TF1: Fin de l’état de grâce pour Gilles Pélisson

par 1 No tags 0

 

2048x1536-fit_gilles-pelisson-lors-lors-forum-investissement-paris-2010

 

«Vivement demain »  doit se dire l’équipe dirigeante de TF1 dont l’audience pique dangereusement du nez en ce début d’été. Ce slogan de campagne du RPR, (inventé pour les législatives de 1986) ferait presque une affiche placardé dans les ascenseurs de la chaîne, tant les signaux sont au rouge quai du Point du jour. Et qu’en serait-il sans le championnat d’Europe de football dont les audiences record font un cache-misère miraculeux…

Car pour la première fois de son histoire, TF1 (dont il faut reconnaitre que l’audience globale était anormalement haute ces dernières années, dans un paysage télé de plus en plus atomisé), a connu récemment un plongeon jamais vu : jusqu’à 16,7% de part d’audience moyenne pour une seule et même journée.

Deux accidents industriels sont venus aggraver la situation et parachever ce mauvais bilan: l’échec de « Vie politique », l’émission politique, dont Alain Juppé a essuyé les plâtres avec le succès que l’on sait, d’abord. Et le non moins carambolage magistrale  d’Arthur, ensuite, dont le « 5 à 7 » n’en finit plus de piquer du nez: avec 8,5% de part de marché et quelques 600 000 téléspectateurs (au dernier relevé), ce programme est cliniquement mort. Reste à l’arrêter (une question de jours) et à débrancher son animateur. Lequel n’aura pas démérité. En effet, c’est moins le bateleur qui est en cause, que la pauvreté du concept et le niveau des chroniqueurs qui l’entourent.

Démarrée sur les chapeaux de roue, l’ère Gilles Pélisson (son nouveau PDG) connaît ses premiers et sérieux ratés. Si les transferts de Yann Barthès et de Grégoire Margotton ont été salués par la presse, leurs plus-values ou valeurs ajoutées à l’antenne ne se mesureront qu’à long terme. Nouveaux formats, nouveaux visages, nouveaux concepts : c’est à l’automne que TF1 devrait dévoiler ses nouveautés, alors que sur le plan social la chaîne vit à l’heure d’un plan d’économie drastique. De nombreux salariés  de TF1 et de LCI- journalistes et personnels administratifs- ont été amenés à quitter l’entreprise ces derniers mois. Une saignée discrète, mais importante par le nombre de personnes qu’elle concerne. Le tout dans un silence de plomb.

 

 

 

 

 

0
1 Comment
  • michael
    juillet 10, 2016

    Je ne suis pas sure que la greffe Barthez prenne sur TF1. Il a un ton tres special….ca risque de deconcerter cette chaine qui a des telespectateurs assez ages et pas CSP+.