Quand le président du Festival de Cannes et copain d’Hollande, Pierre Lescure, se monte sa petite entreprise

par 1 No tags 0

 

Pierre Lescure AFP

L’histoire, qui fait les choux gras du Canard Enchainé de ce jour, est une merveilleuse démonstration des errements de notre joli monde médiatique où des politiques et une figure du Paf, par ailleurs intime du chef de l’Etat, font leur tambouille en vase-clos. Ainsi de l’ancien PDG de Canal+, Pierre Lescure, par ailleurs président du Festival de Cannes, qui s’apprête à lancer en juillet prochain une plate-forme payante de séries et films à la demande, baptisée Molotov TV : un service qui permettra à un internaute d’accéder d’un clic à une centaine de chaines existantes et d’y puiser dans ses catalogues existants, moyennant finance, l’œuvre de son choix.

L’idée n’est pas sotte et ne choquerait absolument personne si pour parvenir à ses fins l’ancien timonier de la chaine cryptée n’était allé, de l’Elysée au CSA, en passant par quelques ministères, tirer quelques sonnettes-amies accueillantes. Un mot sur Pierre Lescure : installé à la tête du Festival de Cannes par la grâce de François Hollande, dont il fut l’un des porteurs d’eau durant la campagne en 2012, il est l’auteur d’un volumineux et très vibrant rapport commandé par Aurélie Filippetti , publié en 2013, baptisé « Acte II de l’exception culturelle ». Cette ode en faveur de la défense de nos industries culturelles ( dans lequel était notamment proposée une taxation des Smartphones)  n’a pas empêché son auteur de travailler parallèlement au développement de son fonds de commerce: agitant le ban et l’arrière ban, du CSA à l’Assemblée nationale, en passant par le ministère de la Culture, où Audrey Azoulay s’est faite également extrêmement disponible, le patron du Festival de Cannes a fait feu de tout bois.

Ainsi a-t-il pu notamment compter dans le périmètre de la dite ministre de la Culture sur un soutien de poids en la personne d’un certain Jean-Baptiste Gourdin: cet ancien directeur de cabinet d’Olivier Schrameck au CSA, est aujourd’hui accessoirement le sous-directeur de la DGMIC, (l’instrument réglementaire et législatif du ministère de la Culture et de la Communication). Mais il était auparavant tout simplement le coordonnateur du…rapport Lescure. Outre le fait que ces liens de consanguinité ou de connivence devraient interpeller, la position et la fonction de ce haut fonctionnaire sont tout simplement en totale contradiction avec la démarche du promoteur de Molotov TV. Mais qui s’en soucie? On devrait s’étonner que dans un savoureux mélange des genres le Président du premier marché du film au monde, – un homme dont on sait l’entregent et les capacités d’intervention et de persuasion-, mette ainsi ses réseaux et ses amis au service de ses intérêts privés.

Bordé du côté de la rue de Valois et à l’Elysée notre festivalier s’est livré ensuite à un intense lobbying parlementaire afin que l’Assemblée modifie la loi : un passage obligé. C’est ainsi qu’un amendement a été voté aux forceps début 2016, après que la DGMIC l’ait mouliné aux petits oignons et qu’un sympathique député ait été requis pour le défendre et le déposer à l’Assemblée. Le tout après que l’ensemble des patrons de chaines et les principaux opérateurs internet, qui ruaient dans les brancards par crainte de voir leurs propres business mis en danger avec l’irruption de cet intrus dans leur pré carré, aient été rassurés par un CSA qui aura joué dans cette affaire un rôle de médiateur. Empaquetée, l’affaire a été ainsi vite réglée, le tout sans le moindre couac : du bel ouvrage.

La moral de l’histoire? C’est que rien n’a changé sous le soleil. Qu’un réseau, de l’entregent, quelques amis hauts placés et un arbitrage élyséen valent mieux que tout. Imaginons que vous ou moi ayons proposé un tel projet. Et que nous soyons allés benoitement frapper aux portes du CSA et du ministère de la Culture avec un dossier étayé, des arguments du même tonneau et un tour de table à l’avenant? Que se serait-il passé? Du Molotov ne serait resté qu’un pétard mouillé. Et de notre copie une volée de confettis.

 

0
1 Comment
  • attila
    avril 7, 2016

    Bravo à la tactique du gendarme Molotov !