien du groupe Amaury se veut d’ailleurs sans la moindre ambigüité. Que diriez-nous si un quotidien britannique, espagnol ou italien publiait un tel cliché mettant en garde leurs lecteurs sur la dangerosité d’une jeunesse française ainsi cataloguée et brocardée? La société des rédacteurs du quotidien n’a d’ailleurs pas manqué de réagir, dan sun communiqué. On peut y lire:  « La Société des journalistes du Parisien-Aujourd’hui en France tient à faire part de son indignation concernant la mise en scène du fait du jour de ce lundi matin relatif aux mesures du ministre de l’Intérieur Claude Guéant contre les délinquants Roms. Particulièrement choquants, le titre des pages 2-3 (« Immigration roumaine : les mesures contre la délinquance ») et celui de la Une (« Délinquance: le plan de lutte contre les jeunes roumains »). Le premier revient à assimiler de facto l’immigration en provenance de la Roumanie avec la délinquance. Le deuxième tend à considérer l’ensemble des « jeunes roumains » comme des délinquants. De tels amalgames sont inacceptables. Par ailleurs, la photo choisie pour la Une est une mise en scène qui n’a pas lieu d’être utilisée avec ce type de sujet. Ces choix d’illustration et de titraille mettent à mal le travail des journalistes qui ont participé à cet ensemble et qui, quant à lui, nous apparaît équilibré« .

0
19 Comments
  • anamaywong
    septembre 13, 2011

    Alors que le Parisien était un journal populaire d’assez bonne tenue.
    Depuis deux ans le Parisien a fait le choix du se placer vraiment à droite et de soutenir le gouvernement.
    Pas encore tout à fait dans la propagande, comme le fait le Figaro, le parisien s’en rapproche terriblement.
    Cet article est absolument scandaleux et on peut se demander jusqu’ou irons les partisants de Géant et de Sarkozi.
    Pour ma part je n’achète plus le parisien.

  • Haslé
    septembre 13, 2011

    Selon Monsieur Géant:
    « 2 pourcent des larcins sont commis par des Roms »
    Bien, mais alors une question: les 98 autres pourcent, sont commis par qui?

    Pas par nous, les Français, quand même!
    Nous nous ne sommes pas des voleurs.
    Ce sont exclusivement des étrangers, c’est bien connu…

    Honte aux « journalistes » (?) qui osent écrire de telles choses
    Honte à Monsieur Guéant
    Honte que d’être Française

  • Odin
    septembre 13, 2011

    Pourtant le gouvernement roumains ne nie pas le problème.
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/09/13/97001-20110913FILWWW00383-roumanie-et-france-cooperent.php

  • Redhouse
    septembre 13, 2011

    Pour ma part, je n’achète plus le Parisien (je le vole, en prenant exemple sur les jeunes-roumains qui traînent autour du kiosque-à-journaux)

  • Acrimed
    septembre 13, 2011

    Voir aussi : http://www.acrimed.org/article3671.html

  • ROSE
    septembre 13, 2011

    Allez faire un petit tour dans les grandes villes du sud et vous verrez qui arrachent les chaînes des petites vieilles qui vont faire leurs courses,qui montent gratos dans les bus ou le long des balcons des immeubles la nuit tombée… On les verbalise, on les relâche et ils recommencent. Il ne faut pas se voiler la face non plus. Le politiquement orrect c’est bien mais c’est lassant.

    • azise.b
      septembre 14, 2011

      Allez voir les valises bourrés de fric des dictateurs africains. Allez lire le bouquin de Péan sur l’arnaque des col blanc, politique;la droite corrompu. Vous n’avez pas compris que l’on est entrain de détourner l’attention car les affaires, les accusations, Bourgi et compagnie, le fric en Suisse des politiques de droite! Sarkosy est entrain d’organiser des contre feu en stigmatisant comme dab, les étrangers. Le parisien en est le porte voix du ministère de l’intérieur, c’est du commandé tout ça, comme l’enquête du JDD et les révélation de Bourgi, qui ne sont là que pour miner la relaxe de Villepin. On nous dit toujours qu’il n’y a pas de théorie du complot; nous en avons un bon exemple en ce moment en démultiplié.
      Alors la sale photo du parisien, journal spécialiste des faits divers et qui a toujours accusé les étrangers. Alors la société des journalistes me font rigolé sur ce point. Mais ils ont réagi, c’est la moindre des choses.

