74% des journalistes ont voté François Hollande!

par 27commentaires No tags 0

 

On le savait et preuve en est faite : Tous des gauchos, devrait-on entendre au fil des conversations! S’il est un sondage qui risque, en effet, d’alimenter le discours récurrent selon lequel les journalistes sont de fieffés gauchistes, c’est bien celui réalisé par Harris Interactive, sur Twitter, pour le magazine Médias. Cette enquête indique, ainsi, que 74% des journalistes voteraient à gauche, un chiffre imposant qui recoupe nombre d’enquêtes réalisées sur le thème par le passé.

C’est ainsi que 39% des journalistes interrogés déclarent avoir voté pour François Hollande au premier tour de la présidentielle, 19% pour Jean-Luc Mélenchon et 18% pour Nicolas Sarkozy. Mais ils sont 74% à avoir fait le choix du  candidat socialiste au second tour. Seuls 3% des sondés disent avoir voté pour Marine Le Pen.

Si cette sensibilité gauchisante n’est pas à proprement parler une découverte, l’importance du score recueilli par François Hollande auprès de la profession est en revanche surprenante. Mais ce chiffre s’explique. En effet, réalisé en 2007, en pleine lune de miel avec un Nicolas Sarkozy alors candidat, cette même enquête n’aurait pas produit les mêmes résultats. A l’époque en lévitation, la profession semblait maraboutée par celui dont elle divorcera, brutalement, 5 ans plus tard. A l’image d’une grande partie du corps électoral, la population journalistique a basculé d’une adhésion sans réserve à un rejet sans nuances. Or au fil de ces cinq années de présidence Sarkozy, le climat n’a cessé de se détériorer entre un Président de la République aux cent coups avec une kyrielle de « journaleux » dans son collimateur et une profession en sécession. Si bien que ce sondage ne fait que refléter le climat d’incompréhension qui a régné, pendant presque cinq années, entre l’ancien chef de l’Etat et une corporation qui a soldé ce quinquennat dans les urnes.    

 

 

 

 

 

0
27 Comments
  • K.
    juin 14, 2012

    Ouf, j’avais peur de comprendre que les journalistes étaient à gauche, tous.
    Non, en fait c’est Sarkozy qui est un abruti.

    Me voilà rassuré.

    • Ferula
      juin 14, 2012

      Vous avez le droit de ne pas aimer Sarkozy, ce n’est pas une raison pour l’insulter. Est-ce que je vous traite d’abruti?

      • K.
        juin 14, 2012

        L’article précise que si les journalistes sont tant à gauche, c’est du fait de Sarkozy qui les y a poussé, sans préciser que le monde journalistique est vampirisé – dès les écoles de formation! – par des gauchistes de tout poil, ou d’autre points sans commune mesure avec l’honnêteté.
        Ma remarque n’était pas pour insulter un ancien président, mais pour souligner que l’auteur de l’article tente de lisser afin de le rendre acceptable une situation scandaleuse, ce qui est pour le coup me prendre pour un abruti, et que – vous en conviendrez – j’ai du mal à le digérer. N’est-ce pas son rôle, d’au moins, ne pas mentir par omission?

        J’espère que mon explication vous suffira et vous invite chaleureusement à laisser votre cerveau découvrir ses capacités manifestement occultés par trop de fatigue, ou autre.

    • beniot
      juin 14, 2012

      En faites c’est vous l’abrutis!!! Hollande soit sont élection aux médias!!

      • M.G.
        juin 22, 2012

        Alors cet article est un ramassis de bêtise du début à la fin. Et les commentaires ne sont pas souvent mieux.
        L’étude sur lequel M. Revel s’appuie est une honte de non-professionnalisme.
        S’il est vrai que les journaliste sont plutôt de gauche l’étude a été réalisée de sorte de pouvoir grossir (fortement?) le trait. Voyez http://www.harrisinteractive.fr/news/2012/CP_HIFR_Medias_14062012.pdf
        Toutes les erreurs qui ont même conduit Harris a ne pas qualifier de sondage mais de simple consultation. Une consultation peut en fait être faite n’importe comment, ce qui est le cas.
        Ensuite mettre l’élection de Hollande sur le dos des journalistes, c’est facile. En fait, dès qu’une critique est formulée, c’est parce que les journalistes sont gauchiste? Non!! C’est le fait d’un journaliste d’être à la critique sur le pouvoir en place. Sinon, cela s’appelle la Russie, la Syrie, l’Iran etc…

