Affaire Weinstein: la belle hypocrisie des médias français

par 19commentaires No tags 23

Harcelement-sexuel-ou-en-est-on

 

 

Si l’affaire Harvey Weinstein n’en finit plus de délier les langues aux Etats-Unis, où le serial-lover d’Hollywood est mis au ban, elle a également ses prolongements en France où la question du harcèlement dans les mondes du septième art et des médias pointe son nez. Il aura en en effet fallu ce scandale pour que de manière hypocrite le microcosme se mette à bruisser de mille anecdotes accablantes soigneusement mises sous le tapis. Pour que l’on fasse semblant de découvrir ce que beaucoup savaient : à savoir  que de ce côté-ci de l’Atlantique, des producteurs, des acteurs ou de des journalistes en vue ont joué, ou jouent, de leurs positions pour abuser de jeunes femmes célèbres ou  non.

Et ne parlons pas de certains de nos dirigeants politiques de haut rang qui depuis l’aube de la Cinquième République confondent la fonction élective avec un droit de cuissage. Et l’Assemblée ou le Sénat pour des annexes de corps de garde: j’ai écrit en 2012 un ouvrage à ce propos (Les Amazones de la République), qui m’a valu la vindicte et les soupirs accablés de nombre de consœurs et confrères choqués que l’on puisse se livrer à un tel déballage.

Hypocrisie toujours, l’hallali dont cette figure hollywoodienne fait aujourd’hui l’objet est l’arbre qui cache la forêt. Chacun dans ce métier, pour peu qu’il est un peu de bouteille et de mémoire, serait en mesure de livrer mille exemples d’une classe journalistico-politique atteint de priapisme. Combien de fois ai-je été pour ma part surpris d’entendre des scènes qui m’étaient rapportées par le menu sur les assauts indignes et salaces de telle ou telle figure de la profession ou personnalité du monde politique, sans que cela provoque de réactions. Si ce n’est un vague soupir, quand ce ne sont pas plus communément des sourires entendus.

Combien de fois ai-je vu tout du long de ma carrière des journalistes de renom profiter de leur statut pour peser physiquement, dans le huis-clos de leur bureau, sur de jeunes journalistes en herbe en attente d’un CDD…Combien d’anecdotes crasseuses à propos de tel ou tel dirigeant politique se livrant à des attouchements dans les cabines de maquillage de chaînes de télévision. Il s’en est fallu de peu pour qu’un ancien Président de la République se prenne une gifle en public dans les couloirs d’une chaîne, après qu’il ait ostensiblement mis la main aux fesses d’une journaliste politique qui subissait ses assauts. Une grande station de radio n’a jamais cru bon sanctionner l’un de ses éditorialistes et chroniqueurs, célébré et en toujours fonction, après qu’il ait agressé sexuellement et à plusieurs reprises plusieurs jeunes femmes dans les coursives et les ascenseurs de la station. Et combien de femmes journalistes ont dû batailler sur les banquettes-arrières de berlines élyséennes ou ministérielles pour échapper à l’étau de leurs prédateurs.

Ce ne sont là que secrets de polichinelle : des pratiques  que chacun range parmi les rituels d’une société médiatique où le machisme règne et l’omerta avec. Silence, on palpe, on touche, on accule, on pourchasse: on agresse…Nombres d’affaires récentes ont été étouffées dans les  étages du Paf où des femmes harcelées jusqu’à la dépression n’ont osé porter plainte. L’un des derniers cas en date a pour cadre France Télévisions où le fautif a été discrètement limogé. Et la vie continue.

23
19 Comments
  • Alex
    octobre 13, 2017

    Vous poursuivez la belle hypocrisie que vous dénoncez en ne nommant pas le « fautif » de France Télévisions, l’éditorialiste d’une « grande station de radio » ou l’ancien Président de la République.
    Soit ce sont des bruits de couloir et votre billet ne sert à rien, soit l’information est exacte et vous devez alors les nommer, à moins que vous ne tiriez aucune leçon des événements récents, ou que vous préfériez courageusement ne pas vous faire d’ennemi dans un microcosme dont vous faites partie.

    • Azoulay
      octobre 13, 2017

      Tout à fait d’accord avec vous
      Hypocrites ces gens qui ne veulent dénoncer !
      Alors On se tait !
      Chirac droit de cuissage permanent
      Mitterand qui choisisait ses proies
      Sarko et Ann Fula
      Oui parlons de Toutes Ces Femmes Et Hommes Qui utilisent leur charme pour Avoir une position !
      On tape sur les Hommes Et Les Femmes des innocentes ?
      Mme Cotta Et cie

      • Elliot R.
        octobre 13, 2017

        Il avait fait exactement le même coup avec l’affaire Morandini. Ce monsieur, par son silence coupable, ne vaut pas mieux que ce qu’il dénonce. Il en est le complice.

      • Marion
        octobre 14, 2017

        « Les Femmes des innocentes? » On parle ici d’harcèlement ou d’agression sexuelle. Il n’y a rien à en dire s’il y a CONSENTEMENT… Il va falloir intégrer cette notion pour le moins essentielle!

