Xavier Niel punit Vanity Fair et les publications Condé Nast

par 1 No tags 0

Xavier-Niel-free

 

 

 

 

 

 

 

«Rani Assaf, l’associé fantôme de Xavier Niel » : c’est sous ce titre que le magazine Vanity Fair, propriété du groupe Condé Nast, publiait en novembre dernier un long portrait-enquête sur l’un des hommes les plus discret de l’entourage de l’homme d’affaires et actionnaire de référence du Monde et de l’Obs. Malgré moult tentatives, le journaliste à l’origine de cet article n’était pas parvenu à rencontrer l’homme mystère, lequel lui avait fait faux bond à plusieurs reprises avant de disparaitre. Même attitude évanescente de Xavier Niel lui-même qui n’avait pas souhaité s’étendre sur cette fantomatique personnalité dépeinte pourtant comme clé par l’auteur de cet article.

Pour preuve ? A peine publié, le reportage en question, – qui n’a rien d’offensant pour l’un ou l’autre des deux protagonistes, comme on peut en juger à sa lecture-, déclencha les foudres de Xavier Niel: l’ensemble des titres du groupe Condé Nast se sont vus résilier du jour au lendemain les collaborations et accords qui les liaient à l’opérateur Free. A la colère des dirigeants parisien de ce groupe de presse américain  qui ne comprennent pas cette sanction. En tout état de cause, une curieuse conception de la liberté de la presse et une mesure de rétorsion qui rappellent d’autres pratiques de ce type observées ici ou là de la part de quelques industriels de renom.
Devançant l’éventuelle réaction du fondateur et dirigeant de Free, Xavier Niel, qui pourrait nous accuser de lui porter un mauvais coup à l’heure où le groupe Express-Roularta est entré en négociation exclusive en vue de son rachat par l’un de ses principaux concurrents, le propriétaire de SFR et de Numéricâble, Patrick Drahi, nous rétorquerons que les journalistes de l’Express, – et le tenancier de ce blog-, écrivent en toute liberté et indépendance.

Cette anecdote méritait simplement d’être rapportée.

0
1 Comment
  • franck
    janvier 27, 2015

    SI aussi vous (journalistes) faisiez votre travail d’investigation plutôt que de pondre des articles à la va vite…