  • spymax
    juin 14, 2012

    un peu facile de dire « c’est la faute à Sarko » ! Des sondages précédents avaient déjà montré à quel point les journalistes sont à gauche, notamment pour l’élection présidentielle en 2002 où ils avaient voté massivement Jospin !
    Nous avons la soupe socialiste dès le plus jeune âge avec des enseignants très politisés et évidemment de gauche, puis dans les médias jusqu’à la maison de retraite dans les journaux télévisés … si bien qu’on se demande comment la droite peut encore avoir des voix ! La propagande est pourtant bien présente à tous les âges de la vie !
    A quand une radio de droite ? A quand une télé de droite ? Juste une … pour contrebalancer, pour le pluralisme.

    • Em'
      juin 15, 2012

      Quand on s’intéresse un minimum à la sociologie et aux médias de masse on voit qu’aucune étude sérieuse n’a jamais démontré l’impact massif du discours médiatique sur une élection. D’ailleurs l’étude de Lazarfeld (et sa two steps flow theory) est très intéressante à ce sujet : on est surtout influencé par son entourage)Après les médias audiovisuels ont probablement augmenté la portion de cette influence.
      De toute façon plus on est politisé, donc plus on est sûre de son choix et par conséquent moins disponible à être influencé, plus on « consomme » de l’information politique. Moins on est sûre de son choix, moins on va chercher l’information.

      Par contre, si les médias ne nous disent pas comment penser, c’est vrai par contre qu’ils nous disent à quoi penser => agenda médiatique.
      Exemple flagrant en 2002 : dans les médias on a ressasé le thème de l’insécurité jusqu’au point culminant de l’affaire Papy Voise (qui reste un modèle scénarisation journalistique). Par conséquent le thème de campagne principal a été celui de l’insécurité en lien avec l’immigration. Combiné à une abstention record cela explique le score de Lepen.
      Mais ça ne veut pas dire pour autant que ce sont les journalistes qui ont persuadé que lepen était la solution.
      Comment penser et à quoi penser sont deux chosees très différentes.

      Et pour conclure, les rédactions de TF1, le Figaro, l’Express, le JDD, le Parisien, BFMTV ou même France 2 sont extrêmement gauchistes « roll »

    • Em'
      juin 15, 2012

      J’oubliais les radios : RTL, Europe 1 ou encore RMC sont pas franchement de gauche

  • Paraffin
    juin 14, 2012

    Bref, les journalistes sont de vraies girouettes.

  • SDG
    juin 14, 2012

    Pas sûre que le second degré de K ait été compris, à moins que je ne sois moi-même à côté de la plaque …

  • jm Léger
    juin 14, 2012

    Tout à fait d’accord avec vous. C’est la faute au vilain Sarkozy. Moi aussi j’avais l’impression que la presse française portait organiquement à gauche, mais je me trompais apparemment.

  • maxime
    juin 14, 2012

    journalistes = la gauche bobo , vu leurs salaires et avantages.

  • P
    juin 14, 2012

    il est donc facile de comprendre les prises de positions des journalistes….

  • Petit Poucet
    juin 14, 2012

    Conclusion de l’article : c’est la faute a Sarkozy !

  • The Master
    juin 14, 2012

    Bravo l’amalgame !
    Le sondage a été fait sur 105 journalistes. La profession compte approximativement 37 000 « encartés ».
    Voilà qui devait être dit.

