DSK: Les médias en font-il trop?

par 16commentaires No tags 0

 

La question est partout et divise la presse: Les médias en font-ils trop avec DSK ? Des voix s’élèvent, en effet, d’horizons et de sensibilités différentes pour s’alarmer de ce que Dominique Strauss-Kahn, lui-même, et ses avocats, qualifient d’acharnement médiatique. De BHL à Gérard Carreyrou, nombreux sont ceux qui fustigent cette déferlante et le spectacle d’une ancienne figure du PS désormais clouée au pilori.

En effet, il n’est pas un jour sans que la chronique strauss-kahnienne s’enrichisse d’un nouvel épisode, aussitôt mis à La Une. Si l’on peut admettre que cette affaire à tiroirs et à rebondissements frôle la saturation, il est assez indécent de pointer du doigt les médias. Ces derniers, souvent dépassés par l’enchainement des affaires auxquelles DSK est étroitement mêlée depuis le printemps dernier, ne font pour l’heure que répercuter des informations égrainées et divulguées, au rythme métronomique des différentes procédures en cours. Policiers et magistrats déroulent ainsi leur pelote et la presse n’est que le récipiendaire d’un tombereau d’éléments qui tombent comme à Gravelotte. La presse, qui n’invente rien, se borne simplement à porter à la connaissance des lecteurs les détails de ces différentes enquêtes, lesquelles intéressent  un homme,  rappelons-le, qui devait, selon les sondages, s’installer à l’Elysée au printemps 2012.

Au nom de quels arguments spécieux faudrait-il mettre sous le boisseau tout ce qui concerne les bas-côtés de la vie de DSK ? Personnage public, il usa des médias à sa guise quand il était au firmament. A l’instar d’un Nicolas Sarkozy, instrumentalisant sa vie privée à des fins politiques, en 2007, DSK n’a cessé de jouer avec les médias quand son calendrier politique l’imposait. Un claquement de doigt et Paris Match était à Washington.

Puis vint cet été de braise. Au pinacle en avril, il est au fond du trou en mai. Et tout s’effondre. Mais quand DSK quitte les Etats-Unis par la petite porte, c’est un accueil en fanfare qui l’attend à Paris. Un retour au bercail salué par les médias, qui font alors le siège de son appartement, place des Vosges, où c’est le cirque. DSK pas mort ! Le couple est aux anges, il ressuscite et la presse est alors à l’écoute de celui dont on se dit qu’il peut encore rebondir. Même le PS vacille et s’interroge. On ne parle plus d’inquisition, mais de possible réhabilitation. TF1 est mobilisé et DSK s’inscrit alors dans un plan média destiné à le remettre en selle et à oblitérer le passé. Mais iI faudra les remugles de l’affaire Banon et les premières révélations sur l’affaire du Carlton de Lille, pour que DSK replonge dans le noir. Pas un journaliste, personne, n’est allé faire le siège de Tristane Banon, avant que celle-ci, seule, décide de porter le fer contre l’ancien directeur du FMI. Personne n’est allé fouiller dans les combles de ce palace lillois, afin d’en extirper des secrets d’alcôve. Et personne n’a décidé un matin d’aller exécuter celui qui se retrouve aujourd’hui au coeur d’une série d’épisodes scabreux, révélées par la  police et la justice, qui ont décidé d’en faire une large publicité. Les médias ne sont dans ce chapelet d’affaires qu’une simple caisse de  résonnance. Terrible, certes. Mais n’est-ce pas là le rôle de la presse que de rendre compte. Au risque d’entrainer celui qui rêvait d’un destin présidentiel, dans une spirale infernal.

0
16 Comments
  • Clarence
    novembre 16, 2011

    spirale infernale…

    C’est un point de vue, simplement les choses ne sont jamais noires ou blanches… Globalement les média n’en font peut-être pas trop eu égard à la gravité des révélations. Cependant, il y a des règles à respecter, ne serait-ce que déontologiques. Est-ce toujours le cas?

