Amendement TNT: les tours de passe-passe d'Emmanuel Macron

par 1 No tags 0

 

Macron

 

 

 

 

 

 

 

Valse-hésitation et cafouillages jusqu’au plus haut sommet de l’Etat: le fameux amendement qui devait introduire une taxe de 20% pour toute opération de vente d’une chaine de la TNT a mystérieusement réapparu dans la loi Macron, après en avoir été escamoté la semaine dernière, à l’initiative d’un même ministre de l’Economie qui semble attacher beaucoup d’intérêt à cette question.
Déposé par la sénatrice UDI, Catherine Morin-Desailly, cet articulet est depuis des semaines au cœur d’une belle polémique: à savoir, la vente (contestée) de Numéro 23, cette chaine de la TNT valorisée par son créateur et dirigeant Pascal Houzelot, à quelques 90 millions d’euros. Or le projet de cession de cette fréquence, (attribuée gratuitement à ses promoteurs), à Next Radio, le groupe d’Alain Weill, ne cesse d’envenimer un débat que semble vouloir trancher un exécutif de plus en plus embarrassé. Car ce qui n’était il y a encore quelques mois qu’un sujet annexe vire aujourd’hui à l’affaire. Témoin la mobilisation du CSA où Olivier Schrameck a pris le dossier à bras-le-corps, diligentant toute une série de travaux destinés à faire le clair sur cette chaine, tant au niveau de son capital que de ses engagements éditoriaux. C’est d’ici à la fin juillet que le Conseil supérieur de l’audiovisuel décidera ou non d’accorder son feu vert à cette vente. Laquelle, si elle était validée par l’instance de régulation, serait assujettie à une taxe bonifiée. Et si celle-ci, par un ultime tour de passe-passe, ne disparait pas à nouveau de la copie d’Emmanuel Macron. Entous les cas, il en est un qui doit soupirer d’aise du haut de son magot : le producteur Claude Berda qui céda en juin 2009 100% de NT1 et 40% de TMC pour la modique somme de 100 millions d’euros.

0
1 Comment