Les médias face à la "Zemmour attitude"

par 6commentaires No tags 0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous voilà donc revenus à l’âge de pierre du journalisme. Comme aux plus heures des Croix de feu de François de La Rocque, quand défilaient fièrement dans les rues de Paris, au début des années 30, dans une climat de persécution, ces phalanges d’extrême droite portant en fières bandoulières l’antisémitisme. Hier, les juifs, aujourd’hui l’islam : l’inavouable et l’insoutenable prolifèrent ainsi comme du chiendent sur nos antennes, sous couvert d’écrits troussés par des boutefeux largement médiatisés. Un des problèmes de notre époque et non des moindres, du journalisme français, est qu’il est peuplé de militants qui ont trouvé dans les médias des tréteaux forts accueillants d’où ils peuvent faire commerce d’une propagande souvent nauséeuse. Sans qu’à aucun moment, on ne s’interroge sur sa portée…Concurrence oblige, le flux d’informations a fait du journaliste un trieur de nouvelles, un metteur en scène de dépêches. A la manière de l’adage qui dit « l’argent n’a pas d’odeur », peu importe le contenu, aujourd’hui, c’est le flacon qui compte.
Ainsi d’Eric Zemmour, dont l’islamophobie et la misogynie, entre autres tropismes, font la joie de médias qui se sont emparés du personnage comme d’un produit de marketing parmi d’autres. Dans un monde peuplé de procureurs, où le mal rode, dans une société en perte de repères, où l’étranger est l’ennemi, le musulman un taliban, le juif un conspirateur et le voisin de palier ou de bureau une souffrance, tout se passe comme s’il suffisait que le premier illuminé ayant pignon sur rue dégoupille un pamphlet nauséabond pour que les médias s’en emparent et en fassent aveuglément la promotion.
Islam, diversité, intégrisme, immigration, chômage, exclusion, crise, Europe, Ebola…tout est dans tout, enfourné par les médias dans un même entonnoir où des journalistes perroquettant finissent par ne plus savoir ce qu’ils disent. Le « Tout, tout de suite » dénoncé par Manuel Valls, stigmatisant ce robinet souvent insalubre des chaînes tout-infos déversant à jets continus et en mode répétitif, sans indexation ni contextualisation, des infos en vrac, est devenu terrifiant.

N’y a-t-il pas dans ce pays des gens qualifiés pour parler de sujets compliqués que l’on pourrait interroger ? Encore faudrait-il être au courant qu’ils existent et se donner le temps de les consulter. Au lieu de cela, on déroule le tapis rouge à un Eric Zemmour, lequel est trop heureux de vendre sa camelote sur des plateaux transformés en trépieds ou tréteaux de meetings. Il y peut ainsi soliloquer à sa guise et en toute liberté. Si bien que ce qui aurait dû rester un pamphlet confidentiel, destiné à une frange de militants extrémistes, est devenu, de par sa médiatisation, un phénomène d’édition.
Quel joli terreau que font les médias audiovisuels qui offrent au FN une exposition inversement proportionnel à son poids au sein de la représentation nationale! Diktat: comment un Président de la République, François Hollande, a-t-il pu se faire piéger un jour par l’une de ces chaînes, l’enjoignant à s’adresser directement à la jeune Leonarda?
Viendra le moment où les téléspectateurs et les auditeurs en auront soupé de ces catalogues de cataclysmes stigmatisant et inintelligibles déversés par des intellectuels de superette et de ces JT anxiogènes où la peur suinte. L’abrutissement intégral des masses par le déversement de messages qui coulent en cascades sur nos antennes et sous lesquels elles finissent par succomber mentalement est un cancer pour la démocratie.

Chacun doit être convaincu du désir d’intelligibilité de l’homme. Et ce n’est pas lui rendre service que de se faire la caisse de résonances dans une société en souffrance, qui prend l’eau de toute part, de slogans qui peuvent atteindre et déstabiliser ou convaincre les plus fragiles. Cette culture d’un journalisme spectacle, surfant sur les modes et les « coups » d’un jour, est contraire au rôle démocratique de ce métier. Les journalistes n’ont qu’une servitude, qu’une compétence : rapporter des vérités factuelles. Chercher, sourcer, expliquer,  « historiser », « contextualiser, recouper, vérifier…C’est tout cela qui forge ce métier, et fait un levain démocratique, un facteur de cohésion sociale. Ces vérités doivent être naturellement interprétées, analysées, contredites et débattues, par le biais d’une conversation pluraliste et démocratique.

Mais cela ne peut se faire au détriment de la fonction sociale de ce métier. Et non pas comme on le voit aujourd’hui, c’est à-dire, de la pire des manières qui soit: Quand les médias audiovisuels, dans un grand mouvement mimétique, se font inconsciemment le relais immobile d’une idéologie poisseuse commentée avec gourmandise.

0
6 Comments
  • Jockeere
    octobre 13, 2014

    Bonjour,

    Merci pour votre billet qui remet les pendules à l’heure? Ouf ! Il était temps. Je suis tout à fait d’accord avec vous.

