Canal+ à l'heure du grand tournant: ce que prépare Vincent Bolloré

par 3commentaires No tags 0

7740326521_vincent-bollore-en-octobre-2011

 

 

 

 

 

 

 

 

Le feu couvait depuis des mois et chacun savait dans l’entourage de Vincent Bolloré et à Canal+ que la foudre allait tomber. Nul n’ignorait en effet que l’industriel et premier actionnaire de Vivendi portait des jugements extrêmement sévères sur l’équipe dirigeante d’une chaine vouée aux gémonies. Premier ciblé, le patron de Canal+ France, Rodolphe Belmer : accusé d’avoir entrainer la chaine cryptée, – qui a perdu ces toutes dernières années 400 000 abonnés-, sur une pente déclinante et entretenu quelques rentes de situation jugées inacceptables, le nouvel homme fort de l’audiovisuel français avait programmé de longue date l’éviction de celui avec lequel il entretenait des relations polaires. Et dont les indemnités de départ, – on évoque la somme de quelques 5 millions d’euros -, vont être âprement négociées. Quant à Bertrand Méheut, fort du travail de redressement effectué à la tête du groupe Canal +, depuis l’implosion de Jean-Marie Messier et de ses bonnes relations avec l’industriel breton, il sera bien traité, mais il devra laisser les rênes très prochainement à l’un des hommes de confiance de Vincent Bolloré, le patron d’Havas Média, Dominique Delport.
Car avec le départ du tandem dirigeant de « Canal » s’ouvre une nouvelle ère : c’est toute l’équipe dirigeante, peu ou prou, qui va laisser place dans les mois qui viennent. Dès les premiers jours de sa montée en puissance dans le capital de Vivendi Vincent Bolloré s’était plongé dans les dossiers, entouré d’une petite équipe de fidèles. Trois hommes sont en coulisses au premier plan : Arnaud de Puyfontaine, membre du Directoire, Directeur général des activités médias et des contenus de Vivendi, qui devrait être prochainement nommé vice-président délégué de Vivendi ; Dominique Delport de chez Havas, une figure montante à l’origine avec Yannick Bolloré, fils de l’entrepreneur, du redressement du groupe publicitaire ; et Tarak Ben Ammar, enfin, le célèbre producteur et mogul des médias tunisien, membre du Conseil de surveillance de Vivendi et familier de Vincent Bolloré dont il est la tête chercheuse en Europe et dans le monde.

 

Un mangement resserré, des circuits de décisions courts et une refonte des habitudes maison. C’est la fin des capitanats et des féodalités que dessine pour Canal+ un homme qui se dit en privé scandalisé par l’ampleur des sommes qui ont été parfois dépensées pour des résultats d’audience  souvent décevants. Et qui se dit outré par certaines rentes de situation. C’est ainsi qu’il va personnellement mettre les mains dans le cambouis, en s’attaquant notamment à la réforme de la tranche 19h-21h de Canal+. Celles et ceux qui l’ont vu opérer à la tête de Direct Matin savent que cet homme passionné, doté d’un caractère bien trempé, aime aller dans les détails.

 
Le Grand Journal d’abord. Condamnée dans sa formule actuelle, l’émission phare de la chaine va disparaitre pour laisser place à un autre programme. A raison de 120 000 euros par jour, – des coûts de production jugés « indécents » chez Vivendi-, ce rendez-vous est aujourd’hui pointé du doigt, regardé comme le symbole d’une époque révolue. Se joue en coulisses l’avenir de son producteur, Renaud Le Van Kim, dont la toute-puissance est aujourd’hui sérieusement remise en cause. Maïtena Biraben et Laurent Bon, (le très discret et «successful » producteur du Supplément et du Petit Journal), vont-ils être les grands gagnants de cette partie de ball-trap ? Il y a de fortes chances.

Maitena-Biraben-350

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quant aux Guignols de l’info, sauvés de la noyade par Vincent Bolloré ils vont devoir se réformer et réduire sérieusement la voilure : cette PME de quelques 300 personnes, ( dont une grande partie de vacataires), au budget de 25 millions d’euros par an, naviguait totalement et indécemment hors-sol. Pris de vertige, on évoque chez Vivendi des émoluments de quelques 400 000 euros par an pour certains des auteurs vedette de ce programme! C’est tout cela, – cette impression de gabegie qui renvoie Canal+ à l’époque où Pierre Lescure et ses barons vivaient grand train et allaient dans le mur-, auquel Vincent Bolloré veut mettre un terme.

 

L’industriel, qui s’inquiète de l’essoufflement du modèle « Canal», veut une stratégie de rechange. L’irruption, même timide à ce jour, de géants de l’Internet, tel Netflix, sur le marché des programmes, est de nature à démolir à terme un groupe aux pieds d’argile.

 

« Big is beautiful » : les yeux tournés vers l’Italie, l’homme est en passe de finaliser l’acquisition des chaines de l’empire Médiaset de Silvio Berlusconi avec l’objectif de les fusionner avec le groupe Canal+. Ce serait là l’embryon d’un géant français et européen de l’audiovisuel espéré depuis des lustres et réclamé par une partie de la classe politique qui s’inquiète de l’offensive des mastodontes anglo-saxons sur notre industrie de programmes. Vincent Bolloré qui veut aller vite a pris le manche et sa cognée peut être redoutée. Et il ne faut pas sous-estimer dans ce contexte la capacité de mouvements et d’initiatives d’un homme qui a souvent eu dans sa vie la « grinta », un patron que beaucoup imaginait se casser les dents sur Havas, quand il décida de jeter son dévolu sur cette marque publicitaire centenaire. Florissante, la vielle dame, réorganisée et redressée au pas de charge, a réalisé malgré la crise une année 2014 tout simplement historique.

0
3 Comments
  • baya
    juillet 6, 2015

    Haro sur les fautes d’accord et de syntaxe !

  • blackhand
    juillet 6, 2015

    Ce qui a fait courir certains abonnés de canal + est la prévalence que ce soit en bien ou en mal pour un pays du moyen orient… Canal + était là pour piéger certains qui avaient eu le culot de s’attaquer à ce pays et à ses représentants français.. Salut les terriens étaient une des émissions qui en faisait sa spécialité et le supplément suivait sa trace… On peutne pas aimer certains, mais recevoir les musulmans et les noirs avec cette familiarité stigmatisante était aussi la spécialité de « salut les terriens…

  • FIORINA
    septembre 9, 2015

    J ATTENDS LES GUIGNOLES ET SI MONSIEUR BOLLORE CONTINU SUR SUR SA RESTRUCTURATION A LA GUIMOVE DE CANAL PLUS J ANNULERAIS MON ABONNEMENT CAR PLUS INTERESSANT DU TOUT . J ESPERE NE PAS ETRE LA SEULE .