TNT en Ile-de-France: Anne Hidalgo choisit Télif et écrit à Olivier Schrameck

par 1 No tags 0

1601090047080098

 

 

 

 

 

 

 

 

Le climat se tend à l’approche de la décision du CSA quant à l’attribution d’une fréquence TNT en Ile-de-France : un enjeu de taille qui voit s’affronter une vingtaine de candidats. Le CSA, qui avait présélectionné en juin le projet « Télif », – l’association de plusieurs chaines locales qu’ont rejoint des investisseurs comme les patrons de presse Bruno Ledoux et Henri Nijdam-, est subitement revenu sur ce choix. Et a décidé de remettre à plat ce dossier devenu explosif: un revirement qui a déclenché la colère des dirigeants de Télif et de ses partenaires, lesquels ont protesté auprès du CSA dans un récent courrier.

L’instance de régulation a expliqué de son côté avoir pris cette décision en raison de l’incertitude financière entourant le projet Telif présenté par Franciliennes TV : des allégations très fermement rejetées par les promoteurs de ce projet qui, documents à l’appui, témoignent de sa solvabilité et de la solidité de leur démarche. Un bel imbroglio. Il n’en fallait pas moins pour que les adversaires de Telif reviennent à la charge et s’engouffrent dans cette brèche ouverte par le CSA. Ainsi du groupe Figaro : associé à la Secom, un groupe de communication du nord dirigé par un éditeur de chaînes du câble et du satellite, telles que TV Melody, The museum Chanel ou encore MyZen TV, mais par ailleurs diacre permanent au sein du diocèse de l’Église Catholique de Lille, Bruno Lécluse, le quotidien propriété du groupe Dassault fait feu de tout bois.

 
C’est dans ce contexte que la maire de Paris, Anne Hidalgo, a adressé le 27 janvier un courrier au président du CSA, Olivier Schrameck, lettre dans laquelle l’édile de la capitale prend fait et cause pour le projet Télif. «A un moment où les médias de proximité doivent affirmer plus que jamais une ligne éditoriale défendant les valeurs du pluralisme et de la diversité, je ne peux, comme d’autres élus de tous bords politique, que renouveler mon soutien à ce projet», écrit Anne Hidalgo. Qui poursuit : «De manière concrète, si nos différent échanges avec ses représentants ont malheureusement été perturbés par les évènements tragiques du 13 janvier dernier, la Ville de Paris souhaite toujours accompagner Francilienne TV/Telif (…) A cet effet je tiens à vous informer que la mairie a proposé à Francilienne TV/Télif de reprendre les discussions pour réfléchir aux différentes formes de collaboration possibles destinées à renforcer cette télévision dans sa volonté d’offrir aux parisiens un programme télévisuel de qualité (…)
Par ailleurs, une quarantaine d’élus de la Région devraient publier aujourd’hui une lettre en forme de pétition soutenant ce même dossier: une lettre rendue public en fin de matinée, mais également adressée aux membres du CSA. Ainsi qu’à son président.

0
1 Comment
  • fauchart
    février 1, 2016

    vous nous faite chier point