« Vous, président de la république »: l’édifiante lettre des salariés de RFI à François Hollande

par 3commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

On croyait avoir tout vu, tout lu, tout entendu à propos du sort de RFI. Et si on peut difficilement en vouloir aux salariés de cette radio de défendre leur maison, la forme de leurs actions a souvent été déconcertante. En témoigne ce courrier adressé à François Hollande: un brûlot dans lequel un collectif de salariés anonymes rejette sur le chef de l’Etat la responsabilité d’une réforme initiée par son prédecesseur!

La lettre en question a fait bondir les conseillers de Hollande   

 

 

Lettre ouverte à François Hollande, président de la République française sur la destruction de RFI

Vous, Président de la République…

 avez abandonné la seule radio internationale de service public de la France, dont vous prétendiez défendre l’existence et les missions. Il est vrai que vous n’étiez alors que candidat à la magistrature suprême.

 Vous, Président de la République, avez, en effet, validé en juillet 2012 une structure assassine, l’Audiovisuel extérieur de la France (Aef), pensée et voulue par votre prédécesseur, Nicolas Sarkozy, pour mettre à son service et au service d’intérêts amis, un  outil public d’information radiophonique, qu’il s’agissait de réduire en instrument de communication.

 Vous l’avez fait, vous, Président de la République, après avoir commandé à la va vite, en juin 2012, en pleine campagne électorale pour les Législatives, à Jean-Paul Cluzel, homme de droite carriériste, un soi-disant rapport d’évaluation sur la fusion RFI-France24. Vous en avez épousé les conclusions mortifères et les abjects calculs syndicaux.

 Vous, Président de la République, avez insulté l’intelligence des personnels de RFI  en  voulant faire croire que  la démission du pdg de l’Aef, Alain de Pouzilhac, le 12 juillet 2012, suffisait à honorer votre signature, en janvier 2012, au bas d’une pétition dénonçant cette fusion et son absurdité.

 Vous, Président de la République, avalisez ainsi deux plans sociaux, qui ont privé RFI de plus de 300 salarié-e-s, et prenez la responsabilité de la disparition, à terme, de cette radio sans équivalent en France.

 Vous, Président de la République, n’avez ni pris la mesure économique et financière, ni voulu apprécier la dimension politique de ce choix dévastateur contre lequel les salarié-e-s de RFI se battent depuis plus de 4 ans.

 Vous, Président de la République, avez bien vite douché les espoirs qu’avait fait naître la fin du sarkozysme. Nous avons cru que seraient réhabilitées la valeur de notre travail, la considération pour nos personnes et pour nos métiers, la notion de service public. Nous avons aussi, naïvement, cru que serait respectée la parole donnée.

 Vous, Président de la République, n’aurez pas mis longtemps à nous montrer que vous êtes plus soucieux de ménager vos intérêts politiciens et ceux de vos amis  ou obligés, tels le banquier Matthieu Pigasse ou David Kessler, votre ‘conseiller’ media, que d’incarner les principes que vous avez affichés, certes sans trop de risque, quand vous étiez dans l’opposition puis en campagne électorale.

 Vous, Président de la République, allez sans doute et très opportunément affirmer que vous laissez là votre gouvernement gouverner. Votre Premier ministre et votre ministre de la Culture s’étaient pourtant, comme vous, engagés par signatures, à sauver RFI du naufrage programmé par la machine sarkozyste de l’Aef.

 Voilà qui fait de vous, Président de la République, un professionnel de la petite politique très tristement « normal ».

Un collectif de salariés de RFI écoeurés

0
3 Comments
  • Nahmias
    septembre 27, 2012

    Cette lettre n’était qu’un « coup de gueule » d’UN SEUL SALARIE et n’a jamais été écrite pour être envoyée, encore moins publiée. Vous aurez remarqué qu’elle n’est pas signée. Quelqu’un de l’entreprise, par pure malveillance et uniquement dans l’intention de nuire, l’a fait parvenir à Berretta, chroniqueur au Point qui l’a publiée sans même vérifier la réalité de cette missive. comme doit le faire tout journaliste qui se respecte. Je trouve désolant que l’Express fasse la même chose et que vous ne verifiez pas vos sources.

  • caurentin
    septembre 27, 2012

    J’ai l’intention d’écrire une déclaration de guerre à la Chine prochainement. Je ne doute pas que l’Express la publiera…
    Mais à qui avez vous donc vendu votre éthique professionnelle M.Revel ?

  • superslim
    septembre 28, 2012

    ed|needs to have|has|goals|ought to have|calls for|circumstances|does need|necessitates|should get|would like|requests|is required|ought|needs and wants|situation|will need|purposes|personal needs|needs|conditions|involves|must|own personal needs|own personal requirements|should receive|wants and needs|is going to need|prerequisites|should|could use|prefers|require|requirement|standards|has to have} that will