    • Mandelbaum
      octobre 14, 2017

      Tout à fait d’accord ..c’est affligeant de voir qu’il dénonce ..et en fait autant !!

    • tanita
      octobre 14, 2017

      Bonjour,

      après l’émission de France 5 ce soir, personne mais personne ne doit se taire de tous ces sales types qui agissent en toutes impunités…Le patron de cette grande radio est complice et tout aussi punissable que son salarié dont ces actes sont punis par la loi…
      Etre un homme commence par être un homme droit, honnête et en phase avec ces valeurs morales….Que ces sales types ne restent plus dans l’ombre, ce silence m’est insupportable Monsieur Revel….tanita une femme triste et en colère…

    • Martin francine
      octobre 15, 2017

      Entièrement d accord!!!!

  • Zajdermann
    octobre 14, 2017

    pour peu qu’il est un peu de bouteille, qu’il EST? vraiment?

  • Mandelbaum
    octobre 14, 2017

    Affligeant de voir ce journaliste dénoncer Weinstein..et à la fois il ne veut pas nommer les hauts personnages qu’il a vu en faire autant chez nous ..et on parle d’hypocrisie…

  • Lenders
    octobre 14, 2017

    Ce monsieur Revel veut nous faire une leçon de morale… il devrais d’abord balailler devant sa porte car « il dis » mais lui ne fais pas. Juste du buzz pour vendre sa pseudo littérature de caniveaux.

  • l'éduc'
    octobre 14, 2017

    Votre billet est légalement et moralement très douteux, Monsieur. Donnez le nom de ce prédateur qui sévit dans les couloirs de cette fameuse radio ou taisez-vous!

  • Christine
    octobre 14, 2017

    Combien de femmes à la TV en France sont representatives des femmes? 3 oû 4 pour faire genre. A contrario du ROyaume unis. A si! Arte… toutes sont comme sorties de casting de Models. Ca me heurte. On joue à savoir comment telle ou telle a eu son poste. Et au détriment de toutes les autres moins « pourvues » mais bien plus qualifiées. On peut les apercevoir : clarté des propos, diction etc en août ou aux heures creuses…

  • Serial
    octobre 15, 2017

    Haut-le-cœur à la troisième ligne : « serial lover » !
    Serial fucker, serial harasser ou serial raper, peut-être, mais « lover », vraiment ?

    • Marie
      octobre 23, 2017

      Vous n’êtes pas seul(e), j’ai vomi dans ma bouche en lisant « serial-lover ». Les mots ont un sens, ce sont eux qui façonnent le monde et les idées, il serait temps de ne plus appeler par les mêmes noms un séducteur et un agresseur.

  • Pierre
    octobre 15, 2017

    De une, c’est peut-être un « secret de polichinelle » pour ceux qui savent, mais apparemment presque personne ne sait puisque « ceux qui savent » ne veulent pas être plus explicite et permettent aux criminels de poursuivre leurs crimes.

    De deux, le harcèlement des femmes fait aujourd’hui la une, mais qu’en est-il de celui des hommes ? Ça existe également que je sache, dans les médias comme ailleurs. Tant qu’on est à essayer de rompre les tabous…

  • denordgaud
    octobre 15, 2017

    monsieur Revel vous vous posez en Zorro alors que vous êtes complice de crimes pour non dénonciations et mise en danger de la vie d’autrui, car si on entend l’ignoble expression employée par certains  » il n’y a pas mort d’homme », il y a mort de femme car on ne se remet jamais d’un traumatisme aussi violent

  • Cecillon
    octobre 15, 2017

    Il serait souhaitable que vous dénonciez ces personnes si vous savez qu’elles ont agressé des femmes auprès de la police car si vous ne le faites pas il s’agit de complicité
    Sinon je ne comprends pas le sens de votre billet faire du buzz ? Parler de votre livre?

  • Barreault
    octobre 15, 2017

    Le genre de billet qui ne sert à rien!! Si cet éditorialiste connu et reconnu est encore en poste, il y a danger pour ses collaboratrices ! Ne pas donner son nom c’est être complice et lui permettre de continuer en toute impunité, puisqu’il se sent intouchable!
    Votre billet esr tout aussi inexcusable que les comportements que vous dénoncez!

  • belaidouni Mohamed
    octobre 15, 2017

    le chantage est un tour familier , le silence est un crime ,
    les violes d’enfants voici un Nom le Général Gérmanos ,
    mais que pourriez vous faire ? contre les incultes ,
    sa manque d’ audace ce petit numéro ,
    voici le nom d’une inculte Hélène franco Magistrat permettez moi de rire , la vice présidente du syndicat gauche, à quoi sert-il ? me diriez vous  » le conseille supérieur de la magistratures » – —
    -LORSQUE NOS ENFANTS SONT ABUSES SEXUELLEMENT , face a cette mafia nous n’avons que les yeux pour pleurer OU commettre l’irréparable