Le cas Pigasse et le dossier de la BPI échauffent Jean-Marc Ayrault

par 9commentaires No tags 0

 

« Ca suffit, ca vaut pour tout le monde. (…) Il y a une règle qui a été fixée dès le départ, pour tous les membres du gouvernement, c’est que la discussion a lieu au sein du Conseil des ministres », Invité de l’émission « Tous politiques » de France Inter, Jean-Marc Ayrault a fait ce rappel à l’ordre sévère après que deux de ses ministres, Arnaud       
Montebourg et Pierre Moscovici, se soient affrontés publiquement. Les deux hommes se sont en effet heurtés à propos du choix de désigner la banque Lazard comme conseil du gouvernement pour créer la future Banque publique d’investissement (BPI) qui sera chargée de financer les entreprises.

                 
En toile de fond de cette querelle, un troisième homme et une figure de l’establishment : le patron de Lazard et actionnaire du quotidien Le Monde, Mathieu Pigasse. Le Nouvel Observateur a laissé entendre que le choix de ce prestigieux établissement bancaire pouvait ne pas être indépendant du fait que le dit Pigasse avait nommé en juillet dernier la journaliste Audrey Pulvar, compagne d’Arnaud Montebourg, à la tête du magazine Les Inrockuptibles, dont il est propriétaire.

On a peine à croire à un tel scénario, même si en politique certaines idées ou  schémas parmi les plus grossiers finissent parfois par se réaliser. Les deux ministres ont pour leur part démenti, de la manière la plus catégorique, tout mélange des genres. Arnaud Montebourg a même tenu à critiquer ce choix de Lazard, affirmant que la BPI « ne peut pas être réalisée par des banquiers, parce que faire une banque qui ressemblerait à d’autres banques, ce n’est vraiment pas ce que l’on cherche à faire ».

 

On sent pourtant de l’embarras du côté du gouvernement à propos de cette affaire. Comment en effet Pierre Moscovici a-t-il eu la légèreté de confier à Mathieu Pigasse un dossier de cette importance, quand on sait que le même Mathieu Pigasse tient avec Xavier Niels et Pierre Bergé les manettes du Monde et qu’il avait installé à la tête des Inrokuptibles, -juste avant Audrey Pulvar-, l’actuel conseiller de François Hollande à l’Elysée pour les questions audiovisuelles, David Kessler! Tout cela fait beaucoup.

 

Qu’on le veuille ou non, il y a là un enchaînement de maladresses. Et il n’est pas étonnant que beaucoup s’interrogent, du coup, sur ce fâcheux mélange des genres qui voit un petit aréopage de personnalités du monde médiatico-politique entretenir des liens de connivence étroits. Audrey Pulvar, quant à elle, ne mérite pas cet imbroglio, tant on n’imagine pas l’ancienne journaliste de France Inter fricoter avec de telles pratiques. Tout comme on imagine mal Arnaud Montebourg délibérément embarquer sa compagne dans une telle galère.

Reste le cas Pigasse et cette question: Les embauches successives de David Kessler et d’Audrey Pulvar à la tête des «Inroks» sont-elles totalement dénuées d’arrière-pensées? Je vous laisse juge…

(Avec AFP)

0
9 Comments
  • PEYSOL
    septembre 3, 2012

    Cela fait quand même désordre même si l’on sait que c’est une pratique courante dans le monde politique ,les amis de tes amis sont mes amis et vice et versa ,mais une banque c’est très fort !

  • Ferula
    septembre 3, 2012

    Il est certain que tout cela fait très copinage ou cuisine interne. M. Ayrault n’aurait pas eu à se fâcher s’il y avait réfléchi avant!

  • Watnes
    septembre 3, 2012

    On écrit « après que deux de ses ministres, Arnaud Montebourg et Pierre Moscovici, se SONT affrontés ». Décidément, plus aucun titre n’est à l’abri…

  • chichiolle
    septembre 3, 2012

    C’est à peu près la seule tâche rondement menée à bien FH durant ces 100 jour; à savoir: virer tous les détenteurs de poste clés(police,justice,finances etc…) et y installer ses propres grouillots de la promotion Voltaire et associés, quitte à piétiner sans vergogne les règles d’honnêteté les plus élémentaires.Que n’aurait-on dit de N.S s’il avait agi de même?
    Attention de ne pas tomber sous les coups de la loi visant à combattre les bandes organisées.

  • tropico
    septembre 3, 2012

    … après avoir écouté les paroles de sainteté quelques mois auparavant..et .si cela était arrivé au précédent gouvernement…oua, je ne veux même pas y penser…

    • nochar
      septembre 4, 2012

      mais le précedent gouvernement en a usé et abusé. Vouloir l’ignorer relève de la malhonnêteté intellectuelle. Ceci dit ces pratiques de copinage sont ecoeurantes quelque soit leur auteur.

  • Alex J
    septembre 4, 2012

    de la Sarkozie en rose… triste.

  • fred4n
    septembre 5, 2012

    L’affaire semble étouffée par une supposée rumeur de conflit entre ministres. Les médias à l’origine de cette rumeur comptent M.Pigasse dans leurs actionnaires principaux. Simple coïncidence ?

  • gfaure
    septembre 11, 2012

    Le plus insupportable, c’est que la banque Lazard va être rémunérée plusieurs millions d’Euros pour ses conseils grâce à l’argent public, alors que les petites gens doivent se serrer la ceinture.
    D’où l’utilité pour les actionnaires de ce type de banques de recruter des inspecteurs de finances, à gauche et à droite, comme directeurs ou associés.