  • Limonet
    novembre 16, 2011

    Il est vrai que lorsqu’on se fait dérouler le tapis rouge pour le 20h de TF1 et qu’on y plastronne on ne peut pas s’étonner d’être traité avec dureté quand de nouveaux faits accablants sortent. Cependant l’arbre DSK ne doit pas cacher la forêt. Il serait injuste de s’acharner sur cet homme, qui n’a plus d’avenir politique, voire public, sans par ailleurs traiter la question de la moralité des politiques en général. J’évoque ici non pas les moeurs sexuelles et les comportement en chambre qui relève du privé mais bien plutôt les « affaires » et les conflits d’intérêts, deux domaines où aucune instruction judiciaire ni loi de clarification ne semblent prévus pour bientôt !!

  • J. DAWSON
    novembre 16, 2011

    Bonne alyse. Le couple DSK-SINCLAIR ne se prive pas d’étalage médiatique quand ça lui convient (entre autres exemples, le retour triomphal en France, baiser dans la rue). Il semble bien naïf de la part de personnes censément intelligente et habituées des médias de penser qu’ils peuvent les contrôler à leur guise. Avant de qualifier l’Express de « tabloïd », DSK ferait bien de lire la véritable presse tabloïd britannique !
    La presse fait son boulot, parfois pour le meilleur, parfois pour le pire.
    Si DSK avait fait « dans la discrétion », la presse n’aurait aucune prise sur lui. S’il avait payé ses parties fines de sa propre poche sans s’embringuer dans un réseau glauque, il ne serait pas dans la pitoyable situation où il se trouve actuellement.

  • Micazur
    novembre 16, 2011

    N’est-ce pas DSK et A. Sinclair qui nous ont invités dans leur résidence de Whashington où ils nous prenaient pour des imbéciles à se faire admirer (dans leur cuisine immaculée) en cuisant des grillades?
    Et ce retour en « star » de New York d’où il s’est passé des choses inacceptables vis à vis d’une femme de chambre!
    Donc qu’ils assurent!
    Et l’interview sur TF1, Claire Chazal n’en est pas sortie grandie, au contraire, c’était une grosse mascarade! Personne n’était dupe!
    Et maintenant, M. l’Intouchable, veut profiter d’une soit-disant immunité diplomatique pour ne pas affronter le procès civil à New York, quel honneur! quel courage!
    Heureusement que sa fortune n’a pas soudoyé les médias! Vous voyez, on peut être très très riche, au sourire provoquant, le pouvoir et la maîtrise ont des limites, Heureusement!
    Que les médias, faites votre travail!

  • Greg
    novembre 16, 2011

    Je suis plutôt d’accord avec votre analyse. Par contre, là où je trouve que la presse a été trop loin est la publication de ses SMS.
    Il s’agit clairement de messages personnels, n’apportant aucune information, mais exposant sa vie privée de manière honteuse.

  • Michèle Blouin
    novembre 16, 2011

    « Ces derniers, souvent dépassés par l’enchainement des affaires auxquelles DSK est étroitement mêlée « ; Corrigez « mêlée » sans e, complément direct s’accorde avec DSK masculin;

    « dans une spirale infernal. » Corrigez infernale, spirale est féminin.

    Ceci étant dit, votre papier est très pertinent.

  • Blin Michele
    novembre 16, 2011

    Quand le couple DSK a fait venir la TV dans leur résidence à Whashington, plus précisément dans leur cuisine (immaculée), pour se faire voir à cuire des grillades, c’est du voyeurisme et du n’importe quoi, ils les voulaient : les Médias!
    Heureusement l’argent et le pouvoir n’ont pas empêché la divulgation de toutes ces orgies, merci à N. Diallo de ne pas s’être laissée corrompre, en France cette abominable affaire aurait été étouffée!
    DSK et S.Sinclair s’émeuvent-ils de la vie que doit avoir N.D. maintenant? tout ce qui a été dit dans la presse, elle n’a pas de fortune devant elle pour s’en sortir de même pour Tristane Banon qu’une certaine prese a voulu décrébiliser!
    Que les Médias fassent leur travail de nous informer! On l’a échappé belle vis à vis de la présidentielle!

