Jeune, connecté, adepte du streaming et du replay…le profil type du consommateur de films

220px-Cinemaaustralia

 

Au premier semestre 2016, près d’un spectateur sur deux est allé au cinéma avec un enfant de moins de 15 ans, selon Médiamétrie, qui vient de rendre public son étude « 75 000 Cinéma ». L’occasion pour l’institut de dresser le portrait-robot du consommateur de films. Premier constat : le cinéma reste le plus jeune des médias en âge moyen, avec une moyenne de 37 ans pour les spectateurs occasionnels et de 40 ans pour les habitués. Un public, de fait, majoritairement peu représentatif de la population moyenne française, car non seulement jeune, mais essentiellement parisien, avec une surreprésentation de CSP+. Paris capitale du 7e art : à observer les flux géographiques des spectateurs parisiens, 86% d’entre eux sont allés voir un film près de chez eux, au cours des 12 derniers mois, quand les 19% restants franchisaient le seuil d’une salle en régions: essentiellement sur les côtes atlantique ou méditerranéenne et en période de vacances scolaires.

Qui dit cinéphiles, dit également multi-connecté, à en croire cette étude: Parfaitement au fait des nouvelles technologies, le consommateur français est équipé à 75% de Smartphones et à 59% de tablettes. Egalement boulimiques, ces spectateurs pratiquent assidument le replay : c’est le cas pour 64% des 15-24 ans. Tandis que 59% des cinéphiles s’adonnent au streaming, un chiffre en constante augmentation. Ce qui ne veut pas dire, pour autant, que l’on déserte les salles obscures, bien au contraire : 2016 aura été une année faste pour les exploitants, avec 41,5 millions entrées, c’est-à dire 1,5 million de plus que l’année précédente. La salle reste ainsi une source de satisfaction auprès de l’ensemble des spectateurs, à en croire la note de 7,6 sur 10 accordée par le public, avec, là encore, des notes records chez les moins de 15 ans qui plébiscitent les complexes.

Et c’est la salle toujours, qui permet de découvrir, en premier lieu, les sorties à venir, via les bandes annonces, devant ces autres supports promotionnels que sont les affiches, les flyers ou la presse magazine. Deux autres médias viennent puissamment relayer la salle pour informer le public sur les prochaines sorties: Internet et la télévision. Internet, avec les sites spécialisés et les réseaux sociaux, des caisses de résonnances qui jouent un rôle de prescription, notamment auprès de la génération Y, celle des Millennials. Et la télévision, enfin, où les émissions de « promo » continuent de jouer leur rôle et ce malgré le matraquage promotionnel exagéré dont certains films font l’objet sur les plateaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0

Comments are closed.