      • Odin
        septembre 14, 2011

        Il est étonnant de constater que dans tous les affaires en cours, vous ne citez que ceux concernants des hommes politiques de droite. Et Guerini, et Robert Navaro alors ?
        Excusez-moi si je vous soupçonne de parti pris.

  • Evelyne59
    septembre 13, 2011

    Ce genre de délinquance arrive lorsque la pauvreté et un vrai désespoir sont enracinés depuis trop longtemps.
    Dans le cas des Roms, ils étaient détestés, persécutés depuis très longtemps en Roumanie.
    Lorsque la civilisation vous rejette dans les forêts, à coup de jets de pierres, d’insultes et de crachats, comme ça se passait là bas, vous retournez à l’état sauvage.
    Il y a un réel problème avec les Roms. Leur pauvreté nous répugne. Ils nous font peur.
    Et par leur manque d’instruction (de nos codes à nous), et leur fragilité économique, ils sont la proie de tous les réseaux d’exploitation possibles.
    Ils sont pourtant les derniers représentants d’une culture réelle, rare et mystérieuse. Ils devraient être protégés en temps que tels.
    Le seul remède contre cette délinquance là, c’est le respect humain, l’éducation, et l’intégration.
    J’ai honte pour la France des discours tenus sur cette population au cours des 4 dernières années. Irresponsable.
    Et il n’y a pas eu que des discours, mais des actes, aussi.
    La politique d’intégration des Roms, qui sont aussi européens que nous, je vous le rappelle, est de la responsabilité de l’Europe. Les Roms sont des nomades Européens, et devraient avoir en tant que tels, des droits et des devoirs adaptés à leur problématique particulière. Le 1er étant la scolarisation et l’accès aux soins.
    Merci pour cet article, Mr Revel.

    • Odin
      septembre 14, 2011

      Vous dites que le seul remède contre cette délinquance est le respect humain, l’éducation et l’intégration. Je suis tout à fait d’accord. Encore faut il qu’ils le veulent.
      J’ai cru comprendre que même en Roumanie, ils n’arrivent pas à s’instruire et à s’intégrer.

      Ils sont nomades, certes, alors faut il leur affecter en permanence un prof et un médecin dans toute leur pérégrination ?
      Soyons réaliste un moment voulez vous ?

    • Cristina
      septembre 19, 2011

      Chère Madame,

      Je pense que vous vous exprimez avec les meilleures intentions mais que vous manquez un tout petit peu d’information.
      Comme vous, je remercie monsieur Revel pour cet article, mais pas pour les mêmes raisons.
      Moi, je le comprends ainsi : « nommons les choses par leur nom, parlons de la délinquance Rrom, autrement on stigmatise un pays entier, la Roumanie et les Roumains ».
      Il me semble que vous l’entendez plutôt « cessons de stigmatiser les Rroms ».
      Je suis Française, d’origine roumaine; je vis en France depuis 13 ans et, comme d’autres Français d’origine roumaine ou des Roumains de passage en France qui n’ont jamais ni volé ni mendié, j’en ai assez des regards entendus et des petites remarques acides dus, justement, à la délinquance d’un petit nombre de personnes très visibles. Issue d’une famille modeste, j’ai étudié et travaillé comme quatre. Aujourd’hui, quand j’arrive au bureau, mes collègues lancent, certes, en plaisantant : « Attention, elle arrivé, planques vos portefeuilles » ! Qui est stigmatisé dans l’affaire ?

