Bolloré et Canal+ poussent leurs pions en Italie

par 0 No tags 0

549516-vincent-bollore

 

Vincent Bolloré pousse ses pions en Italie où semaines après semaines les résistances faiblissent.  Le patron de Vivendi, qui peine depuis des mois à s’imposer au sein de Telecom Italia, dont il est le premier actionnaire, a réussi vendredi à installer une première passerelle entre l’opérateur de téléphonie transalpin et la chaîne cryptée, qui remet un pied de l’autre côté des Alpes, vingt ans après son aventure avortée de Telepiu. TIM et Canal +, les deux filiales de son groupe Vivendi, ont en effet annoncé la création d’une coentreprise audiovisuelle détenue majoritairement par l’opérateur transalpin, avec de multiples projets de développements à la clé: l’édition d’une nouvelle chaîne, l’acquisition de droits audiovisuels, éventuellement sportifs (comme ceux des saisons 2018/2021 du Calcio  italien, notamment), ainsi que la production de films et de séries. Telecom Italia détiendra trois membres du futur conseil et détiendra 60 % du capital tandis que Canal + disposera de deux conseillers et des 40 % restants.

Ce mini clone de Canal+ est pour Vivendi une non seulement un nouvel exemple du développement à l’international de la chaîne cryptée (qui enregistre d’excellents résultats hors de France) et une manière habile de forcer la porte de ce territoire et de contourner les obstacles politiques et réglementaires qui subsistent. La ténacité de l’industriel breton devrait d’ailleurs payer. Il semble en effet que le vent ait tourné depuis l’été en Italie, tant du côté de Silvio Berlusconi que des instances  de régulation. Le condottiere aurait assoupli ses positions dans le dossier Mediaset, cet empire audiovisuel dont Vincent Bolloré guette la reprise. Quant à l’autorité de régulation des télécoms, moyennant des réaménagements elle s’apprêterait également à assouplir ses positions.

0

Comments are closed.