Vincent Bolloré s'attaque à la nouvelle gouvernance de Canal+

par 2commentaires No tags 0

7740326521_vincent-bollore-en-octobre-2011

C’est ce jeudi que Vincent Bolloré doit annoncer la nouvelle structure dirigeante mise en place à Canal+. Au terme d’un été sportif qui a vu l’homme d’affaires breton se séparer de deux des barons du groupe, – les dirigeants de Canal+ France et de son pôle TNT, Rodolphe Belmer et Ara Aprikian,- et redessiner avec Maxime Saada, nouvel homme fort de la chaine cryptée, la tranche en clair (19h-21h), l’heure est maintenant à la réforme de la gouvernance.

Petite équipe commando et circuits de décisions courts: fidèle à ses modes de commandement, Vincent Bolloré s’apprête à mettre en place une structure de direction légère et simplifiée, (avec Conseil de surveillance et Directoire), dont Vivendi sera la tour de contrôle absolue, son épicentre. L’objectif est de rationaliser le fonctionnement de l’ensemble en supprimant toutes les directions et capitanats inutiles. S’il n’a pas fallu beaucoup de temps à Vincent Bolloré pour se plonger dans les arcanes du Grand Journal, dont la production a été remise à plat avec la mise à l’écart de son producteur historique Renaud Le Van Kim, il lui en faudra encore moins pour mettre en place à Canal+ une structure dirigeante plus légère et à sa main.

Pour se faire, certaines décisions vont être prises rapidement. Ainsi du départ programmé de l’actuel PDG, (et sauveteur) de Canal+, Bertrand Méheut. Bien qu’entretenant de bonnes relations avec Vincent Bolloré, cet autre breton va sans doute laisser son fauteuil à un fidèle de l’industriel. Plusieurs noms ont circulé ces dernières semaines, dont ceux du patron de Havas Media, Dominique Delport, ou du directeur général de Bolloré Médias, Jean-Christophe Thiery. D’autres arrivées sont prévues d’autant qu’entre le développement de Canal+ à l’étranger, la réorganisation d’I>Télé et le Kriegspiel autour des chaines de l’empire Médiaset de Silvio, Berlusconi, les chantiers sont nombreux.

De fait c’est une nouvelle ère qui s’ouvre à Canal+ où les enjeux liés à l’énorme mutation (et lame de fond) qui menace «Canal», avec l’offensive des géants du net sur le marché des droits télés, obligent ses nouveaux dirigeants à de profonds changements et adaptations. Car c’est tout le modèle Canal+ qui menace de s’essouffler, voire de s’étioler, à terme, si ce groupe ne franchit pas un palier en terme d’initiatives fortes, de développements et d’acquisitions. Cette réorganisation est ainsi la toute première étape d’une révolution qui s’annonce, où les épisodes du Grand Journal et des Guignols risquent d’apparaitre très vite comme très anecdotiques.

0
2 Comments
  • yoyolud
    août 31, 2015

    Canal devient TF1

  • cestmonavis je le donne
    août 31, 2015

    Moi abonne depuis 84 je quiitte ce groupe Sans Guignols Incisifs et presq deja sans sport.