Vente d’I>Télé? « intox » balaye le groupe Bolloré!

par 0 No tags 0

itele660

I>Télé n’est pas à vendre. En tous les cas pas maintenant et pas avant l’élection présidentielle. Lâchée hier soir par le site Médiapart l’annonce d’une vente prochaine de la chaine d’info du groupe Canal+ a été aussitôt balayée par l’entourage de Vincent Bolloré où l’on parlait d’«intox». De fait le patron de Vivendi n’est pas du tout enclin à vendre la chaine d’infos de son groupe à quelques mois d’une élection présidentielle qui voit l’Elysée suivre de très près les grandes manœuvres médiatiques. L’irritation profonde de François Hollande à l’égard de BFM TV écarte d’ailleurs d’emblée, dit-on, l’hypothèse d’une cession d’I>Télé au nouvel homme fort du groupe Next Radio, (maison-mère de BFM TV et de RMC), et patron d’Altice Media, Patrick Drahi: la constitution d’un bloc, d’un axe, BFM-I>télé, synonyme de monopole, est violemment combattue à l’Elysée. Or Vincent Bolloré, qui entretient de bonnes relations avec son locataire, ne souhaite pas ouvrir un tel front avec celui-ci.

Quant à une vente d’I>Télé au tandem propriétaire du Monde, Matthieu Pigasse-Xavier Niel, (qui n’a jamais caché son intention de mettre un pied dans la télévision), elle est également écartée : un schéma qui n’est pas, là encore, «d’actualité» commente-t-on dans l’entourage de Vincent Bolloré où Xavier Niel n’est pas le bienvenu. Ces rumeurs de vente viennent d’ailleurs du premier cercle de ces deux hommes qui viennent de créer un fond d’investissement dans les médias de quelques 350 millions d’euros. Reste l’avenir d’I>Télé : Il demeure fragile et soumis aux exigences d’audience et de rentabilité du patron de Vivendi qui s’agace de ses médiocres performances. C’est ainsi que l’été devrait être l’occasion d’une remise à plat sévère de la chaine.

0
0 Comments