Affaire Bygmalion-France Télévisions: Michel Sapin voit rouge

par 3commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

Dilapidation de fonds publiques et arrosage d’une société de conseil : le ministre  des Finances, Michel sapin, a piqué une belle colère en début de semaine, scandalisé par les révélations en chaine concernant les liens entre France Télévisions et Bygmalion. Car jour après jour, ce qui semblait en avril dernier, lors des premières investigations du juge Renaud Van Ruymbeke, n’être « que » l’affaire de deux contrats isolés passés par le groupe présidé par Rémy Pflimlin à l’ancienne société de Bastien Millot, prend aujourd’hui l’allure d’une véritable cash-machine.
C’est ainsi que l’on apprend, avec la livraison du Canard Enchainé de ce jour, que comme à Gravelotte, c’est une pile  contrats qui est  tombée du ciel, le tout avec une régularité métronomique. Le tout également dans l’opacité la plus totale.
Après les 180 000 euros versés à BM Consulting et dont le PDG de France Télévisions a été contraint de reconnaitre l’existence la semaine dernière en Comité d’entreprise, deux autres filiales de France Télévisions sont désormais montrées du doigt: Multimédia France Productions, qui a versé à Bygmalion, sous la présidence de Patrick de Carolis, la somme de 50 528 euros, en 2009-2010. Et France Télévisions Publicité qui, de son côté, a arrosé ce même Bygmalion à deux reprises : une première fois en 2009-2010, à hauteur de 490 360 euros. Puis une seconde, jusqu’en 2013, à hauteur de 468 832 euros, sous la mandature de Rémy Pflimlin. Des contrats de conseil, -sur la e-réputation du groupe-, passés, là encore, sans le début d’un quelconque appel d’offres.

Michel Sapin, qui connait l’état de délabrement des comptes de la télévision publique, – laquelle crie misère depuis l’arrêt de la pub en soirée-, s’est étranglé à la lecture de ces chiffres. Contrainte de réduire la voilure à tous les étages et soumise à des plans d’économie drastiques, (de l’info aux programmes, où chacun a été sommé de se mettre au régime), la maison France Télés n’en a pas moins continué à signer des chèques molletonnés à cette société aujourd’hui dans le collimateur de la justice. Et ce n’est pas fini. Car d’autres filiales du groupe sont également concernées.

 

0
3 Comments
  • Hermès
    juin 18, 2014

    Selon Marianne, le juge Van Ruymbeke n’a pas remis en cause la réalité de ces prestations (pour ce qui est des deux premiers contrats). Parler de dilapidation de fonds publics est donc exagéré et ne fait que nourrir le poujadisme simpliste d’autant plus que ce sont des sommes qui restent faibles au regard du budget total de France Télévisions.

    Reste la façon dont ces contrats ont été conclus et qui n’est moralement pas acceptable mais pas forcément répréhensible au niveau de la loi. Ce sera à la justice de dire ce qu’il en est. A elle et elle seule.

  • CLAIRSTREAM
    juin 25, 2014

    cette racaille de sarkozy et son complice de cope doivent etre jeter en prison afin qu il ne cesse de nuire à la france aux français
    car non contentS d avoir ruinè LA France les Français ils ont ruiné UMP et ces vermines veulent gouverner lA FRANCE …ON REVE JETEZ LES OU TROU C EST LA ET LA SEUL LEUR PLACE SANS OUBLIER DANS LA MEME FAMILLE LES ATTAL BALKANY ET JACOB DE BONS BRETONS!!!

    • Bachelier
      mai 12, 2015

      A bon vous avez les dossiers en main ???????????????????????? pour annoncer tout çà , moi je ne dis rien car je ne connais rien du dossier , alors attendez que la justice fasse son travail :