    En effet, les médias sont responsables de bien des choses qui leur arrivent. Ce Monsieur, dont il est question, a la science infuse et a, depuis quelques années, réponse à tout. Du reste, il tient ici ou là des propos pour le moins infondés mais bien enveloppés dans je ne sais quoi et qui passent. C’est le show malsain à n’en plus finir.

    C’est seulement depuis trois jours, me semble-t-il, que l’on commence à dénoncer, avec des preuves à l’appui (Le Monde d’aujourd’hui), les contré-vérités qu’il a alignées dans son dernier bouquin.

    Bien cordialement,

  • Echo
    octobre 14, 2014

    Le peuple a la presse qu’il souhaite !Votre commentaire « Zemmour » est tellement vrai qu’il ne recueille qu’un seul commentaire, alors que la papier sur N.Morano 12…les journalistes ont tendance à ce prendre pour une caste qui se permet tout! et notamment l’info tendancieuse, expliquez moi pourquoi le prix Nobel d’économie qui est français a t’il droit à quelques lignes? ce matin France Inter (avant 7h) n’en parlait même pas!! la presse aime la France qui perd et en fait ses gros titres, quand la France gagne silence !! quel drôle de pays, je comprends mieux pourquoi les « jeunes » quittent notre pays…

  • alexia
    octobre 18, 2014

    A force de baigner dans une idéologie qu’on veut croire aveugle par bienveillance, vous en êtes à tenir des propos idiots au mépris de la réalité historique la plus élémentaire. Certes Les Croix de Feu de François de la Roque relevèrent d’un mouvement conservateur catholique, ce qui ne vous autorise pas à ignorer à moins précisément d’agiter des images idéologiques construites de toutes pièces que :

    – François de la roque fut le seul à voir et dénoncer la perversion réciproque du nazisme et du communisme, celle-ci n’apparaissant clairement qu’un demi siècle plus tard, pour des motifs de défense idéologique éhontée…

    – Le 6 février 1934, dans le contexte d’un délitement complet des institutions républicaines – qui en parle ? – les Croix de Feu eurent l’occasion de participer au renversement du régime et d’y apporter une contribution décisive : c’est précisément ce à quoi ils renoncèrent en toute connaissance de cause, au seul motif de leur inspiration.

    – La république des années 30 est celle qui est traversée depuis 15 ans par des scandales et des corruptions insensées, qui expliquent largement la réaction saine d’une frange de la population. Si saine, d’ailleurs, que c’est cette frange qu’on retrouvera à Londres après 1940, alors que celle qui était du « Front Populaire » qui ira désarmer la France d’une manière étrange (je vous renvois à « L’Etrange défaite » de Bloch, pour l’Histoire) et puis se vautrer dans la Collaboration puisque, si vous l’ignorez, la plupart de ceux qui se livrèrent à cette vilénie sortirent des rangs de la SFIO (l’ancêtre du P.S) et du mouvement syndical.

    Bref, arrêtez, je vous prie, de raconter n’importe quoi.

    Et si quoi que je dise ici puisse être contrarié, et bien allez-y : je vous souhaite bon courage.

  • dartagnan690
    octobre 21, 2014

    Prêter au mouvement des croix de feu un antisémitisme aussi forcené que celui que vous soulignez, c’est montrer votre grande ignorance de ce mouvement, et votre capacité à « globaliser » avec outrance des idées simplistes. De la Roque était un ancien combattant, qui a aussi combattu le nazisme et l’occupation allemande. Ce serait bien de ne pas l’oublier.
    Quant à Zemmour, j’approuve votre réprobation sur sa sortie à propos de Vichy, sortie pour le moins nauséabonde.
    Mais il n’est pas sûr qu’il ait tord sur tous les sujets. Son mérite est d’abord de ne pas bêler avec le troupeau sur des concepts convenus et faux.

  • bleumzrine
    octobre 22, 2014

    Mon pseudo n’est qu’un masque…….
    Zemmour a du talent, certes…..mais trop de talent, peut-être !!!!!
    Son livre est un plaidoyer Xénophobe, lucide mais dangereux,Son idéologie  » extrême-droitière », étant donné son appartenance à la religion juive, qu’il revendique d’ailleurs avec force, laisse un goût amer et ne peut que choquer. Voir révulser les survivants et les enfants des victimes de la Shoah!!!!
    En revanche, sa vision du  » déclin français » n’est pas à écarter d’un simple coup de main, parcequ’ielle dérange, mais qu’elle fait écho â un sentiment profond du peuple Français…..
    Courageux ET Téméraire,Zemmour a au moins la franchise de dire tout haut, et de  » dénoncer » la Doksa Gaucho-Bobo qui est , sans doute, plus dangereuse , aujourd’hui, face à lcette Guerre Djihadiste qui s’est donné comme seul but, de détruire notre Civilisation judéo-chrétienne……..

  • chicon
    octobre 24, 2014

    le poete a dit la verite, il doit etre execute
    Brassens