Aurélie Filippetti en gendarmette du PAF

par 9commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est l’une des benjamines du gouvernement et elle embrasse un portefeuille important, bicéphale et emblématique: celui de la Culture et de la Communication. Aurélie Filippetti remplace donc le bien pâlot Frédéric Mitterrand, -qui n’aura pas marqué ce ministère-, avec devant elle toute une série de dossiers sensibles. D’ici à la fin de l’année, en effet, elle aura à préparer un projet de loi sur l’audiovisuel, dont le premier chapitre va constituer à abroger la règle instituant la nomination des PDG de l’audiovisuel public par le chef de l’Etat.

Sort de France Télévisions et de son équipe dirigeante, avenir de l’AFP, équilibres économiques de la presse écrite, loi Hadopi, place d’Al Jazeera dans le paysage…Les questions ne manquent pas. Il est à noter d’ailleurs que l’audiovisuel sera particulièrement observé sous ce quinquennat, avec la présence dans l’appareil d’Etat d’une brochette de personnalités qui s’intéressent de près au secteur. Car outre la journaliste et compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler, qui aura un avis sur ces questions, il y aura à l’Elysée deux autres bons connaisseurs des arcanes de l’audiovisuel : l’ancien directeur de France Culture, passé par France Télévisions, David Kessler, qui devrait hériter du titre de conseiller pour les questions de culture et de communication. Et la toute nouvelle directrice de cabinet de François Hollande, Sylvie Hubac: croisée dans un lointain passé, cette ancienne élève de l’ENA fut, sur ces mêmes domaines, la conseillère technique avisée de Michel Rocard, quand celui-ci était le Premier ministre de François Mitterrand. S’ajoute à cela Matignon, où un spécialiste de ces questions va être également nommé.

 

A peine repliée, l’élection présidentielle a déjà ses premières retombées dans les chaînes. La toute première conséquence de cette élection a été l’annonce du départ du responsable du service politique de France 2, Fabien Namias, pour la direction de la rédaction d’Europe 1. Cette défection, cette exfiltration,  surprise, presque au lendemain même du scrutin, est d’ordre politique : proche de Claude Guéant, ce journaliste talentueux a sans doute préféré un horizon moins exposé, plutôt que de prendre le risque d’avoir à endurer d’éventuelles critiques à France 2. Car à peine bâchée, la présidentielle a vu les premiers snipers sortir de leurs tanières. Notamment à France 3 où, comme le raconte Le Canard Enchaîné de cette semaine,  on a vu quelques journalistes fredonner un début de Carmagnole, en ciblant des journalistes politique étiquetés à droite. L’ouverture de la chasse aurait-elle été fixée au 6 mai ? Comme de par hasard, également, on a vu les syndicats de journalistes de cette même chaîne se découvrir un conflit avec le patron de l’info de France Télévisions, Thierry Thuillier, accusé de négliger  les journaux et les rédactions de La 3: Que l’ont-ils dit avant le 6 mai ? Même climat poisseux à France  24 et RFI où les syndicats ont repris le chemin de la guérilla avec l’objectif de faire tomber celui que Nicolas Sarkoy a installé à la tête de l’Audiovisuel Extérieur de la France, Alain de Pouzilhac. Et on attend  les premiers signes d’ébullition à l’AFP où le PDG de cette agence, Emmanuel Hoog, est dans une situation inconfortable. 

Le plus surprenant dans ces premiers signes de crispation, c’est leur origine. On a vu par le passé le politique attiser les révoltes, aiguillonner les rédactions, déstabiliser les équipes en place, instruire quasi publiquement le procès de patrons de chaînes indésirables: Mais là, rien. François Hollande, qui ne sera pas Nicolas Sarkozy, j’en fais le pari, s’en tiendra à une réforme cadre du secteur et à sans doute à quelques postes clés : il n’y aura pas d’amis à caser ou de chasse aux sorcières.  D’ailleurs, on a été bien sévère avec Sarkozy, qui aura finalement bien plus gesticulé et trépigné, que mis au pas les rédactions. L’ex tandem dirigeant de France Télévisions,  Carolis-Duhamel, en fut le témoin: Nicolas Sarkozy fit dix fois plus pour tenter d’imposer, en vain,  David Hallyday à l’ancien PDG de France 2 et de France 3, – quel enjeu !-, que pour peser sur la ligne éditoriale du journal de 20 heures de David Pujadas, qu’il laissa faire.

Or aujourd’hui, ce sont les petits maquisards des chaînes, les demi-soldes de France 3 ou de RFI qui s’agitent en réclamant des têtes. Il serait temps qu’on en finisse avec ces réflexes détestables et surannés hérités d’époques révolues.  En cela, Aurélie Filippetti peut jouer un rôle: calmer les ardeurs, éviter la revanche et donner l’exemple d’un état impartial.

0
9 Comments
  • Michael
    mai 17, 2012

    Il faudrait en finir avec ce bastion qu est France 3 et redefinir vraiment cette chaine….

  • Ferula
    mai 17, 2012

    Pourquoi gendarmette qui fait un peu dérogatoire? Gendarme était amplement suffisant pour l’information et plus respectueux. Sans rancune, M. Revel car votre article est très instructif.

  • phoenix
    mai 17, 2012

    J’aime assez votre article qui se met en perspective.
    Je fais par ailleurs confiance à Aurélie Filippetti pour donner un équilibre au secteur.