    • Gérard Lambert
      juin 15, 2012

      Encore une fois, ce n’est pas la taille qui compte !
      105 sur 37000 c’est un échantillon de 0,28% de la population concernée, quand on fait un sondage politique, c’est généralement sur 1000 personnes pour 42 millions d’inscrits sur les listes électorales, soit 0,0024%.
      L’important est de savoir si l’échantillon est représentatif, et sur quels critères (sexe, géographie, âge, revenus…)

      • Greg
        juin 22, 2012

        Bien vu, mais comment est choisi l’échantillon?
        Le choix de l’échantillon est le plus important dans un sondage. Le choix fait est fortement contestable et non-représentatif.

  • Moudubulbe
    juin 15, 2012

    C’est ben vrai ça
    Minute, c’est des gauchistes
    Valeurs actuelles des révolutionnaires
    Le Figaro, de dangereux terroristes
    RTL de la propagande soviétique
    Europe 1 , l’intellegentia de gauche
    TF1, ils sont Melenchonnistes (comme M6 et NT1)
    Le groupe Canal+ de dangereux internationnalistes
    Le Point ne s’inspire que du petit livre rouge de Mao

    non, mais sérieux, faut reffléchir avant d’écrire…

    Après, si la droite n’est pas capable de se remettre en cause après six défaites d’affilées, c’est peut être plus à elle de se remettre en cause plutôt que de s’appuyer sur des sondages bidons qui s’appuient sur un panel non représentatif… (voire truqué)

  • AudeN
    juin 15, 2012

    Peut-on vraiment parler « des journalistes » alors qu’on est sur un échantillon de 105 répondants ?
    (source : http://www.harrisinteractive.fr/news/2012/14062012.asp)

    La population des journalistes inscrits sur Twitter est-elle représentative de l’ensemble des membres de la profession ? (vu le taux de pénétration de Twitter au niveau national, on peut se permettre d’en douter)

    Tout cela est vraiment très limite au niveau de l’extrapolation… pas étonnant que les sondeurs se fassent une réputation de vilains manipulateurs avec des trucs comme ça.

  • Le Bien Pensant
    juin 15, 2012

    Si on pondérait les journalistes par leur impact médiatique, en revanche, on aurait des résultats bien différents : les journalistes de TF1, Europe 1, RTL ou Le Figaro ne sont pas vraiment des gauchistes, mais ils ont un poids nettement plus important que Politis ou Le Monde Diplo…
    Sans oublier que l’opinion personnelle des journalistes compte bien peu quand leur patron s’appelle Lagardère ou Bouygues.

  • QuiDame
    juin 15, 2012

    Bonjour

    J’ai une carte de presse. Je ne suis pas de gauche, ni de droite, ni d’ailleurs.Juste républicaine.
    Hier, quand j’ai vu passer sur Twitter cette une de Media selon laquelle « 74 % des journalistes votent à gauche », j’ai immédiatement eu le réflexe de chercher le sondage, que j’ai rapidement trouvé(*). Histoire, quand même, d’en mesurer la pertinence.
    C’est là que j’ai découvert que l’enquête avait été réalisée du 9 au 18 mai 2012, en ligne, via Twitter et que « 105 journalistes ont répondu à l’intégralité de l’enquête ».

    => « 105 journalistes »… sur plus de 37.000 <=

    Question : au deuxième tour de 2002, combien parmi les 105 ont voté Chirac ? 100 % ? Donc en 2002 100 % des journalistes étaient de droite ?

    L'orientation politique éventuelle des journalistes est un sujet sensible, et grave. Pendant la campagne,sur le terrain, certains confrères ont été victimes d'agressions de la part de militants ou candidats. Il me semble qu'un minimum de sérieux et de déontologie doit accompagner tout traitement de cette question. En l'occurrence, extrapoler à partir du Harris me paraît hasardeux. En outre, titrer que 74 % des journalistes "votent à gauche", est carrément fallacieux. Tout ce qu'on pourrait dire (et encore), c'est que 74 % des journalistes "ont voté à gauche au deuxième tour de l'élection présidentielle de 2012". Nuance.

    (*)http://www.harrisinteractive.fr/news/2012/14062012.asp].

