2012 année chétive?

par 5commentaires No tags 0

 

 

Il régnait depuis deux semaines comme un doux climat d’apesanteur au royaume des médias: Plus un mail, un téléphone en apnée et une actualité au régime sec. Comme si pris de tachycardie du 1er janvier au 20 décembre, le Paf  s’administrait une dose de Tranxene le temps d’une pause comateuse. L’espace aussi de quelques bonnes résolutions aussi vite oubliées avec la rentrée. On s’était juré d’entamer l’année avec une sérénité recouvrée, après 12 mois d’une guerre de tranchée, mais les premières heures de ce nouvel an nous ont démontré qu’au contraire le spectre d’une année de crise a annihilé toutes les bonnes intentions.

Il était en effet à peine 9 heures ce matin, 2 janvier 2012, que M6 et TF1 nous administrait une piqure de rappel : la première pour nous rappeler que ce qui était valable il y a encore dix jours, – à savoir que cette chaîne avait enquillé les bons résultats, l’an passé – conservait toute son acuité. La seconde pour nous marteler que 2011 l’aura vu truster plus de 90% des meilleures audiences de l’année écoulée. Ce qui constitue au passage une étrange équation, qui voit TF1 caracoler en tête de l’audimat sans engranger pour autant les résultats escomptés, qu’il s’agisse de recettes commerciales ou d’image. Et France Télés? Les mails ont déboulé à 16 heures avec des communiqués saluant les bonnes performances de France 4 et de France 5, l’an dernier   

 

Il ne faut pas attendre grand chose de l’année qui s’ouvre. A l’image d’un gouvernement en sursis qui, suspendue à l’échéance présidentielle, s’interdit toute initiative, le paysage médiatique va faire le dos rond. Tétanisées par la crise, qui rogne le marché publicitaire et bride les ambitions, et  anesthésiées par l’élection qui s’annonce, avec les incertitudes politiques qui l’accompagnent, radios et télés vont prudemment gérer leurs échoppes sans prendre de risques. De la télé-réalité à jet continue et des séries américaines en flux tendu, le tout entrelardé de quelques magazines rodés de longue date et de quelques fictions franchouillardes, voilà les ingrédients d’un cocktail connu auquel les téléspectateurs devront se plier. Et comme en 2011, Patrick Jane, le héros de Mentalist, (photo), la  série-blockbuster de TF1, fera l’évènement et les pics d’audiences du Paf. De fait, seule l’information, en cette année d’élection présidentielle, devrait permettre aux chaînes de se distinguer et d’encaisser, pour les plus performantes d’entre elles, en la matière, les agios des efforts engagés en 2011. Ce sera le cas de M6 et de France 2. Et sans doute de TF1.

 

On devrait ainsi s’ennuyer ferme cette année. Au vu des carambolages du dernier trimestre, – Delarue, Fogiel, Tchoungui, Viguier…-, on voit mal quel animateur ira se lancer à l’assaut d’une case horaire de seconde  partie de soirée,  par exemple, sachant que les directions de chaînes, publiques et privées, ont adopté de fâcheux reflexes de snipers. Rarement la télévision aura fait autant preuve à ce point de nervosité et de  frilosité. Et jamais les catalogues de séries US auront autant masqué les difficultés de directions de programmes en cale sèche. On serait bien en peine de citer le nom d’une seule émission, un tant soit peu innovante, qui mériterait d’être versée au bon bilan de l’année écoulée! A cela une raison: l’audimat. Celui-ci ne date pas de l’an passé, l’institut Médiamétrie non plus, mais jamais la pression de l’instrument n’a été aussi forte depuis son instauration il y a maintenant de cela plus de 30 ans. La publication quotidienne, via Internet (et sur un air de Carmagnole), des résultats de la veille, toutes chaînes confondues, font régner une pression de chaque instant sur les directions de chaîne. La partie de ball-trap est quotidienne. M6 aurait-elle supprimé aussi vite l’émission, fort honorable, de Marc-Olivier Fogiel, si chaque semaine quelques sites n’avaient pas mis en exergue certaines des contre-performances d’audience du journaliste, en appuyant là où cela fait mal ? Pas si sûr. Matraqué, ce dernier n’a pas eu d’autre choix que de jeter l’éponge, après que les dirigeants de M6 aient cédé à la panique. Le diktat de l’audience, – phénomène rabâché-, a étouffé l’initiative et ligoté les chaînes. Et si on supprimait le thermomètre ?

0
5 Comments
  • bouscaren
    janvier 2, 2012

    ras le bol de la TV poubelle, des shows comiques avec des animateurs un peu crétins, de la télé réalité, des rediffusion, de rediffusion de séries… ce n’est pas parce que l’on regarde la TV que l’on est un con … on a aussi envie de se cultiver et de se détendre devant des trucs intelligents ! franchement pendant les fêtes, il n’y a rien eu de bien… en dehors de quelques disney sur TMC, TN1 et M6, le concert du nouvel an sur france 2, RANI …

  • michael
    janvier 2, 2012

    La television me navre et pourtant j etais un passionne avant l arrivee de toutes ces conneries de tele realite. le cote artisan a pratiquement disparu et le petit ecran est devenu une industrie ou on fabrique a la chaine. Quel dommage.

  • jacquou
    janvier 2, 2012

    Il reste les films, le sport et les actualités économiques et politiques. Pas besoin de ces animateurs-producteurs dont vous faîtes la promotion.

  • Martino
    janvier 3, 2012

    L’émission de Fogiel, qualifiée de « Fort honorable » !!!

    Soit vous n’en avez regardé que quelques éléments… C’était une pure escroquerie :
    * Aucune originalité
    * Des sujets en dessous de la ceinture ou particulièrement voyeuristes
    * Des interviews sans aucun esprit d’à propos, pas de relance, Fogiel n’écoutant que lui-même
    * Un découpage éditorial flou, pas de cohérence, pas de logique
    * Des faiblesses dans la présentation qui trahissent les profondes lacunes de Fogiel en termes de culture générale
    * Une réalisation sans relief, une production sans créativité, des enchaînements brouillons.

    Fogiel croit que ce qui était valable il y a 6 ou 8 ans reste approprié mais la télévision des années 2010 a bien changé, notamment par son rythme, à l’heure de l’interactivité, des tablettes, de twitter et de la replay TV.

    Il croyait être « branché » ou « banquable » et il se retrouve « has been ». Le public ne s’y est pas laissé prendre. Place aux djeun’s !

    Tant mieux. Enfin, Avec Sabatier, Denisot, Cyril Viguier et autres Bruce Toussaint, la relation privilégiée avec Nicolas n’autorise pas à être imposé au public. Il convient de le respecter.

  • phoenix
    janvier 3, 2012

    « L’Ombre d’un doute » sur France 3, le magazine sur l’Histoire présenté par Franck Ferrand, fait partie des bonnes nouveautés de 2011.