  • thèbes
    mai 17, 2012

    Ne vous y trompez pas, attendont les « les nominations ».
    C’est sans aucun doute, le cercle « LEON BLUM »,qui produit la représentation politique que nous connaissons avec ce gouvernement. Les pauvres Belkacem et Benguiggui qui se pensent appellées pour leurs compétences vont déchanter

    fillipetti est bien avant tout membre du comité d’honneur du cercle Léon Blum ! avec ses amis, Ayrault, Moscovoci, Peillon
    Bricq ( oui) . mais aussi des Dray, sainclair, DSK, Delanoé !!

    Elle est parfaitement pilotée, la pensez vous en capacité d’initiative ? Sur la question d’israel, elle fût en tout cas ramenée illico presto a « la raison », lors d’une intervention personnelle . ….
    gendarmette ou auxilliaire ?

  • thèbes
    mai 17, 2012

    petite question à la gendarmette toutefois

    Quelle décision de FILIPPETTI sur la gravissime question des « hellfest » qui mobilise un grand nombre d’opposants, chrétiens mais doivent-ils s’en excuser ?

    Du 15 au 17 juin prochain, comme chaque année depuis 2006, se tiendra sur une commune socialiste, CLISSON dont le maire est M.Coudrais et avec le soutien financier et moral de la municipalité, le « Hellfest », festival de musique satanique où des appels au meurtre des chrétiens sont régulièrement lancés.

    Rien à voir ???

  • thèbes
    mai 17, 2012

    Ne vous y trompez pas, attendont les « les nominations ».
    C’est sans aucun doute, le cercle « LEON BLUM »,qui produit la représentation politique que nous connaissons avec ce gouvernement. Les pauvres Belkacem et Benguiggui qui se pensent appellées pour leurs compétences vont déchanter

    fillipetti est bien avant tout membre du comité d’honneur du cercle Léon Blum ! avec ses amis, Ayrault, Moscovoci, Peillon
    Bricq ( oui) . mais aussi des Dray, sainclair, DSK, Delanoé !!

    Elle est parfaitement pilotée, la pensez vous en capacité d’initiative ? Sur la question d’israel, elle fût en tout cas ramenée illico presto a « la raison », lors d’une intervention personnelle . ….
    gendarmette ou auxilliaire ?

    D’ailleurs une décision est urgente :
    Du 15 au 17 juin prochain, comme chaque année depuis 2006, se tiendra dans une commune socialiste CLISSON , et avec le soutien financier et moral de la municipalité, le « Hellfest », festival de musique satanique où des appels au meurtre des chrétiens sont régulièrement lancés.
    Beaucoup de personnes sont mobilisées contre cette manifestation pour l’essentiel beaucoup de chrétiens (voir pétition internet)
    Quelle décision lui laissera t’on prendre ? peut-on compter sur FABIUS ?

  • thierry
    mai 18, 2012

    désolé les blogeurs
    REVEL est trop politisé rive gôche st germain des près pour que ce militant du PS ait une once de sincérité dans ses écrits
    bon il est payé cher à l’express pour attirer les lecteurs bobos!!
    il est tellement dérisoire à l’image de ses collégues
    mon dieu!! pour qui se prend il???

  • LAMOTHE HENRI
    mai 18, 2012

    Votre titre sur l influence de la première dame
    Je voulais vous indiquer 2 points :
    1 lorsque nous votons pour un homme ou une femme politique nous ne votons pas pour une autre personne
    2 dans la circonstance présente vous parlez de qui ? de la concubine du président , elle ne représente absolument rien ni personne
    Salutations

  • Aicha
    mai 18, 2012

    Monsieur Revel est bien mal informé sur ce qui s’est passé à France télévision durant les années Sarkozy, soit il ne s’informe pas et c’est grave pour un journaliste, soit il fait semblant de ne pas savoir, et pourtant il y en a eu des lettres ouvertes au PDG et au directeur de l’Information sur leur manière de concevoir les choix éditoriaux et toutes ces lettres et remises en question ont pourtant été largement diffusées sur le net pour ne pas passer inaperçu. La « fronde » dont il parle qui viendrait de journalistes aux pratiques d’un autre âge, n’a pas débutée depuis l’élection de Monsieur Hollande, et de nombreux journalistes de France tV ont été mis « au placard » pour avoir osé exprimer leur désaccord avec la direction de l’Information et les commentaires de monsieur Pujadas dans un journal insipide faisant une place prépondérante à la météo et aux faits divers… Enfin la CGT n’a eu de cesse de demander elle aussi des comptes, et les réponses de monsieur Thuillier directeur de l’Information ont valu leur pesant d’or.

    Alors Monsieur Revel quand on ne sait pas on se tait, on n’accuse pas les autres, quand on est bien au chaud installé à l’express, et on s’informe avant de juger et de désavouer ses confrères.
    Avec le type de propos que vous tenez vous avez le profil idéal pour faire partie de l’équipe Thuillier Monnier un tandem détesté qui pratique le harcèlement des journalistes et tente via un troisième sinistre personnage nommé LARDIERE, la politique de la terreur, de la menace constante et de l’humiliation.Vous n’imaginez pas ce que signifie travailler avec ces gens là, même les PV des Comité d’établissement en attestent car leurs pratiques y sont régulièrement dénoncées.
    Il serait donc plus sain soit d’enquêter sérieusement sur les pratiques en vigeur dans ces Rédactions, sur le nombre de journalistes en état dépressif, soit de vous inscrire dans la prudence des propos et dans le renoncement à des affirmations pitoyables qui n’engagent que vous, même si elles tentent de salir les journalistes qui ont eu et ont encore le courage de dire « ca suffit » et ils n’ont pas attendu mai 2012 pour le faire, c’est vérifiable.