« Mimie Mathy dépendante » , TF1 s’adosse à un géant de la production en Europe

par 0 No tags 0

Fabrice-Larue-le-parrain-de-la-tele

 

 

 

 

 

 

 

Et si l’arrivée de Gilles Pélisson à la tête de TF1, où il remplace Nonce Paolini, s’accompagnait d’un coup d’éclat, avec l’annonce du rachat possible de l’une des pépites du marché de la production de contenus en Europe ? TF1 et le groupe Newen, producteur entre autres avec Téléfrance de « Plus belle la vie », sur France 3, ont annoncé être entrées en négociations exclusives en vue d’un « rapprochement ». Il va sans dire que cette première approche annonce tout simplement la prise de contrôle, à terme, de la seconde par le première. Et l’adossement à la chaine de Martin Bouygues d’un groupe au dynamisme reconnu. Newen figure en effet parmi les poids lourds du secteur en France, avec quelques 704 heures de programmes produits chaque année. Des « Maternelles » au « magazine de la santé » en passant par « L’effet Papillon » et quelques blockbusters, tels que la série à succès Braquo produite pour Canal+, Newen est l’un des acteurs les plus dynamiques du marché.

Avec cette annonce, TF1 répond habilement à la question du moment : l’adaptation d’une chaine comme «La Une» aux mutations qui menacent les grandes chaines généralistes, avec l’irruption sur le marché des programmes de géants de l’internet tels que Netflix, Google ou Apple dont la surface financière et l’activisme effraient.

 

Il est en effet souvent reproché à TF1 son inertie face au déplacement des plaques tectoniques d’un secteur confronté à une explosion des droits : qu’ils s’agisse du coût d’acquisition de séries américaines ou de simples droits sportifs. Obligée de se renouveler, la chaine TF1, qui ne pouvait plus être durablement «Mimie Mathy dépendante », doit se ressourcer : réinventer un modèle qui soit une réponse aux nouveaux modes de consommation de la télévision dans le monde, où le streaming fait des ravages.
Aussi l’absorption d’un groupe comme Newen, – porté depuis sa création par le producteur et homme d’affaires Fabrice Larue-, semble la bonne méthode. Dynamique et créatif, ce groupe a su en peu de temps agréger les talents et fabriquer des contenus tous, peu ou prou, vecteurs de bonnes audiences. Pour TF1, c’est là un mouvement important, le premier du genre depuis de longues années. Et assurément, un virage stratégique qui va dans le bon sens.

0

Comments are closed.