Avec « Were are TV », Arthur attaque le marché de la Réalité virtuelle

1144411-arthur-retour-sur-les-femmes-de-sa-vie-580x0-3

 

«C’est l’application la plus novatrice jamais créée dans l’univers de la télévision. Et pour ma société, AWPG, l’un des développements majeurs de ces dernières année» : l’animateur et producteur Arthur (Essebag) n’est pas avare de superlatifs avec la première plate-forme de Réalité Augmentée lancée, concomitamment en France et aux Etats-Unis, le vendredi 6 octobre. Baptisée «We are TV», cette application pour Smartphones est un divertissement inspiré de celui, fameux, développé dans la Silicon Valley par l’américain Niantic, Pokémon Go (752 millions de téléchargements recensés à la date du 1er juillet 2017), mais dont l’originalité repose, ici, sur sa relation directe avec l’écran de télévision. Avec «We are TV », ce dernier devient tout simplement un immense terrain de jeu.

Développée à New-York et Tel-Aviv par une jeune start-up française emmenée par l’ancien dirigeant de Dailymotion, Martin Rogard, cette application, qui a demandé un an de recherche, permet au téléspectateur d’interagir en direct et à partir de son Smartphone avec le programme qu’il regarde, (film, série, jeu ou show). D’un simple clic, l’utilisateur capture des avatars d’animateurs ou de héros de films ou téléfilms, spécialement créés à cet effet, qui apparaissent et sortent de l’écran pour débouler dans le salon en 3D. Ainsi celui ou celle qui regarde Mimie Mathy sur TF1 peut attraper son avatar qu’il range ensuite dans sa collection, comme autant de points accumulés. D’un autre clic, il jette de son canapé des gerbes de petits cœurs ou une volée de tomates en direction de son écran, pour manifester son adhésion ou son mécontentement à l’égard du programme qu’il regarde. Il joue enfin en réseau, via Facebook, avec sa communauté d’«amis».

Gratuite jusqu’à deux minutes d’utilisation par quart d’heure, cette application vise à rapprocher l’univers du jeu vidéo grand public (le «casual gaming», (un marché de quelques 30 milliards de dollars) du monde du divertissement. « Sachant, selon les études, que 90% des gens qui regardent la télévision pianotent en même temps sur leur portable et que 17% d’entre eux s’adonnent à des jeux, le marché du « gaming » est en train de littéralement exploser, avec à la clé, pour les chaînes, des investissements publicitaires de plus en plus lourd », soutient Martin Rogard. Testée vendredi sur TF1,  avec l’émission « Tout est permis», We are TV vise le million d’aficionados d’ici à un an : un premier palier pour ses deux promoteurs qui en négocient l’implantation sur des chaînes comme M6, Canal+ ou encore C8 et TMC. Ainsi qu’avec des mastodontes du net: les Apple, Netflix et autres Amazones.

 

 

 

 

: 1 million d’utilisateurs actifs en France et aux États-Unis d’ici un an

 

0

Comments are closed.