Pour Michel Field, interrogé par Canal+, les deux dames d’Envoyé Spécial préférent l’industrie « des pièces détachées » à Donald Trump

par 2commentaires No tags 0

XVM5a2eb3d6-9cfa-11e5-bb6b-398b8ff4dc2b

Michel Field, a-t-il une vocation de pompier pyromane ou ressent-il l’irrépressible besoin de se faire flageller? Invité ce dimanche de l’émission Le supplément, sur Canal+, le directeur de l’information de France Télévisions, Michel Field, qu’Ali Baddou interrogeait sur ses réformes engagées à la tête de l’info du groupe public, s’est livré de manière très inattendue et plutôt déconcertante à un véritable jeu de massacre où les deux journalistes évincées d’Envoyé Spécial, Ghislaine Chenu et Françoise Joly, qui ont dû littéralement tomber de leur armoire, ont fait des cibles de choix.

Car celles qui quelques jours plus tôt s’étaient livrées agonisantes à un numéro de contorsionniste forçant le respect au micro d’Europe 1, (une radio où elles avaient tenté de nous convaincre que tout se passait dans le meilleur des mondes au pays de Michel Field), ont entendu l’intéressé les exécuter sommairement.

Envoyé Spécial dans sa bouche? Un magazine à côté de ses pompes, qui le jour où Donald Trump remportait le caucus du Nevada et explosait le mur du son de la provocation, décidait d’ouvrir son sommaire avec un sujet sur l’industrie « des pièces détachées », a lâché celui qui s’est très calmement employé à ensevelir sous un monceau de critiques celles qui lui réclament aujourd’hui des excuses.

Dépassées, has-been, reléguées à un statut de VRP en électroménager, les deux impétrantes ont vu ainsi leur magazine réduit en confettis. Ce qu’elles savaient déjà, mais qu’elles feignaient d’admettre publiquement, au nom de leurs intérêts bien compris, jusqu’à ce que leur patron décide de mettre enfin les points sur les « i».

Très en forme, Michel Field a poursuivi en commentant, sur le mode ironique cette-fois-ci, le billet de l’un des chroniqueurs de l’émission qui glosait, images à l’appui, sur le style et les codes vestimentaires imposés aux journalistes vedettes de France 2, dont David Pujadas et Elise Lucet. « Et vous n’avez pas parlé de la météo… » a dégoupillé celui qui peut s’attendre demain lundi à voir défiler dans son bureau et en cortège l’ensemble des présentateurs météo de France Télévisions, une profession  sommairement rhabillée pour l’occasion…

 

Quant aux journalistes du groupe, où la température vient brusquement de monter en ce dimanche printanier, ils envisagent des assemblées générales en début de semaine. Il est vrai que le ton employé à leur égard a surpris du côté des syndicats de la maison où on ne décolère pas depuis la fin de la matinée: une population corporatiste et par nature revendicatrice a soupiré l’ancien militant d’extrême gauche qui bien qu’ayant le cuir épais va devoir doubler sa cuirasse d’une épaisse cotte de maille …

0
2 Comments
  • Icizoom
    avril 10, 2016

    La mise en place de Field n’est en rien un hasard , l’ exécutante des basses oeuvres de la Hollandie , Delphine Ernotte , a trouvé son bras armé pour réorienter les sujets , le ton et la manipulation , afin de preparer une éventuelle candidature , ceci fait suite à la main mise sur de nombreux médias , la dépêche du midi en étant un exemple nauséabond ,,….fausse route , maintenant l’information passe par d’autres canaux non manipulables, qui peut avoir confiance dans la nourriture de France Télévision?

  • Icizoom
    avril 10, 2016

    Tout cela n’est pas un hasard , la Hollandie qui fait de France télévision un outil de propagande , en nommant Delphine Ernotte , qui elle même vient de choisir son bras armé , Field , afin que les sujets soient orientés , manipulés , choisis , que les journalistes filent gauches , cela fait parti du vaste plan de main mise sur les médias afin de préparer une possible candidature, cette offensive tous azimuts , la dépêche du midi étant un exemple plus que nauséabond , le discrédit accompagnant les mises à l’écart, etc..mais ils ont seulement oubliés que l’information ne passe plus par les médias
    conventionnels mais par les réseaux sociaux , nous échangeons très rapidement entre amis , entre entreprises , loin des caches misères.