Quand France Télévisions privatise les JO de Rio…

par 0 No tags 0

1197473_1454669361_a2fed68c-jo-rio-2016-christ-afp-intro

L’horizon des Jeux Olympiques de Rio est en train de mettre le feu au sein du service des sports de France Télévisions où la production d’une très grande part du volet magazine de ces Jeux a été confiée à des sociétés de production privées, extérieures à l’entreprise: une première dans les annales de France Télés où ce nouveau foyer d’incendie risque de faire des ravages.

L’opération « J-100 » décidée en amont de ces Jeux d’été au Brésil devait en toute logique mobiliser les troupes sportives du groupe (60 journalistes et 140 personnes au total, sur France et France 3), avant que celles-ci n’apprennent que ce sont deux sociétés de production privées, (Babel Production et Chambre avec vue) qui réaliseront à Rio l’essentiel des sujets.

Cette sous-traitance n’est pas un phénomène nouveau au sein du service des sports du groupe, où Stade 2 (sur France 2) et Tout le Sport, (sur France 3), vivent de sujets magazines très largement concédés à des sociétés extérieures. Ce qui n’est déjà pas banal. Plus encore, certains événements « couverts» (et payés) n’ont même pas donné lieu à diffusion : ainsi de la cérémonie de lancement de la candidature de la France aux JO de 2024 à la Philharmonie de Paris, dont les images, tournées par la société privée Euro Média, n’ont jamais été diffusées.

Mardi dernier s’est envolée pour Rio une petite équipe de France Télévisions emmenée par la présentatrice de Stade 2, Céline Géraud et le rédacteur en chef des magazines du service des sports, Jean-François Laville, lesquels vont organiser sur place, avec les sociétés de production susnommées, un grand nombre de tournages. On trouve ainsi dans les « conducteurs » de cette opération « JO » des sujets aux intitulés suivants : «La pollution et les sites de compétions de la voile », « Comment un touriste français va se débrouiller dans Rio », «La sécurité à Rio, l’un des enjeux de Rio », « Les JO et les favelas » ou encore, « Rio, enjeux sociétaux et économiques » : autant de tournages que les équipes de production et de journalistes de France Télévisions, cantonnées dans leurs baraquements à Paris, ne feront pas. Pour un groupe de 11 000 personnes, dont près de 4000 journalistes au total, cette privatisation rampante pose de vraies questions et fait bien évidemment désordre.

La présidente de France Télévisions, qui a dû stopper sous la bronca l’externalisation de la production d’un magazine politique, confiée initialement par Michel Field à l’ex producteur du Grand Journal de Canal+, Renaud Le Van Kim, peut-elle accepter que la couverture d’un évènement aussi emblématique que celui des Jeux Olympiques d’été se fasse en dehors de France Télévisions. Et soit ainsi largement privatisé au bénéfice de sociétés extérieures? A observer la montée de température au sein du service des sports de son groupe, cela semble plus qu’hasardeux.

0

Comments are closed.