Jean-Claude Gaudin accuse les médias de salir l’image de Marseille

par 10commentaires No tags 0

Le sénateur maire de Marseille Jean-Claude Gaudin s’en est violemment pris hier et publiquement aux médias, accusés de salir l’image de sa ville, selon Europe 1, qui relayait, ce matin sur son antenne, des témoignages d’élus en colère.

L’édile de Marseille estime, en effet, qu’aux yeux des radios et des télés, à l’affût du moindre crime ou incident la cité phocéenne n’est plus qu’une capitale du crime, de la délinquance et du grand banditisme. Et que l’accumulation de sujets criminogènes sur les antennes et à travers la presse, a non seulement un effet dévastateur sur l’image de la Ville, mais qu’elle ne peut qu’encourager la délinquance et la violence.

Au même titre que le spectacle des feux de forêt l’été inspireraient les pyromanes, la multiplication des reportages sur les règlements de comptes en chaîne à Marseille aurait ainsi pour  effet pervers de susciter des vocations et d’envenimer le climat dans les fameux quartiers nord de la ville.

Ce n’est pas la première fois que la responsabilité des médias est mise en cause face à la dégradation d’une ville sous les feux des projecteurs. Mais avant de cibler les chaînes accusées de filmer en boucle les scènes de crimes d’une cité ravagée par les règlements de compte, Jean-Claude Gaudin devrait commencer par accepter cette tragique arithmétique, qui voit Marseille, semaines après semaines, compter ses morts. Implacable, cette réalité macabre est incontournable sur plan strictement comptable. Et Manuel Vals n’est pas descendu  à Marseille pour y faire du tourisme, mais bien pour tirer la sonnette d’alarme.

Or, considérer que les médias seraient en partie à l’origine de cette lente dérive meurtrière n’est pas admissible. Avec des élections municipales à l’horizon, le maire de cette ville semble vouloir faire diversion, en s’évitant la seule question qui vaille aujourd’hui: comment éradiquer une violence dans une cité gangrénée par la crise et le chômage, où une jeunesse en perte de repères plonge parfois dans une déliquescence devenue exponentielle?

Comment répondre à l’inquiétude d’une population consciente de la dégradation de certains des quartiers d’une ville incapable de juguler la violence?  Car si les médias ont un devoir de responsabilité, -informer sans tomber dans le piège du sensationnalisme -, le maire de cette ville a pour mission et feuille de route de restaurer son image. Cela passe sans doute par des projets de réaménagements, par des programmes sociaux et éducatifs, par des contrats avec l’Etat et que sais-je encore…

Mais ce ne sont pas les JT de 20 heures de TF1 ou de France 2 qui influeront sur la courbe du chômage ou sur le taux de criminalité de cette belle ville de Marseille.

0
10 Comments
  • 2600ans
    juin 10, 2013

    Mais comment salir une ville qui n’est que très mal entretenue par ses propres services municipaux et dont un nombre très significatif d’habitants a adopté des comportements incompatibles avec la préservation d’un environnement urbain bien tenu ?

  • josmar
    juin 10, 2013

    Il faudrait faire surtout le grand ménage chez les élus marseillais. Avec une Fédération PS des Bouches du Rhône et son premier secrétaire mis en examen pour détournement de fonds public, la mise sous tutelle de cette Fédération par le Parti Socialiste, le président du Conseil Général socialiste J.N Guérini mis en examen pour une foultitude de motifs dont le moindre est le détournement de fonds en bande organisée, une députée Sylvie Andrieux qui écope de 1 an de prison ferme pour détournements de fonds(elle a fait appel et continue donc de sévir, tout comme son chef), et j’en oublie certainement, comment voulez vous avec tout cela dire que ce sont les médias qui en veulent à Marseille ? Gaudin est gentil (trop) mais pas lucide. Ou alors trop. Depuis longtemps, cette ville est phagocytée par des élus corrompus qui ont toujours fait alliance avec le crime organisé pour ménager leur carrière. Carbone et Spirito, Defferre, les Guérini, Zampa sont si intimement liés qu’il est difficile de dire qui tire ou a tiré les ficelles.

  • MCP75012
    juin 10, 2013

    Bien sûr; il n’y a pas de criminalité à Marseille, juste une épidémie de saturnisme foudroyant…

  • Titofe
    juin 10, 2013

    Gandin c est un ange lui il est clair c est les autres les méchants

  • ChristopheNYC
    juin 10, 2013

    Message personnel: Monsieur le garde-champêtre, heu pardon, Monsieur le sénateur-maire de Marseille, la sécurité de vos concitoyens demeure la première de vos responsabilités, hélas, votre belle cité phocéenne est sans doute le plus sûr repère pour tout ce que la Méditerranée compte de voyous et bandits de grand chemin, alors épargnez-nous vos galéjades et, peuchère, rendez Marseille aux marseillais :-))

  • oisivette
    juin 10, 2013

    Les médias sont responsables d’opérer un lavage de cerveau sur l’ensemble de la population afin que quiconque se permettrait de penser, pense comme eux.

  • oisivette
    juin 10, 2013

    Plutôt niais cet article !

  • BraveSirRobin92
    juin 10, 2013

    Assez d’accord avec Jean-Claude Gaudin. Entre janvier et décembre 2012, il a y eu 35 483 atteintes volontaires à l’intégrité physique dans la capitale contre 30 387 sur la même période dans les Bouches du Rhône, selon les chiffres de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales. Soit la presse zappe d’un fait divers à l’autre, soit elle se délecte en nous resservant jusqu’à la nausée, le même menu. Cet acharnement sur Marseille nous informe peut-être plus sur les méthodes et les intentions douteuses des journalistes que sur la vie au quotidien dans une grande ville de France.

  • An Oriant
    juin 10, 2013

    Marseille n’a hélas besoin de personne pour être sale et salie, elle le fait très bien par elle même et sans l’aide des médias ! . . .

  • sanvignes
    juin 11, 2013

    Marseille, une ville gangrenée, tous les hommes politiques ont une grande responsabilité et le maire actuel autant que ses prédécesseurs . La presse dit la vérité. La mafia existe à Marseille.