Commission d'enquête sur le CSA: baroud d'honneur de l'UMP

par 0 No tags 0

4227723

 

 

 

 

 

 

 

 

Suite à la polémique non éteinte sur France Télévisions, le président du groupe UMP de l’Assemblée nationale, Christian Jacob, a demandé qu’une commission d’enquête parlementaire se penche sur la procédure de nomination de Delphine Ernotte à la présidence des chaines publiques, marquée selon lui par « l’opacité ». Entendu le 26 mai prochain par la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale, Olivier Schrameck sera naturellement interrogé sur les conditions dans lesquelles le CSA qu’il préside a arrêté son choix voilà maintenant un peu plus de trois semaines. Et c’est au terme de cette audition que l’on saura si l’enquête en question est diligentée ou non. Ce qui semble en fait très peu probable compte tenu du fait que, présidée par le socialiste Patrick Bloche, cette commission aura des scrupules à porter le fer contre l’ancien directeur de cabinet de Lionel Jospin à Matignon et à déstabiliser un CSA retranché derrière son quant-à-soi. Même si au PS des voix s’élèvent en sourdine pour critiquer l’institution. Claude Bartolone l’a d’ailleurs déjà fait savoir : le président du Palais Bourbon s’opposera à la mise en cause d’une institution où siègent deux membres éminents nommés par ses soins, Sylvie-Pierre Brossolette et Nathalie Sonnac. Au final un baroud d’honneur de l’opposition qui risque de faire pschitt !
Demain mercredi, toujours à l’Assemblée, l’UMP posera au une question au gouvernement. L’occasion pour Fleur Pellerin d’évacuer sans doute le sujet, au nom de l’indépendance d’un collège dont un membre du gouvernement ne peut mettre en doute l’impartialité. Circulez, il n’y a rien à voir. Ce nouveau chapitre n’est pas fait en tous les cas pour apaiser le climat. Et éclaircir ce qui reste enfoui sous l’épaisse moquette d’un collège devenu une maison de verre. Car si la presse feuilletonne à l’envie sur le sujet depuis des jours, c’est que les membres du dit collège alimentent la chronique, entre tristesse, incompréhension et critiques mêlées à l’égard de la presse: des membres circonspects à tout le moins, et pour certains déstabilisés, écœurés, épuisés et déchirés.

0
0 Comments