Stéphane Courbit épouse Vivendi

par 1 No tags 0

 

eefbe150-3c82-11e1-95f9-b17d7c0e7e26

 

 

 

 

 

 

 

La nouvelle est tombée ce matin : l’ancien patron d’Endemol France, Stéphane Courbit, un  manager souvent campé comme un surdoué du monde des affaires, longtemps baptisé le «petit prince du Paf », à la tête d’un conglomérat de sociétés de production coiffé par une société holding florissante, Banijay, s’apprête à faire rentrer Vivendi dans son capital. Et ce à hauteur de 26,2%. Stéphane Courbit et Vincent Bolloré, qui entretiennent de longue date de bonnes relations, scellent ainsi un accord qui devrait déboucher sur un véritable mariage.

Avec cette opération, Vincent Bolloré s’inscrit à son tour dans le vaste mouvement de consolidation qui touche un secteur en complète mutation. Cette opération, d’un montant de 290 millions d’euros, fait écho aux nombreux mouvements qui agitent depuis peu un secteur très convoité. Car après Newen, un groupe récemment absorbé par TF1, après le tandem Xavier Niel-Matthieu Pigasse, qui vient de s’associer au producteur Pierre-Antoine Capton, (dans l’optique de la création d’un groupe multimédias  bientôt en bourse et doté à terme d’un capital de quelques 500 millions d’euros ) cette acquisition montre à quel point les contenus sont aujourd’hui devenus l’or noir d’un marché qui observe avec inquiétude l’offensive des géants de l’Internet, -tels que Netflix, Apple ou  Google- sur le marché convoité de la production audiovisuelle.
Vivendi, qui dit vouloir investir  » dans l’un des plus talentueux créateurs de programmes scénarisés ou non pour la télévision et les plateformes multimédia », pose ainsi un jalon dans un belle entité qui pourrait, – liquidités obligent-, se délester de l’une de ses activités phare, les jeux en ligne, avec Betclic: une société que pourrait céder Stéphane Courbit à la Française des jeux, si l’on s’en réfère à un écho de ce jour du Canard Enchainé.

 

Ainsi recentrée sur l’audiovisuel, Banijay, qui occupe une place de numéro 1 français, juste devant le groupe Lagardère, –lequel vient à son tour de débloquer 100 millions d’euros en vue de nouvelles acquisitions dans l’univers de la production-, accélère l’allure. Et noue  un partenariat avec Vivendi au moment même où Banijay s’apprête à prendre le contrôle d’un autre géant du secteur de la production, l’américain Zodiac: une opération, ici, d’1 milliard d’euros.

0
1 Comment
  • buy soundcloud
    avril 27, 2016

    The crux of your writing whilst sounding reasonable originally, did not really settle very well with me after some time. Someplace within the sentences you managed to make me a believer unfortunately only for a very short while. I nevertheless have got a problem with your leaps in assumptions and you might do nicely to fill in all those gaps. If you can accomplish that, I would certainly be amazed.