  • colombey
    juin 15, 2012

    La Gauche applique peut-être la devise du cher ami de Mitterrand, ALLENDE qui disait: «  »le devoir pour un journaliste ( de gauche ) n’ est pas de dire la vérité mais faire la révolution » »… Staline jaugeait ses opposants avec son fameux : combien de divisions ?……….Pour prévoir son sort Sarkozy aurait dû demander à Hollande : combien de journalistes ?

  • Gilbert Duroux
    juin 23, 2012

    Une analyse pertinente de ce « sondage » ici : http://www.acrimed.org/article3848.html
    Où il apparait que même s’il est vrai que 74 % des journalistes votent Hollande (ce qui ne veut pas dire qu’ils sont de gauche étant donné que DSK et Hollande sont parfaitement interchangeables), la concentration des journaux aux mains de groupes de presse appartenant à des gros financiers ou industriels pèsent certainement davantage que les états d’âmes de ces journalistes.
    Peu nous chaut que les journalistes votent « à gauche » à partir du moment où les principaux médias penchent à droite. C’est ce décalage et les raisons de ce décalage qu’il serait intéressant d’analyser. Ce que ne fait pas, bien sûr, la revue de Robert Ménard. Et encore moins Renaud Revel, qui cherche juste à faire du buzz.

  • Emmanuel HUMBERT
    juin 26, 2012

    Et bien quand je vois un des pontes de L’Express sombrer autant dans l’approximation pour ne pas dire la manipulation des faits et des infos, je me dis que la profession est bien mal barrée… Auriez-vous eu l’objectivité de préciser que ce « sondage » a été réalisé auprès de 105 journalistes via twitter sur un total de 37 000 journalistes titulaires de la carte de presse ???
    Non bien sûr. Autant flatter le lecteur et le laisser buzzer et commenter plutôt que de donner la réalité des faits.
    On aurait été en 1950 et vous auriez fait partie des 74 % des journalistes gauchistes, j’aurai dit qu’une telle manipulation relevait de l’Orchestre Rouge.

  • Brandon
    juillet 6, 2012

    Les journalistes font un travail formidable sur un constat d’une société.
    Je les admire pour leur travail de reporter de terrain quelque soient les situation (guerre, agression, prise d’otage, etc…) Ce sont de véritables communicants pour la société civile !
    Il faut vraiment défendre cette profession et sécuriser leur parcours professionnel !

  • toulsino
    juillet 14, 2012

    Le fait que les journalistes soient de gauche ne serait nullement dérengeant s’il faisaient preuve d’un professionnalisme et d’une déontologie à toute épreuve.
    Or, ce n’est pas le cas.

    Il suffit de voir par exemple lorsqu’un élu de droite, et c’est encore plus flagrant avec Marine Le Pen, est interviewée, dans la plupart des cas elle est systématiquement interrompue avec des questions agressives.

    Les élus socialistes sont traités avec plus de circonspection et de calme.

    Maintenant vous savez que vous devez être beaucoup plus critique avec les informations que vous lisez ou entendez.

  • Richard PARRINELLO
    août 18, 2012

    Et 74 % ou plus, des journalistes (85 % serait plus exact) ont participé très activement aux immenses campagnes de dénigrement contre M. Sarkozy, pendant les 5 années de son mandat. Et lorsque lesdits journalistes, pleutres, charognards, et souvent plus marchands de papier que véritablement témoins de faits, s’apercevront qu’ils ont brûlé un des présidents les plus honnêtes et les plus francs qui ait été, et surement plus efficace que ne le sera jamais François Hollande, lorsqu’ils comprendront que le sieur Hollande n’aurait jamais dû être élu et que pour preuve, aucun gouvernement ne l’a jamais ces 30 dernière années, appelé aux responsabilités, il sera trop tard.
    On peut ajouter, sans exagérer que, non contents de dénigrer le président en place, ce qui témoigne du peu de respect qu’ils ont eu pour nos Institutions, ils s’en sont pris à son épouse, à sa vie privé et pire de toutes les ignominies, à son apparence.
    Avec tout le respect dû au « quatrième pouvoir », messieurs les journalistes : merci.