Le très salvateur combat de la presse dans l’affaire Fillon

par 0 No tags 2

quotidien-fillon-journalistes-operation-seduction-769091-0@1x

 

Une communication tardive et hasardeuse, des attaques outrancières contre une presse accusée d’être le bras séculier de mystérieuses officines, des postures outragées, en décalage totale avec la gravité des faits dévoilés…Englué dans le «Pénélope gate»,  François Fillon se montre incapable d’enrayer la machine médiatico-judiciaire, qui l’entraîne inexorablement vers le précipice. Faute de pouvoir répondre sur le fond du dossier et suspendu aux révélations hebdomadaires du Canard Enchainé, le candidat des Républicains à la présidentielle n’a plus comme angle d’attaque que ce complot ourdi par des forces occultes, qu’il bégaye à plus soif.

Définitivement triste. Le plus consternant dans cette piteuse affaire, c’est l’attitude d’une classe politique hors sol. Pas un, à droite comme à gauche, qui  ne se soit étonné du pseudo statut d’attachée parlementaire de Pénélope Fillon et des émoluments accordés aux fils et fille de l’ancien Premier ministre. Comme si ces pratiques n’étaient pas à blâmer. Comme si faire bosser ses conjoints et sa progéniture avec de l’argent  publique allait de soi. Toutes choses qui, aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, se traduiraient par des sanctions immédiates. Du pain béni pour le Front national, qui a beau jeu de dénoncer les dérives d’une élite politique qui confond les deniers publiques avec un fourgon de la Brink’s.

Il faut à nouveau saluer ici le très salvateur travail de la presse. Quel magnifique exemple que ce contre-pouvoir, sans lequel une multitude d’affaires auraient été tues depuis l’aube de la Cinquième République. L’affaire Ben Barka, les Diamants de Giscard, l’affaire de l’Observatoire, le scandale Pela, Les irlandais de Vincennes, le Rainbow-Warrior, Les écoutes téléphoniques de Mitterrand, les emplois fictifs de la Ville de Paris, l’affaire Bygmalion, le sang contaminé, le scandale du Crédit Lyonnais, l’affaire Tapie, le Panama Gate…Et  ce n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan des révélations.

Le triste spectacle de politiques rasant les murs et se bouchant les oreilles, à l’approche d’un micro, depuis le début de l’affaire Fillon, ne peut qu’encourager les français à souhaiter le renouvellement d’une classe politique rivée à ses avantages et à ses prébendes. Il n’est pas étonnant qu’un Benoist Hamon (sorte de Bernie Sanders à la française) émerge soudainement dans un paysage politique encalminé.  Comme si ce ludion égaré en politique incarnait le contre-exemple d’un système conspué par les français.

2

Comments are closed.