France Télévisions: Matignon et Edouard Philippe pour une mise sous surveillance (ou tutelle) de Delphine Ernotte

par 5commentaires No tags 7

 

presidence-de-france-tv-le-csa-choisit-delphine-ernotte,M216480 (1)

 

 

L’Elysée et Matignon, Emmanuel Macron et Edouard Philippe, envisagent un projet de loi sur l’audiovisuel d’ici à la fin 2017 ou courant 2018. Chronologie des médias, seuils de concentrations, financement et réforme de l’audiovisuel public, relations producteurs-diffuseurs, déontologie de l’information… Les sujets en jachère sont trop nombreux pour laisser le paysage en l’état sans aménagements réglementaires. Le point le plus épineux reste sans conteste  France Télévisions. La situation du groupe piloté par Delphine Ernotte inquiète et irrite l’exécutif, qui pointe la désorganisation de la maison, sa mauvaise santé financière, le poids trop lourd de son budget, comparé à ses performances et enfin son peu d’entrain et d’initiatives. S’ajoute à cela personnalité contestée de sa présidente.

C’est à l’hôtel Matignon que les inquiétudes et les critiques sont les plus vives. Évoquant le sujet en privé, le Premier ministre, Edouard Philippe, penche dans un premier temps pour la nomination d’un directeur général aux pouvoirs élargis, qui viendrait épauler, encadrer, cornaquer, Delphine Ernotte, dont la légitimité est contestée. Car si le mandat de la pédégère n’est pas menacé, pour l’heure, dans l’esprit du tandem à la tête de l’exécutif, le statut quo est désormais impossible, dit-on. «  Il faut que les choses changent » entend-ton rue de Varennes. Même son de cloche du côté de Bruno  Lemaire à Bercy. La mise sous surveillance (ou sous tutelle) d’Ernotte est ainsi très clairement avancée par l’entourage du Premier ministre, où l’on met en avant l’extrême fragilité des comptes de France Télévisions et une absence de cap. Ce serrage de vis, encouragé par l’Elysée  interviendrait au plus tard à la fin de l’année.

7
5 Comments
  • Murez Christian
    juillet 5, 2017

    Je ne regarde plus cette chaine hormis quelques émissions pilotées par de vrais professionnels. Les journaux télévisés sont orientés desagreablement alors qu’ils ne devraient être qu’informatifs.l’émission « vu »qui suit le journal est scandaleuse, orientée et denigrante.

    • gégé
      juillet 9, 2017

      La  » poutinisation » de Macron est en marche avec la volonté de tout contrôler, y compris les médias . Les masques commencent à tomber. Sous prétexte de modernité, on assiste en fait à des conflits d’intéret qui ont obligé Bayrou à démissionner et Pénicaut (minister du travail) bientôt mise en examen…
      On se croirait revenu au temps du RPR…avec 350 députés inexpérimentés et aux ordres , car ils doivent tout à Macron…
      Loi travail sur ordonnances, diminution des retraites, diminution des impots pour les plus aisés, attaque en règle contre les syndicats, on assiste à une tentative d’avancée éclair du libéralisme le plus sauvage…

  • didier perdrix
    juillet 6, 2017

    si ont comprent bien c’est le 1er ministre et bercy qui vont diriger france télévision fini la liberté de la presse un peut comme en russie

  • Philou
    juillet 6, 2017

    « le statut quo » ???
    « entend-ton » ???
    « S’ajoute à cela personnalité » ???

    M. Revel, ce serait bien de lire des articles un peu mieux écrits (ou pour le moins, relus par quelqu’un de compétent). Quand on vit de sa plume, c’est peut-être le respect minimum pour ses lecteurs, vous ne croyez pas ?

    • Christian
      juillet 7, 2017

      Il est vrai que ce texte est jalonné de quelques fautes, mais ce journaliste , à qui on demanderait plus d’effort de relecture, est l’une des meilleures plumes de la presse française. Il est donc très présomptueux de distiller , au détours de certaines remarques, l’idée de son incompétence . Renaud Revel est un vrai professionnel qui n’est hélas point à l’abri de coquilles.