Que faut-il penser de l’Opinion de Nicolas Beytout?

par 2commentaires No tags 0


« Une bonne nouvelle » claironne Nicolas Beytout en « Une » de son quotidien l’Opinion, dont le premier numéro a fait son apparition en  kiosque ce matin. Le sentiment qui résulte de cette première lecture est plutôt déconcertant. Car avec un minimum de pages, (douze au total) et des moyens rédactionnels limités, mais de qualité, ce quotidien réussit la gageure de compresser l’information, débarrassée d’une multitude de faits ratissés par les sites d’infos ou par la concurrence, pour ne garder qu’une poignée de sujets abordés au poinçon. Et avec le sérieux et la précision qui caractérisent ce journaliste passé par les Echos et le Figaro. Démonstration est ainsi faite que l’on peut exister en lisière des paquebots de l’info aux rédactions roboratives, quitte à faire des choix drastiques et des impasses assumées. Sérieux, rigoureux, élitiste et informé, – à l’image d’une remarquable interview de l’ancien sherpa de Nicolas Sarkozy, Jean Daniel Lévitte-, ce nouvel organe de presse a de l’allure. Malgré l’austérité d’une maquette, qui rappelle étrangement celle du journal Combat, à la fin des années 70.  Reste la question de fond : à qui s’adresse ce titre ? Pas aux boulimiques, qui trouveront l’objet de grande qualité, mais insatisfaisant par sa maigreur. Mais sans doute à une clientèle déjà surinformée et à laquelle ce nouveau quotidien apportera ce complément –  ce supplément d’âme-  qui peut vous rendre à la fois mieux informé et parfois plus intelligent. Reste à Nicolas Beytout de tenir la promesse: sortir chaque jour un journal qui parvienne à convaincre des consommateurs de plus en plus volatiles, nomades et écrasés de nouvelles, à faire un détour par le kiosque. Souhaitons lui de réussir.

0
2 Comments
  • Alex Golim
    mai 20, 2013

    Vous êtes extrêmement aimable avec ce journal.
    Passons sur le lancement d’une entreprise, de presse en particulier, dans le contexte actuel, difficile, et celui dont il faudrait parler, la disqualification assez générale des médias…
    J’ai lu tous les numéros et l’affaire est claire :
    – le papier est un levier sur le digital,
    – cette affaire n’est pensée qu’en ces termes, et en termes formels informatiques
    – pour le reste, l’information, sa qualité et /ou son caractère incisif, rien de rien
    – c’est un média institutionnel… qui vient de naître. Et quelque chose qui n’a pas d’âme, comme son porte parole.
    Dans trois mois, lourds soutiens financiers ou non (qui sont voyant, cf. pub), l’échec sera patent. D’ici six mois, les bailleurs seront en conflit avec le Nicolas… on ira parler liberté de la presse, droits de l’homme etc, à l’arrivée, l’affaire est pliée.
    Elle aura duré 9 mois. 2 très pénibles pour finir.
    Quant à Beytout, il sera bon pour prendre une retraite sur l’Ile de la Jatte, et le pognon de sa grand mère.

  • MR
    mai 28, 2013

    L’Opinion, les coulisses d’un lancement :
    http://debutdecembre.prosite.com/122874/1387555/gallery/lopinion