Décoré par Nicolas Sarkozy, Patrick de Carolis retrouve France 3

par 4commentaires No tags 0

 

«J’ai conçu cette nouvelle émission comme un voyage culturel et artistique, une invitation à découvrir des curiosités du monde entier en croisant des créateurs: chanteurs, danseurs, peintres, architectes, jardiniers… » Ainsi s’exprimait dernièrement, dans les colonnes du Figaro, l’ancien PDG de France Télévisions, Patrick de Carolis, qui retrouve demain soir (sur France 3), une tribune et une belle émission. Baptisé, Le grand tour, cet ambitieux  magazine culturel signe le retour à l’antenne de celui qui anima et produisit, avec succès, l’émission Des racines et des ailes et dont il est aujourd’hui le «conseiller artistique». Ainsi remis en selle, Patrick de Carolis renoue avec une chaîne et un groupe – France Télévisions- dont il fut le PDG bousculé et étrillé par Nicolas Sarkozy. D’aucuns pensaient ainsi que compte tenu des relations explosives qu’il entretint avec le chef de l’Etat -qui le renvoya dans ses foyers, pour le remplacer par Rémy Pflimlin-, Patrick de Carolis migrerait vers une autre chaîne: M6 en l’occurrence, avec laquelle il a eu des discussions.

En effet, personne ne s’attendait à voir celui qui promettait, en privé, de dire le jour venu et publiquement, quelques vérités bien crues sur ses trois années de guerre de tranchées avec le locataire de l’Elysée, revenir au sein de « sa » maison. On se souvient même de quelques propos critiques de Rémy Pflimlin, à son arrivée à la tête de France Télévisions, sur le bilan de son prédécesseur: offusqué, Carolis, qui avait pas  apprécié, promettait, toujours en privé, de dégainer l’heure venue. On attendait des révélations, on espérait même que que Patrick de Carolis solde quelques comptes, mais rien n’est venu. Mieux, les relations se sont apaisées au fil des mois et l’ancien PDG, qui a retrouvé le chemin de France 3, entame ainsi, à partir de ce soir, une seconde carrière.

Le ressentiment étant un vilain travers, c’est tant mieux pour l’intéressé, devrait-on conclure! En effet, à quoi sert de macérer des rancœurs. Et rien ne sert de s’apesantir sur Rémy Pflimlin qui n’est  en aucun cas responsable des échauffourées passées entre Patrick de Carolis et Nicolas Sarkozy, qui faillirent un jour en venir même aux mains, dans une salle de maquillage de France Télévisions…

C’est donc dans ce doux climat de réconciliation nationale que l’on a appris que Patrick de Carolis avait été élevé, fin mars, par Nicolas Sarkozy, au rang d’Officier de la Légion d’honneur. La cérémonie s’est déroulée à l’Elysée et l’exécuté d’hier a chaleureusement serré la main de celui qui le congédia. Et là, les bras vous en tombent, les flash-back vous assaillent. Combien d’heures ai-je passé dans des bureaux de France Télévisions, tantôt avec Patrick de Carolis, tantôt avec Patrice Duhamel, -qui, lui, n’a jamais varié dans sa lecture des évènements-  ou encore, avec Camille Pascal, l’ancien conseiller de « France Télés » qui a rejoint l’équipe présidentielle, à l’Elysée, pour entendre le récit minutieux des turpitudes d’un président de la République ultra interventionniste!  » Un calvaire », me disait-on.

Que n’ai-je entendu durant tous ces mois, qui voyaient Carolis et son complice, Patrice Duhamel, subir les assauts d’un Sarkozy remonté comme une pendule!  Duhamel l’a raconté dans un livre d’entretiens avec son frère, Alain Duhamel, –Cartes sur table. Et il n’a jamais, ni pardonné, ni oublié. Patrick de Carolis, lui, a préféré passer l’éponge et accepter une breloque pour solde de tous comptes. C’est son choix. J’avoue que tout cela me déconcerte et qu’il faut sans doute avoir une capacité d’oubli assez rare et un sens, plus qu’aigu, du compromis pour accepter de se faire ainsi enrubanner au terme d’une telle histoire.

0
4 Comments
  • PETRA
    avril 3, 2012

    d’abord ce n’estr pas une « breloque » même si elle a perdu de son sens!! et puis M. de Carolis finalement passe l’éponge plutôt que d’écrire un livre qui « rapporte » cherchez la classe!! ce monsieur était justement trop bien pour ce petit milieu télé, on n’a pas su apprécier sa culture – elle dérangeait dans ce milieu si vide – on lui en voulait de ne s’intéresser qu’au divertissement culturel – mais accessible au plus grand nombre – et pas à ces émissions insipides ( une semaine sans……)ou policières qui se ressemblent toutes, bref nous allons renouer avec lui et avec une émission qui sera à son image : agréable, variée, sans pédanterie. Souhaitons-lui bon vent au lieu de lui tirer dans les pattes!!!

  • ESMER
    avril 3, 2012

    Ainsi nous n’aurons pas les « quelques vérités bien crues » sur l’épisode de conflits avec N Sarkozy !!! Décidément notre candidat-président est très anxieux !
    On se passera des révélations…mais on sait pourquoi elles nous échapperont.
    Encore bravo à ces grands hommes porteurs de hautes valeurs !

  • guy
    avril 4, 2012

    Je retourne ma veste…toujours du bon côté!

  • ruff
    août 12, 2012

    bien Mr De Carolis, mais pour votre série des + grands musées d’europe il faudrait voir à voir; les relecteurs n’ont pas l’oeil partout mais quant à écrire que Le Palais des Doges est situé à Paris !!!!!!!c’est gonflé et certain mécène qui souhaite faire un musée à Venise va vous en vouloir…. allez les correcteurs, au boulot.