    • Clara
      novembre 16, 2011

      Bonsoir,

      Je rejoins tout à fait votre commentaire.

      Je rajouterai simplement, que la stratégie d ‘attaquer en permanence tout ce qui est divulgué et qui ne leur « convient » pas est pitoyable.

      DSK voulait attaquer Tristane Banon, pour « dénonciation calomnieuse » de faits pûrement imaginaires !!
      On connaît la suite, l’ agression sexuelle a été reconnue.

      Mais son avocate nous a immédiatement annoncé qu ‘il était blanchi !!!

      Cà suffit !
      S’ils veulent que l’ on ne parle pas de leur vie privée qu ‘ils ont eux-mêmes mis en scène, qu ‘ils se retirent purement et simplement de la vie publique aprés toutes ces révélations scabreuses.

      Mais, je ne crois pas que ce soit ce qu ‘ils recherchent..

      Alors, Mesdames et Messieurs, les journalistes continuez votre travail .
      Nous avons besoin d ‘être informés

  • jack 95
    novembre 16, 2011

    Dire que la presse en fait trop, c’est peu dire. L’acharnement dépasse les bornes. Les journalistes qui jouent les censeurs, avec qui couchent-ils, au fait? A cette question, ils répondront, à juste titre, cela ne vous regarde pas….
    De plus, les commentaires publiés (complaisamment) sur les sites sont en général infamants, insultants, alliant méchanceté et sottise. Ah, la méchanceté des cons, c’est terrible.

    • qsdf22
      novembre 16, 2011

      Enfin, un commentaire intéressant. Je m’étonne d’ailleurs qu’il ait été publié puisque moi-même j’ai eu la naïveté de déposer un commentaire critique sur le site internet de TF1 en pensant qu’il serait un jour mis en ligne !! Que nenni, les chantres de la liberté d’expression sont aussi les rois de la censure !!

      Je me bornerais à dire que contrairement à ce qui est écrit dans cet article, il n’est pas indécent de pointer du doigt les médias. L’affaire DSK est assurément traitée de manière partiale et il serait plus honnête de la part des journalistes d’assumer ce biais partisan plutôt que de prétendre simplement relater les faits.

    • qsdf22
      novembre 16, 2011

      J’en profite également pour faire part de ma consternation suite à la publication par l’express d’une interview de Marie-France Hirigoyen dont le contenu est absolument infâme.

      Il me paraît difficile pour celui qui a publié une telle diatribe de soutenir ensuite que la presse « n’invente rien, se borne simplement à porter à la connaissance des lecteurs les détails de ces différentes enquêtes ».

      Lorsqu’on publie à propos de DSK qu’il présente « des caractéristiques propres aux manipulateurs, avec une très haute idée de soi, une absence d’empathie, une instrumentalisation de l’autre et le recours au mensonge », on n’est assurément pas dans l’analyse psychologique mais plutôt dans l’agression haineuse. Même chose lorsqu’on parle de « la colère » et « l’écoeurement » que tout bon français ait censé légitimement ressentir à l’encontre de l’ancien directeur du FMI.

  • Jean Robert Turgeon
    novembre 16, 2011

    À mon avis, la plus grande « faute » de DSK est de traîner trois dossiers pour ainsi dire simultanément : Diallo, Banon et Carlton. Ça fait beaucoup de fumée. Mais doit-on nécessairement en conclure qu’il y a nécessairement un feu? Est-ce que des gestes méritant une sanction pénale ont été prouvés? Jusqu’à présent, non. Et il me semble peut probable qu’une accusation pénale se concrétise avec les deux affaires qui restent : la poursuite civile de Nafissatou Diallo et l’affaire du proxénétisme du Carlton. Si c’est le cas, est-ce que DSK sera réhabilité? J’en doute.