      Laissez-moi apporter des précisions à vos affirmations, et je ne parle ici que de la Roumanie :
      – vous dites que les Rroms sont persécutés en Roumanie : si ça a été le cas il y a près de 200 ans, ça ne l’est plus; je précise que la Roumanie est un pays au carrefour de nombreuses routes, où vivent les gens d’origines très diverses. Ce n’est pas l’origine ou la couleur de quelqu’un qui est en cause, mais un comportement délictueux.
      – la politique d’intégration des Rroms commence par les Rroms eux-mêmes! Vous parlez de scolarisation : au début des années 90, j’étais jeune institutrice à Bucarest (je n’exerce plus ce métier), dans un quartier où habitaient de nombreux Rroms. Je voyais leurs enfants la première semaine de chaque mois et puis plus rien. Intriguée, j’ai interrogé les parents. Ils m’ont répondu que les enfants venaient une semaine pour faire acte de présence en vue de ne pas perdre l’allocation scolaire (accordée justement aux familles dans la précarité et/ou nombreuses (beaucoup de Rroms, hommes et femmes, refusent la contraception)). A mon insistance pour que les enfants viennent apprendre à lire et à écrire, on me répondait « pas besoin, ils vont faire comme nous, ils vont se débrouiller ».
      – la société des Rroms est très complexe; anciennement, elle s’organisait autour de différents métiers d’artisanat (chaudronnier, ferrailleur, etc), avec néanmoins une forte composante nomade
      – je vous invite à vous rendre en Roumanie et à vivre parmi les gens « lambda » qui, quotidiennement, surtout à la campagne, se font dépouiller de toutes sortes de biens (allant de leur basse-cour à leurs récoltes et jusqu’à des objets plus précieux) par des Rroms qui, justement, très attachés au côté nomade, sans aucun travail, pensent qu’il est tout simplement plus facile de se servir
      – les réseaux d’exploitations sont intérieurs à la communauté, qui garde des aspects d’une organisation féodale, avec une justice interne, où s’applique encore parfois la loi du Talion et ou l’on marie (et en même temps vend à la famille du gendre) les jeunes filles et les jeunes garçons à 12 ans, voir moins !
      – vous parlez de la précarité sociale des Rroms : toute une classe moyenne du temps du communisme s’est largement appauvrie avec le passage à la société de consommation, à commencer par les professeurs et par ceux qui travaillent dans la santé. Beaucoup de ceux qui arrivent à la retraite aujourd’hui gagnent à peine de quoi payer leur loyer, après une vie de travail – ils ne se sont pas pour autant mis ni au vol ni à la mendicité
      – la Roumanie n’est pas le pays le plus pauvre d’Europe et, surtout, elle ne l’était certainement pas à la fin du XIXe siècle (si c’est de ce siècle-là que vous parlez en la comparant à la Pologne, bien que je voie pas le rapport)
      – je précise encore que toutes ces remarques concernent les Rroms qui vivent encore selon un mode nomade. Aussi romantique vous paraisse ce mode de vie-là, il est inévitablement en conflit avec les règles de la société. Et, surtout, il affecte beaucoup les Rroms intégrés, citoyens comme les autres
      – pour finir, j’applaudirai des deux mains quand Le Parisien et les autres mettront à la Une un grand titre sur le grand festival de musique classique qui, chaque année, pendant dix jours, en septembre, réunit à Bucarest Daniel Barenboim, Zubin Mehta, Valery Gergiev, le London Symphony Orchestra … et où se pressent … « le jeunes Roumains » !

      • Evelyne59
        septembre 19, 2011

        Cristina, que je manque d’infos, je le reconnais bien volontiers.
        On sait peu de choses des Roms. Quelques infos sur quelques points de culture et traditions dans « le vol des cigognes » de Grangé.
        Il serait d’ailleurs urgent de rassembler de vraies données avant que cette culture ne disparaisse complètement.
        Je parlais de la fin du XXeme siècle.
        Le rapport avec la Pologne, c’est la pauvreté. J’ai encore beaucoup de famille là bas, et je sais à quel point le pays a manqué de tout dans ces années là.
        Cependant, tous les amis de retour de Roumanie m’ont brossé un tableau encore incroyablement plus noir. Y compris une jeune roumaine, échappée du pays par un mariage blanc, mais qui finalement, n’a pas supporté la France, et a fini par retourner en Roumanie (comme beaucoup de polonais dans ces fameuses années 80, qui s’étaient pourtant battus des années pour obtenir un visa).
        Il y a une résistance à l’intégration, je suis bien d’accord. On peut cependant penser que cette résistance ne pourra que s’effriter au fil du temps.
        Soit on retourne au pays dans les roulottes, soit on s’adapte à la civilisation, il n’y a pas trop d’autre choix…
        La voie intermédiaire, la seule en place actuellement, c’est celle de la marginalité, mendicité au mieux.

