France 24 au bord de l’implosion.

par 2commentaires No tags 0

« Ton attitude à mon égard, fermée, hostile, méprisante depuis le début des évènements qui ont émaillé la vie de la rédaction me navre et me blesse »: l’homme n’y va pas par quatre chemins et le désarroi est sincère. Après plusieurs mois de tension et d’hésitations, le dernier directeur de la rédaction  en date de France 24, Jean Lesieur (photo),  a fini par jeter l’éponge, plongeant l’entreprise dans une nouvelle crise et l’Elysée dans un abîme de perplexité.

Car après la rocambolesque affaire Ockrent et les départs successifs d’un chapelet de journalistes de renom ou  de responsables de rédaction – d’Ulysse Gosset à Vincent Giret – ce nouvel épisode ne peut que fragiliser l’actuel patron de l’Audiovisuel extérieur, Alain de Pouzilhac. Journaliste de qualité et homme de consensus, Jean Lesieur – qui est passé par L’Express, où il seconda dans des conditions également difficiles et épiques la même Christine Ockrent- semblait être un facteur d’équilibre recouvré au sein d’une entreprise trop souvent ballottée.

Mais l’accumulation des tensions internes conjuguée au tempérament abrasif de Pouzilhac, décidé à réformer sa maison au pas de charge – en achevant notamment la délicate fusion entre les rédactions de Radio France Internationale et de France 24- ont eu raison de la résistance d’un Jean Lesieur visiblement à bout et dont les relations avec son boss s’étaient dégradées.  L’incident qui a conduit ce dernier au coup d’éclat d’hier soir n’est qu’un pur prétexte: un différend presque anodin qui portait sur les modalités d’une série d’augmentations de salaires au sein de la rédaction. L’épisode est d’autant plus préjudiciable pour France 24 que le remplacement de l’intéressé n’est pas chose aisée. Devenue un guêpier, la rédaction de France 24  ressemble à Fort Chabrol: une citadelle qui aura épuisé nombre de ses cadres dirigeants et où une frange de journalistes, étroitement bordée par quelques syndicats rugueux, jouent les boutefeux avec l’objectif affiché d’obtenir, désormais et sur un air de Carmagnole, la tête de leur patron.

Un immense gâchis. Lesieur et Pouzilhac formaient pourtant un tandem longtemps soudé, jusqu’à cette rupture. Mais le très solide Gascon n’a pas su trouver avec celui que la rédaction avait fini par respecter un modus vivendi. Isolé, le patron de l’Audiovisuel extérieur va devoir reprendre rapidement la main pour ne pas laisser sa maison s’embraser et l’Elysée dans la situation d’avoir à trancher dans le vif et sous la pression des événements.

0
2 Comments
  • Martino
    octobre 20, 2011

    Bonjour Renaud,
    Au lieu de tomber dans le piège consistant à fustiger avec la meute médiatique Christine Ockrent dont nous savons désormais qu’elle a été totalement manipulée et accusée à tort, pourquoi ne pas reconnaître l’incompétence doublée de médiocrité du patron de l’audiovisuel internaitonal : Pouzhilac ?

    Ce personnage 100% piloté par le pouvoir actuel est un archaïque exemple des patrons de médias du pire temps des années 1960 à 1980. Veule devant le pouvoir et méprisant devant les faibles.

    Combien de temps faudra-t-il supporter la destruction progressive de TV5, par exemple ?
    Cette chaîne était un moyen à la fois économique et efficace pour la francophonie et l’image de notre pays à l’étranger.

    Tout ce que touche Pouzhilac est le plus souvent abîmé voire détruit (Havas, Eurocom, France 24, TV5…) et a même dirigé un casino, un subtil moyen de brasser de l’argent.

    Arrêtons les frais !

  • Vincent
    octobre 24, 2011

    Bonjour,

    Forcé de reconaitre que France 24 a ete (est toujours) un veritable fiasco. Resident a l’etranger depuis plus de 16ans je dois dire que la presence d’une chaine tele d’information Francaise m’avait fait miroiter une vision Française de l’actualite.
    Cette anne j’etait content de voir dans mons package d’abonaement au cable la presence de France 24. Le seul incoveignant la chaine etait en Anglais!!!!!!!!!!!!!!!! Quel interet il y a t il de financer une chaine qui emets a l’etrangers des informations en Anglais? Imiter Aljezeera (tres bonne chaine d’info en anglias grace aux derniers recrutements).
    Deçu par france 24, l’Anglais avec accent français ne fait que faire rire les etrangers, pour les news tout le monde prefere regarder des chaines ou les journalistes ne font pas les clowns en essayant d’analyse l’actualite en Anglais.
    Merci de promouvoir l’utilisation du français. Encore la preuve qu’il y a de l’argent a ne pas savoir qu’en faire.