    Si j’étais magistrat, avec ce que je sais présentement, je serais obligé de classer les dossiers. Pour moi, les accusations dans les affaires Diallo et Banon (relations non consenties) sont bien plus graves que celle du Carlton (relations consenties, tarifées ou pas, relèvent pour moi de la vie privée). Mais de traîner une troisième casserole en si peu de temps aura été la goutte qui a fait déborder le vase. On pourrait plutôt parler de digue qui s’est rompue.

    Les anglophones ont deux mots pour résumer la situation : ‘hubris’ et ‘nemesis’. ‘Hubris’ est le choix de comportements de plus en plus risqués jumelé à une confiance de plus en plus grande qu’on ne risque rien. ‘Nemesis’ est la rétribution finale de ce type de comportement. Le personnage est détruit, souvent de façon abrupte et absolue, tout en étant incapable de comprendre cette chute brutale.

  • J. DAWSON
    novembre 16, 2011

    En tant que « rédacteur en chef » à l’Express,il serait souhaitable que vous évitiez certaines fautes d’orthographe ou de frappe ! La communication « en ligne » devrait-elle inciter au laxisme sur ce plan ? !
    (« Les médias en font-il (s?) trop ? » Exemple dans le titre + plusieurs autres !)
    En tant que traductrice, je me ferais sacrément taper sur les doigts pour cela – ou bien on refuserait tout simplement de me payer mon travail !

  • ISidor
    novembre 16, 2011

    DSK est à terre et définitivement …Est il honorable de
    continuer à l’accabler ? Laissons maintenant faire la justice et attendons le bouquet final .Sans oublier
    le procès civil à New-York ,tout celà contribue à augmenter l’addition qui risque d’être salée même si Dodo
    la saumure est absent .

  • christ
    novembre 17, 2011

    Pourquoi faire l amalgame? Il y a une différence entre le droit d informer et celui à la vie privée. Tout le monde serait embêtè de voir ses sms publiés de la sorte surtout qu ils ne relèvent rien de pénalement condamnable. Et le pire c quand les jouenaleux publies des soit disant confidences de proches de la famille qui ont la lâcheté de se couvrir de l anonymat. C trop facile pour n importe qui de prétendre avoir eu des confidences de proches de Dsk sans les citer. Ce n est plus de l information ca. Pire encore quand vous spéculer sur un éventuel divorce du couple, ce n est pas l info mais la jalousie. J attend avec impatience un article sur la relation de Mme Banon avec le fils de votre boss qui était mineur à l époque…

  • anamaywong
    novembre 17, 2011

    Encore des pages et des pages sur les ébats , les on-dit, les ragots et les sous-entendus dans l’express du jour!
    L’affaire DSK n’est-elle pas le pain béni de l’express?
    Quand on traite ce magazine de « Tabloïd » n’est-ce pas sans raison?
    Depuis le début de cette lamentable affaire l’express ne cesse de faire la une sur ce fait divers nauséabond: étalage glauque des débats de l’ancien directeur du FMI, invasion de sa vie privée,commentaires dans ces articles sans fondement aucun, sous entendu pervers:
    Non Mr Revel: ce n’est pas du journalisme et vous devriez penser à l’affaire Baudis ou les chiens s’étaient lâchés!
    Pourquoi le directeur de votre publication s’acharne-il contre DSK?
    Ami personnel de Mm Bruni Mr Barbier en jouant au père la rigueur du populisme ne se rend-il pas compte que ses lecteurs sont excédés par cette vulgarité, ce déballage indécent digne du News of the world.
    Cet acharnement n’est pas digne de la presse française.
    Une bonne condamnation devant la justice pour harcèlement serait sans doute méritée.
    Je suis scandalisée et malheureusement la seule chose que je puisse faire est de ne plus acheter votre « Tabloïd ».