Evitement d’Hollande, surenchères de Sarkozy: A chacun sa stratégie médiatique.

par 8commentaires No tags 0

L’un veut débattre à minima, l’autre veut affronter son adversaire sur tous les terrains, sur tous les tréteaux, jusqu’à satiété, jusqu’à complète saturation. Après avoir refusé les trois débats télévisés que lui proposait Nicolas Sarkozy, pour n’en conserver qu’un seul, -le 2 mai prochain, sur TF1 et France 2-, François Hollande vient de décliner la proposition d’un bouquet de radios, (RTL, Europe 1, France Inter et RMC), qui souhaitaient organiser à leur tour un face à face.
Or à peine François Hollande avait-il officiellement refusé que Nicolas Sarkozy annonçait qu’il acceptait, «sans conditions», la proposition des dirigeants de ces quatre stations. Il irait et sans réserves.

Ainsi se dessine très clairement, au fil des jours, la stratégie qui va guider, d’ici au second tour de l’élection présidentielle, l’un et l’autre candidat. Pour François Hollande, à qui cette stratégie d’évitement profite depuis le début de la campagne, il n’est pas question de pénétrer, plus qu’il n’en faut, dans l’arène médiatique. Favori des sondages, le candidat socialiste n’a pas intérêt à aller s’exposer là où Nicolas Sarkozy l’attend de pied ferme et excelle: c’est-à-dire sur le terrain bosselé de ces face à face rugueux qu’il affectionne depuis son entrée en politique. C’est en effet sur les plateaux de télés que l’ancien maire de Neuilly s’est forgé un lexique et une carrure: Redoutable bretteur, Nicolas Sarkozy est sans doute le dirigeant le plus aguerri que la classe politique ait vu sortir de ses rangs ces 30 dernières années.

Et l’homme le sait, qui tente frénétiquement de « débusquer », en vain, son adversaire tapi à l’abri d’une côte de popularité en surcharge pondérale. Car si le débat du 2 mai prochain risque de tourner au match nul, -compte tenu de l’habilité et du talent d’un François Hollande, dont on va pouvoir également vérifier toute la vélocité-, une multiplication de ces face à face risquerait d’effriter le capital de ce dernier. Pourquoi François Hollande irait-il essuyer gratuitement les salves d’un adversaire encalminé dans les sondages? Pourquoi le favori à la présidentielle irait-il offrir à Nicolas Sarkozy l’occasion de grappiller quelques points dans les sondages quand s’égraienent les jours et les heures qui le séparent du perron de l’Elysée?
Il en va simplement de l’issue de ce scrutin et du destin d’un homme.

0
8 Comments
  • SARAH
    avril 24, 2012

    C’est un signe de panique. On respecte la tradition. le vrai but de Sarkozy, c’est d’entreprendre 3 matchs de boxe avec Hollande.Tout le monde connait sa brutalité, sa violence et sa vulgarité. ll veut entrainer Hollande là dedans, pour le salir, l’humilier.ce ne sera pas un débat sur des problèmes de fond car, Sarkozy ne va chercher qu’à donner des coups comme en cours de récréation.

  • nonolimit
    avril 24, 2012

    C’est aussi une bonne occasion pour Hollande de montrer qui est le chef, non?

    • jielle
      avril 24, 2012

      François Hollande, actuellement, est chef de rien du tout. Il a tout simplement 1,5% d’avance.

    • muriel.boulange@gmail.com
      avril 24, 2012

      Je comprend votre remarque, mais je pense que ce n’est pas judicieux de répondre à cette attaque.. Sarkozy est un Pitbull, ce n’est pas une fuite en avant d’Hollande mais plutôt une indifférence face à un petit garçon qui sautille dans tous les sens pour provoquer dans la cour de récrée une bagarre!!

  • PETRA
    avril 24, 2012

    les chevaux peureux refusent l’obstacle!!! dommage mais bien vu de la part de M. Hollande qui aurait démontré aux idôlatres ses grandes faiblesses devant l’homme au cerveau d’airain, l’esquive n’est pas glorieuse certes il est plus facile d’éructer aux meetings que de développer point par point un programme si flou, celà ne laisse rien présager de bon aux grands débats internationaux face à des hommes politiques aguerris; pauvre de nous!

  • Martino
    avril 24, 2012

    Pourquoi les médias oublient de relayer certains sondages quand cela ne leur convient pas ?

    61 % des Français souhaitent UN SEUL débat entre les deux candidats
    (baromètre OpinionWay-Fiducial pour « Les Echos » et Radio Classique)

    De plus, il apparaît que les pièges lancés par Nicolas se retournent contre lui. En effet, dès lors qu’il y a un strict et clair refus du « sollicité », ce dernier bénéficie aussitôt d’une image de « maître du jeu » et son adversaire (Nicolas), celui qui essuie un échec.

    Idem pour les radios. En voulant piéger Hollande, ils le propulsent justement dans une posture de décideur, de chef. C’est contre-productif et les Français le confirment.

    • nonolimit
      avril 25, 2012

      c’est ce que je voulais dire un peu plus haut et que vous expliquez fort bien ici, merci

  • cabinet conseil en stratégie commerciale
    juillet 3, 2013

    I’m amazed, I have to admit. Seldom do I encounter a blog that’s both
    educative and engaging, and without a doubt, you
    have hit the nail on the head. The issue is something that not enough people are speaking intelligently about.

    Now i’m very happy I came across this during my hunt for something relating to this.