Forte baisse du marché du DVD, en 2013, en France

par 7commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

En 2013, le chiffre d’affaires des ventes de DVD et de Blu-ray passe pour la première fois sous la barre du milliard d’euros (929,10 M€), selon une étude du CNC. . Après trois années relativement stables entre 2008 et 2010, la dépense des ménages en vidéo physique diminue depuis trois ans, de 11,7 % entre 2010 et 2011, de 8,7 % entre 2011 et 2012 et de 16,7 % entre 2012 et 2013. En dix ans, le chiffre d’affaires du marché de la vidéo physique a diminué de moitié (-52,6 %). Il représente environ 79 % du marché global de la vidéo en 2013.  Cette baisse peut être expliquée par de multiples facteurs : le piratage, l’absence de titres forts parmi les nouveautés en 2013, la disparition de certains espaces de ventes, les changements d’usages de consommation de la vidéo (en télévision de rattrapage ou en vidéo à la demande) et l’équipement encore limité des foyers français en lecteurs Blu-ray.
Sur l’ensemble constitué par le DVD et les supports haute définition, le DVD reste le format préféré et capte 77,9 % du marché en 2013. Ce taux était de 79,9 % en 2012. Les recettes du format DVD reculent de 18,8 % en 2013, à 724,16 M€. En volume, 89,9 millions de DVD sont vendus en 2013, soit 15,0 % de moins qu’en 2012.

Même si l’équipement des foyers français en lecteur haute définition continue de croître, pour la première fois depuis son lancement, le chiffre d’affaires du Blu-ray décroît (-8,5 % entre 2012 et 2013) et atteint 204,9 M€ pour 13,2 millions de disques vendus (-7,2 %). Le Blu-ray représente 22,1 % du marché de la vidéo physique en 2013 (+2,0 points en un an).

Les films représentent plus de 60 % du chiffre d’affaires de la vidéo physique en 2013. Pour la septième année consécutive, le hors film affiche un recul de ses recettes vidéo en 2013 (-13,3 % par rapport à 2012), malgré le succès de certains titres
à l’instar des Enfoirés 2013 – la boîte à musiques des Enfoirés et la hausse des ventes de Blu-ray (+4,0 % entre 2012 et 2013). Le hors film représente 35,5 % du marché (330,2 M€), contre 34,1 % en 2012.
Les recettes du hors film ont baissé de 10,5 % par an en moyenne entre 2008 et 2013 (contre 5,8 % pour les films). En 2013, le hors film représente 13,3 % du chiffre d’affaires du format Blu-ray (41,8 % de celui du DVD).
L’offre reste moins importante que pour le film et l’intérêt de la haute définition peut être ressenti comme moins nécessaire par l’utilisateur. En volume, les ventes de hors film diminuent de 8,4 % à moins de 49 millions d’unités vendues en 2013 mais sont supérieures à celles du film pour la première fois depuis 2008.

0
7 Comments
  • trapanel
    avril 4, 2014

    Bonjour,
    peut-être que la baisse de DVD est dû aussi au format lui-même…pourquoi avoir une galette alors qu’avec une clé USD où un HDD , vous avez toute la puissance nécessaire sans utiliser votre lecteur… j’ai cet ordi depuis 5 ans , je crois n’avoir utilisé mon lecteur que pour lire quelques logiciels. Quand au lecteur de salon , je l’ai maintenant débranché et remisé depuis que j’ai acheté mon écran de télévision LCD qui accepte toutes les sources extérieures.

  • Photo73
    avril 4, 2014

    J’ai acheté il y a peu un lecteur de SuperAudio CD, et ai hésité à acheter un modèle qui lise aussi les Blu(e)-Ray, mais ai renoncé, n’étant finalement pas fana de films. Je ne vais pas remplacer mes Chapeau Melon et Botte de Cuirs en Blue-Ray si ça existe, halte à la course aux dépenses. Il faut peut-être aussi le matériel adapté (en qualité) à brancher dessus ?

    Ça va faire comme la musique, bientôt tout se passera en streaming (VOD), quand la fibre arrivera, ça deviendra « facile » d’accès. A voir si les revenus seront au rendez-vous (faire payer le prix du DVD physique à chaque visionnage ?). Quand on achète un CD physique, et non son équivalent numérique de qualité acceptable, il y a aussi la jaquette, le livret, c’est un ensemble, pas juste un enregistrement sonore.

  • wykaaa
    avril 4, 2014

    Pourquoi acheté encore sur support physique ? C’est une démarche obsolète à l’heure de l’USB, du wifi et de la VOD. Le blu-ray n’a aucun avenir. En a-t-il eu seulement un jour ?

    • Codyard
      avril 4, 2014

      @wykaaa : Aucun avenir en France, le pays où le piratage est à son comble, c’est sûr… Ce n’est absolument pas du tout la même situation en Allemagne, en Angleterre, aux Etats-Unis, etc, où le Blu-ray cartonne…

  • Codyard
    avril 4, 2014

    Moi, rien à faire, je ne passerai pas par la VOD et compagnie. Je suis cinéphile et j’adore la qualité d’un Blu-ray, imbattable en terme de compression par rapport au dématérialisé et donc bien meilleur en définition. La VOD c’est bon pour les spectateurs lambdas qui se contentaient de louer leur film au vidéoclub du coin, mais pas pour les vrais cinéphiles qui dévorent également les commentaires audio des réalisateurs et autres making of, etc.

  • stephane136
    avril 28, 2014

    J’ai un écran de grande taille et il faut de la haute définition pour afficher une image de qualité !
    An vu des commentaires ci-dessus , certains savent se contenter de sources médiocres : tant mieux pour eux , la vraie richesse , c’est quand on sait se contenter de peu ….

  • Tietie007
    juin 28, 2014

    Et je ne vois pas comment la tendance pourrait s’inverser. Les DVD sont trop chers, (une nouveauté à 20 euros) alors qu’on peut aisément les pirater !