L’audacieux pari de France 3 et de Nicolas Demorand

 

libe-demorand-prend-du-champ,M114183

 

Le pari est osé, risqué même, pour France 3, dont l’audience se fragilise avec 8,9% de part de marché, derrière M6 et la famille des chaines locales et de la TNT. L’installation en effet de Nicolas Demorand à la tête d’une émission culturelle, le vendredi (en alternance avec celle de Marc-Olivier Fogiel, Le divan)  ne risque-t-il pas de sanctuariser une chaine, dont la vocation première est de creuser le sillon des régions et de rassembler le plus grand nombre ? Aussi talentueux soit-il, le journaliste de France Inter n’est-il pas une erreur de casting ou de marketing, à l’heure où France 3 se cherche une ligne éditoriale que l’on peine à discerner? Excellente, la politique de documentaires semble être devenue le vecteur d’une antenne dont l’âge moyen des téléspectateurs est de 61,4 ans  (contre 57,2 ans, il y a juste six ans) : une ligne éditoriale sans doute courageuse, mais qui ne cadre en rien avec les sociotypes d’une chaîne où le tandem Demorand-Fogiel semble à contre-emploi. Sur le fil du rasoir et tenue à flot par Plus belle la vie et quelques rares heureux téléfilm,  France 3 tente ainsi une aventure périlleuse. Car si la qualité et l’intelligence seront indéniablement au rendez-vous avec un Nicolas Demorand performant sur France Inter, il est loin d’être acquis qu’il affiche les mêmes résultats sur un canal dont une grande partie des téléspectateurs séjourne dans les pensions Mimosa de France et de Navarre, des maisons où Questions pour un champion et Samuel Etienne soulèvent les plateaux repas.

0

Comments are closed.