Stéphane Richard: ce patron si cher aux yeux des médias

par 2commentaires No tags 0

Qui est Stéphane Richard ? Heu….Quel a été son rôle exact dans l’affaire Tapie ? Quoi… ? Jusqu’où va sa responsabilité dans ce simulacre d’arbitrage autour du dossier du Crédit Lyonnais? Répétez donc la question…? Mais quel est donc cet homme qui vient d’être mis en examen pour escroquerie en bande organisée, mais à qui la presse et la classe politique, pour une fois unanimes, accordent une présomption d’innocence que bien d’autres PDG ou politiques, mis en cause dans d’autres affaires bien moins croustillantes, auraient bien voulu se voir créditer, dans un même et bel élan de générosité…Ce dont nous devons nous féliciter.

 

Pierre Suard, Hervé Gaymard, Eric Woerth, Didier Lombard, Jérôme Cahuzac…Elle est longue la liste des patrons et politiques exécutés d’une pichenette au premier soupçon venu, sans que l’argument de cette fameuse présomption d’innocence n’amortisse le choc et ne les mettent à l’abri, le temps que la justice passe et fasse son travail.

 

François Hollande, qui avait là l’occasion de flinguer l’un des premiers sherpas de Nicolas Sarkozy, a fait savoir que l’Etat ne demanderait pas la tête du patron d’Orange, après que l’ensemble des syndicats de ce groupe aient fait bloc à ses côtés. Ainsi protégé par l’onction présidentielle, celui dont Arnaud Montebourg, (toujours dans le bon tempo), exigeait la tête sur les antennes, s’est soudainement trouvé un paratonnerre et un ballon d’oxygène pour les mois à venir.

 

Si bien que dans un bel ensemble, les médias, – d’ordinaire si prompt à instruire au plus vite, et en général à charge, ce type d’affaires-, se sont retirés sur la pointe des pieds, préférant traîner dans la fange Claude Guéant, un homme devenu la cible désignée de toutes les turpitudes du précédent quinquennat.

Et exit Richard, que l’affaire Tapie a ainsi sauvé contre toute attente de la noyade.

 

Alors question: En aurait-il été de même si Stéphane Richard dirigeait aujourd’hui, non pas l’une des toutes premières entreprises françaises, avec Total et l’Oréal, et sans doute l’un des tous premiers annonceurs du paysage médiatique, mais une PME plus discrète à la puissance de feu bien moins puissante?

Aurait-on été tout aussi bienveillant avec cet ancien proche collaborateur de Nicolas Sarkozy, si Orange n’était pas aujourd’hui l’un des plus importants acheteurs d’espaces publicitaires du marché. Et très directement, le principal bailleur de fonds de bien de journaux et de chaînes de télévision ou de radios de ce pays? Sachant de plus,- et c’est toute l’ironie de cette affaire- que fort de la protection du chef de l’Etat, Stéphane Richard, dont les jours étaient comptés à la tête de son entreprise, risque de rester encore de longs mois à son poste, il ne s’agirait pas d’enfoncer prématurément celui qui jongle, chaque jour, avec plusieurs millions d’euros d’achats d’espaces publicitaires. Au point d’avoir entre ses mains et grâce à un trésor de guerre faramineux, tout simplement l’avenir de quelques médias nécessiteux ou  flageolants.  Prudence, prudence…

0
2 Comments
  • ChristopheNYC
    juin 17, 2013

    Je veux croire, cher Renaud, que c’est de la fausse naïveté. Evidemment qu’on ne tue pas la poule aux oeufs d’or…

  • yenamarre
    juin 19, 2013

    La hiérarchie des responsabilités est tout simplement respectés au vu de leurs places dans l’organigramme et je tiens a rappeler que S.Richard avait travaillé auparavant pour D.S.K (bon d’accord c’est une ligne qui s’oublie facilement dans un CV).