Valérie Trierweiler refuse, pour son association, un don de…Closer!

par 2commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le séjour de Valérie Trierweiler à Maurice aura coûté cher à Closer.  Dans son numéro 452, du 7 février 2014, (ci-dessus), l’hebdo publiait sur 4 pages un article illustré de photos de l’ex première dame partie se reposer à Maurice, après son voyage en Inde, avec deux amies la journaliste Valérie Scharre de Senneville, épouse de Michel Sapin et Saïda Jawad, épouse du comédien Gérard Jugnot.
Poursuivi en justice par les trois femmes, Closer a été condamné en référé, le 13 mars  par le Tribunal de Grande Instance de Nanterre à payer :
8000 euros (à titre de « réparation de son préjudice moral résultant des atteintes portées à sa vie privée et à son droit à l’image » ) à Valérie de Senneville, ainsi que 2000 euros en application de l’article 700 du code de procédure civile.
7000 euros à Saida Jawad, (à titre de « réparation de son préjudice moral résultant des atteintes portées à sa vie privée et à son droit à l’image », également), ainsi que 2000 euros au titre de même article 700.
Ainsi que 2000 euros à Valérie Trierweiler, pour les mêmes motifs. Ainsi que 2000 euros, au titre du même article.
En outre, Closer a été condamné à publier en couverture, une publication judiciaire.
Souhaitant éviter cette publication, les dirigeants du magazine ont proposé à l’ex Première dame de verser une somme bien plus conséquente que celle recouvrant la condamnation initiale, (14000 euros au total). Et ce sous la forme d’un don qui serait alors effectué en faveur de l’association que cette dernière a créé. Et pour laquelle elle est allée récemment soutenir en Inde, une opération caritative d’Action Contre La faim.

Mais après avoir consulté sa cliente, l’avocat de cette dernière a fait savoir qu’elle refusait toute transaction. Même au bénéfice des causes qu’elle défend.

Ce choix, pour le moins surprenant, en dit long sur l’hostilité que Valérie Trierweiler  voue à la presse people en général et à ce magazine en particulier. L’on préfèrera en effet  retenir cet argument pour expliquer son attitude. Plutôt que celui, plus trivial, qui verrait l’ex compagne de François Hollande pratiquer ce que bon nombre de personnalités du show-biz font avec l’argent de poche judiciaire: c’est-à-dire transformer ces procédures en cash machine !

0
2 Comments
  • meges
    mars 20, 2014

    madame Trierweller a un ego tellement important qu’elle ne pense plus aux enfants
    qui meurent de faim;et pourtant cela ne changeait rien au principe je crois en effet que c’est un bon moyen de gagner de l’argent!
    Elle oublie ependant qu’elle va tomber dans les oubliettes et ne sera plus rien!
    Plus de pouvoir,juste une journaliste peu mediatisee,
    arretons de lui faire gagner de l’argent,elle n’interresse plus personne.

  • katiushia
    mars 21, 2014

    Elle a très bien fait ! et pourtant je ne porte particulièrement pas VT dans mon coeur ! mais là elle a raison ça n’est pas à Closer « d’utiliser » Trierweiler pour être éclaboussé de fausse humanité ! ce journal est de la M…. on n’éclabousse pas « d’argent pourri » des causes aussi dignes ! Madame VT remonte ainsi dans mon estime ! par contre rien n’empêche Closer de faire un don de cette somme … je me marre !