  • Evelyne59
    septembre 14, 2011

    La Roumanie est probablement et depuis longtemps, l’un des états les plus pauvres d’Europe.
    La Pologne, à côté de la Roumanie, était un pays confortable, à la fin du siècle.
    Alors les roms…! Les gitans du pays le plus pauvre d’Europe, détestés par une population elle même pauvrissime, sans instruction, éducation, bien souvent. Comment voulez vous qu’ils s’en sortent ?
    La santé des roms est un vrai souci, certains médecins ont alerté les autorités à ce sujet. Manque de suivi médical. Pourquoi? Parce qu’il n’est pas correctement organisé.
    Même chose pour l’éducation.
    Les roms étaient nomades en Roumanie, à l’ancienne, cheval et roulotte. Ici, le cheval consomme du gasoil, et les roulottes sont remplacés par des bidonvilles. Il y a un fort désir de sédentarisation. C’est la fin d’une époque, pour eux.
    Le début de l’accès à la civilisation.

  • jul
    septembre 15, 2011

    1) CONCRÈTEMENT, AMIS HUMANISTES, ON FAIT QUOI?

    je vis à Saint-Denis, des centaines de familles s’entassent dans des bidonvilles infectes et putrides… des enfants pieds nus qui sortent de leurs habitats à peine protégé par une bâche ou une taule ondulée récupérée dans une déchetterie…

    Des demandes d’argent constantes… j’ai compté un jour 6 demandes directes (métro, rue, paris, st-denis…) directe (sans compter ceux qui font la manche passivement… en tout je suis censé donné 15 fois de l’argent… ok 3 euro par personnes… je dois me défaire de 45 euro par jours? 1300 euro par mois en solidarité avec les ROms?

    Pour une intégration efficace :
    – il faut compter au minimum 200 millions d’euro pour une allocation mensuelle qui aiderait leur intégration.
    – des écoles spécialisées « urgence AIDES roms » pour une mise à niveau correcte des jeunes : un plan d’aide massif devra étre apporté.
    – Un plan de création de logement. Création de nouvelles cités… dans le 93 évidemment, nous sommes tellement généreux. 200 millions??

    bref un demi milliard d’euro on devrait pouvoir s’en sortir.

    Mais c’est du long terme, dans un premiere temps :
    – SVP acceuillez une famille de ROms chez vous. Je n’ai pas suffisamment de place chez moi mais je pense qu’une famille de 5 roms dans un loft de 130 m2 à Paris est tout à fait convenable.
    – Payons plus d’impots

    2) il faut le faire en toute urgence car, pour l’instant, les consignes des chefs de clan roms sont les suivantes  » SURTOUT PAS DE VIOLENCE »… C’est la raison pour laquelle il y a, pour l’instant, jamais eu de grands faits divers liés à des agressions roms. Jusqu’ici tout va bien…

    • José
      septembre 16, 2011

      Honnêtement, je ne sais pas où en sont les lois. Mais si plusieurs pays européens décidaient de se répartir le problème, la charge serait moins lourde, et le travail d’intégration plus facile.
      En France, le problème est lié au logement, et on est en manque depuis longtemps de logements sociaux. On ne résoudra pas l’histoire en 2 mois.
      Et le B A BA de l’histoire, c’est le logement.
      Peut être que la 1ere question à se poser, c’est quels sont les pays, en Europe, qui auraient les structures d’accueil décentes.
      Et allouer une aide financière Européenne à un plan d’intégration.

  • Jean-no
    septembre 16, 2011

    Mais je ne comprends pas : les journalistes du Parisien s’insurgent contre une « une » du Parisien ? Si oui, quel est le rapport avec Claude Guéant ?

  • Louis Vuitton Basket Homme 2012
    août 10, 2013

    Look for displays of hand-painted trunks in the early 1850’s. She completed her look with a pair of orange ombre shades and a rather ironic T-shirt for a model to wear. He left in 2000 and moved to Dior, where he continued to dress the likes of Mr. The first lady of Qatar has been seen as the most luxurious louis vuitton sac store in the world. At that time Michael Jordan starred in the 1996 feature film Space Jam as himself.

  • Barry
    août 12, 2013

    The original release date of the releases is the AJ Retro Last Shot 2011 line which was inspired by a sports car that Michael owned.
    In this review I’m not going to explain the history of watches. This was marked by the release of this color another shoe was introduced in 96.

  • gamemedia.byethost8.com
    avril 10, 2014

    After looking over a few of the blog articles on your web
    page, I truly appreciate your technique of
    writing a blog. I book marked it to my bookmark site list and will
    be checking back soon. Please check out my web site as
    well and let me know your opinion.